La PlayStation 4 de Sony

Banc d'essai

Exclusif

La nouvelle console de Sony semble avoir tout pour plaire. Son style est épuré, sa puissance sur papier domine la concurrence, et son prix est abordable. Mais peut-elle livrer ses promesses?

Si nous sommes habitués de voir de nouveaux modèles de téléphones intelligents et de tablettes tactiles prendre d’assaut le marché chaque année, le cycle d’une génération de consoles de jeux vidéo est beaucoup plus long. Le terme est d’ailleurs approprié. Oserait-on parler d’une génération de téléphones mobiles lorsque ceux-ci s’avèrent généralement dépassés moins d’un an après leur lancement?

La prise en main de la manette DualShock 4 est parfaitement confortable. Les habitués s’y retrouveront, telle une vieille pantoufle, et les nouveaux venus apprécieront la disposition de ses touches.

La PlayStation 4 de Sony est enfin sur le marché, au bonheur de ses fans. Pourtant, aux yeux de certains joueurs, tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Les développeurs ont réussi à pousser la PlayStation 3 et la Xbox 360 à leur plein potentiel, au point où un bon nombre d’utilisateurs se seraient passés de cette mise à niveau.

Mais un argument massue ne peut être passé sous silence : offrir aux développeurs une architecture certes plus puissante, mais surtout plus familière, permettant de produire plus efficacement et plus rapidement leurs jeux. Sans compter les bénéfices de quelques nouvelles fonctionnalités proposées par Sony.

Design

Ce qui est frappant au premier coup d’œil, c’est la taille compacte de la console. La PlayStation 4 est significativement plus petite que la PS3 originale, et à peine plus large, plus haute et plus mince que la première version de la PS2. Elle est également beaucoup plus petite que la Xbox One.

La PlayStation 4 se caractérise par une forme que l’on pourrait décrire comme aérodynamique : le devant et le derrière de la console sont anglés parallèlement vers l’arrière.

dualshock4

La prise en main de la manette DualShock 4 est parfaitement confortable. Les habitués s’y retrouveront, telle une vieille pantoufle, et les nouveaux venus apprécieront la disposition de ses touches.

Sony a renommé les classiques boutons Select et Start pour Share et Options afin de mieux refléter des fonctions du 21e siècle. Peut-être faut-il un certain temps d’adaptation avant de s’habituer à la nouvelle disposition de ces boutons complémentaires, car j’accroche systématiquent le nouveau pavé tactile cliquable qui couvre une bonne portion du centre de la manette. Celle-ci a d’ailleurs été légèrement élargie pour mieux satisfaire les utilisateurs avec de plus grandes mains.

Caractéristiques techniques

  • Processeur x86 octocœur d’AMD cadencé à 1,6 GHz (architecture 64 bits)
  • Processeur graphique Radeon d’AMD générant 1,84 téraflops
  • Mémoire vive : 8 Go de type GDDR5
  • Capacité de stockage : Disque dur de 500 Go (pouvant être remplacé par l’utilisateur)
  • Entrées / sorties : Une sortie HDMI, deux ports USB 3.0, une sortie audio numérique (optique), un port Gigabit Ethernet, et un port auxiliaire
  • Connectivité : WiFi 802.11 b / g / n, Bluetooth 2.1
  • Supports physiques : Blu-ray et DVD

Matériel

La nouvelle génération de consoles ne s’est jamais autant inspirée du PC, tant du côté de Sony que de Microsoft.

La PlayStation 4 est dotée d’un système sur une puce d’une densité de 28 nanomètres, intégrant deux processeurs Jaguar quadricœurs d’AMD cadencés à 1,6 GHz (mais pouvant atteindre 2,75 GHz selon les rumeurs), et un processeur graphique Radeon d’AMD à 1 152 unités de calcul pouvant générer 1,84 téraflops. Cependant, elle se démarque par son type de mémoire vive : 8 Go GDDR5, dont le débit est de 176 Go à la seconde, soit plus du double de ce que pourra livrer la Xbox One.

En plus d’offrir plus de puissance que son rival dans une plus petite boîte, la PlayStation 4 intègre également son bloc d’alimentation électrique. Devons-nous craindre des problèmes de surchauffe?

Malheureusement pour Sony, il semble que la qualité de construction de ses premières consoles laisse à désirer. La console que j’ai testée pour ce banc d’essai subit des ratés la rendant inutilisable. La mise à jour du système à la version 1.51 ce matin n’a guère amélioré la situation. Néanmoins, il a été possible de parcourir l’ensemble des fonctions et de l’utiliser suffisamment pour mon analyse.

Logiciel

Alors que nous tenions la rétrocompatibilité pour acquise, le changement drastique d’architecture (rappelons que la PlayStation 3 était dotée d’un processeur Cell conçu par Sony, Toshiba et IBM) empêche la console de fonctionner avec les jeux de son prédécesseur. La situation est d’ailleurs identique du côté de Microsoft. Sony prévoit rendre accessible une bonne portion des jeux conçus pour la PS3 par le biais du service d’émulation à distance Gaikai, dont elle s’est portée acquéreur en juillet 2012. Pour le moment, les jeux devront être compilés spécifiquement pour la PlayStation 4. À partir de 10$, il est possible pour les propriétaires de certains titres parus récemment sur la PS3 d’obtenir une version numérique conçue pour la nouvelle console.

