L’armée américaine commande une armure liquide à la Iron Man

Technologie

Exclusif

Lorsque l’on dit que la réalité dépasse parfois la fiction, on ne croit pas si bien dire. En effet, l’armée américaine vient d’accorder les fonds nécessaires au développement d’une armure constituée d’éléments liquides qui n’est pas sans rappeler celle de l’ineffable Iron Man.

Des armures pour quoi?

C’est le U.S. Special Operations Command (USSOCOM) qui a lancé cette idée de moins en moins farfelue aux chercheurs, afin d’offrir plus de mobilité, de protection et de capacité de surveillance à ses Forces Spéciales d’Opération. Ces demandes de l’armée américaine ont été émises lors d’une conférence de presse au mois de mai suite à plusieurs décès de soldats, tués lors d’altercations avec des talibans tirant au travers de portes de maisons. Des morts qui auraient pu être évitées s’ils avaient été équipés de meilleures armures.

La technologie, nommée Shear Thickening Fluid pour Fluides Épaississants Croisés, permet au liquide contenu dans l’armure de se solidifier en l’espace de quelques millisecondes dès que l’on y fait passer un courant électrique.

Solide ou liquide en un instant

Tony Stark serait probablement flatté d’être comparé au concept du Tactical Assault Light Operator Suit (TALOS), le prototype inspiré des recherches du professeur du MIT Gareth McKinley. Ses premiers travaux débutèrent en 2002 et portaient principalement sur la conception d’une armure liquide, capable de se solidifier à volonté. La technologie, nommée Shear Thickening Fluid pour Fluides Épaississants Croisés, permet au liquide contenu dans l’armure de se solidifier en l’espace de quelques millisecondes dès que l’on y fait passer un courant électrique.

Très proche de la céramique liquide, le liquide sera pulvérisé sur des couches de Kevlar qui gagneront ainsi en rigidité à volonté. Norman Wagner, un professeur d’ingénierie chimique de l’Université du Delaware travaille même à trouver des solutions grâce à la nanotechnologie afin de rendre ces particules plus petites que des cellules sanguines humaines. Le soldat dispose ainsi d’une armure confortable ne réduisant que très peu ses mouvements lorsque ses composantes sont sous forme liquide, tout en bénéficiant d’un potentiel de protection accrue lorsqu’elles se solidifient. Pour bénéficier d’un tel degré de blindage, les soldats actuels doivent porter des amures encombrantes et lourdes qui les ralentissent et les fatiguent.

Quoi de plus en cas de problèmes?

L’armure sera aussi sensible au contact de la peau humaine et pourra en contrôler la température, tout en vérifiant le rythme cardiaque du porteur ainsi que son niveau d’hydratation. En plus de ces caractéristiques permettant de connaître les signes vitaux d’un soldat constamment, le concept sera aussi en mesure d’assister celui-ci dans sa marche, son port d’équipement tout en étant apte à apporter des soins de bases.

D’autres versions de ces exosquelettes nouvelle génération permettront aussi aux soldats de pouvoir transporter des charges lourdes sans le moindre effort sur les bases. Pratique pour la logistique, le transport des ravitaillements et le chargement des munitions à bord d’avions ou d’artilleries, ces armures dignes d’Iron Man pourraient bien changer la donne sur le terrain.

Et après?

Encore au stade de prototypes, de telles armures ne sont pour instant encore visibles que sur les écrans de cinéma. Mais d’ici quelques années à peine, elles devraient être en mesure de mieux protéger les forces armées américaines, tout en diminuant ostensiblement les coûts de déploiement de véhicules plus coûteux et volumineux sur les différents théâtres d’opérations. Prochaine étape, le vol, mais là, ce ne sera pas dans un futur proche!