Dans des jeux comme Killzone : Shadow Fall, le pavé est surtout un gadget dont les commandes auraient pu facilement être repositionnées sur d’autres touches.

Je dois admettre que la fonction de partage m’a beaucoup plu. À l’ère des réseaux sociaux, il est possible de diffuser en vidéo ses exploits sur Twitch, Ustream, et à votre réseau d’amis propriétaires de PlayStation 4. Ces derniers peuvent d’ailleurs prendre les commandes de certains jeux afin de vous aider lorsque vous êtes en difficulté.

Je suis moins convaincu par l’utilité du pavé tactile, du moins jusqu’à présent. Dans des jeux comme Killzone : Shadow Fall, le pavé est surtout un gadget dont les commandes auraient pu facilement être repositionnées sur d’autres touches. Il sera intéressant de voir une intégration plus créative de cette nouvelle interface.

Performance

Lorsqu’elle fonctionne, la PlayStation 4 est rapide et flexible. Vous pouvez démarrer un jeu quelques secondes après avoir exécuté son installation, qui se poursuivra pendant votre partie. Les jeux téléchargeables offerts sur le PlayStation Network partagent cette même caractéristique, idéale dans un monde où l’instantanéité est omniprésente.

Killzone : Shadow Fall

Killzone : Shadow Fall

Au niveau du graphisme, la console impressionne avec ses images en 1 080p. Par contre, cette amélioration n’est pas aussi frappante que lors de la dernière mise à niveau. Les curieux devront porter leur attention aux effets de lumières et certains effets physiques – les feuilles qui volent au vent, les vagues d’une rivière, etc.

Au final, la puissance de la PlayStation 4 est pour le moment surtout appréciable lors de l’exécution simultanée de plusieurs tâches.

Conclusion

Les mordus de jeux vidéo voudront à tout prix se procurer une console de nouvelle génération. Encore une fois, tout est une question de jeux. Si ces derniers ont investi la majorité de leur temps à des titres exclusifs à la Xbox 360, tout porte à croire qu’ils seront mieux servis sur Xbox One. De l’autre côté, s’ils ont toujours préféré les jeux offerts exclusivement sur PlaySation 3, la PlayStation 4 sera la console idéale pour satisfaire leurs besoins.

Pour le moment, les défaillances techniques de la PlayStation 4 m’empêchent de recommander son achat aux joueurs occasionnels.

Mise à jour : Sony semble maintenant avoir la situation bien en main, et remplacera une console qui s’avère être défaillante. J’aime son prix, j’aime son look, j’aime sa puissance et je trouve que sa ludothèque à venir est prometteuse.

Évaluation

Verdict

J'aime son prix, j'aime son look, j'aime sa puissance et je trouve que sa ludothèque à venir est prometteuse.

Note finale : 4.5
Critères
Design
5
Matériel
3
Performance
4.5
Prix
5

Points forts

  • Design
  • Puissance
  • Fonction de partage
  • Manette

Points faibles

  • Aucune rétrocompatibilité
  • Peu de jeux sur PSN (pour l'instant)
  • Ludothèque restreinte
  • YoshMaster

    3DS et WiiU pour moi, merci bien ;)

  • Serge

    Xbox One VS Ps4 :

    Processeur AMD sensiblement identique, Carte video AMD sensiblement identique, DirectX 11.1.

    différence : bandwidth mémoire plus élevé sur ps4. kinect built-in sur xbox one alors que c’est un achat séparé sur ps4 (comme c’est un achat séparé, moins de développeurs seront enclins a développer sur cette plateforme sur ps4).

    c’est moi ou les consoles tendent à devenir de plus en plus identiques avec le temps? Je pense que le choix des joueurs devrait se diriger beaucoup plus sur les fonctionnalités plutot que sur les stats.

    • http://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Le choix des joueurs doit surtout se porter sur la ludothèque, comme je le souligne dans ma conclusion. Mais ça c’est lorsque l’utilisateur conserve la vocation première de sa console pour le jeu. Évidemment, s’il veut surtout une boîte avec de multiples fonctions complémentaires, les fonctionnalités devraient primées lors de sa réflexion.

  • miguel

    0.4% de défaillance et non 4%

  • Vinh

    je penses que je vais me prendre la ps4

    maintenant projetons nous dans 10 ans

    la ps5=> 15000 uniter de calcul en gpu
    15 ghz pour 30 processeurs mutiltaches
    100 péta pour la memoire de stockage
    25 gddr6 avec 1000 edram
    + le cloud qui multiplie par 5 les graphisme et diminue par 5 les taches dont la console aura 5 fois moins de choses a faire

    ca sera toujour une console où on peut brancher un casque de virtualité et ou avec des jeux holographique
    yugioh