Des cours de programmation : futurs cours de langue étrangère?

Informatique

Exclusif

Alors que les États-Unis se retrouvent avec de moins en moins d’étudiants en sciences informatiques, une loi permet à l’enseignement de la programmation d’équivaloir à un cours de langue étrangère.

L’état du Kentucky a passé tout récemment une loi qui autorise les établissements d’enseignement secondaire à créditer le cours de programmation informatique comme un cours de langue étrangère. Alors que la décision peut tout d’abord paraître loufoque, lorsque l’on regarde de plus près certains chiffres, cette loi avant-gardiste est pour le moins prometteuse.

Un milliard de lignes de codes et moi et moi et moi…

Alors que d’ici 2020 plus d’un million de postes de programmeurs seront à combler sur le marché du travail, seulement 2,4% des étudiants nord-américains au niveau collégial choisissent un diplôme en sciences informatiques.

Selon le sénateur soutenant la loi, David Givens, alors que d’ici 2020 plus d’un million de postes de programmeurs seront à combler sur le marché du travail, seulement 2,4% des étudiants nord-américains au niveau collégial choisissent un diplôme en sciences informatiques. Il y a donc place à amélioration afin de répondre à ces futurs besoins.

Bien que certains détracteurs y voient là une occasion perdue d’acquérir des notions d’un langage ouvrant les étudiants sur le monde, d’autres pensent que c’était la décision la plus logique à prendre. En effet, les emplois de programmeurs sont nombreux et souvent très bien rémunérés avec des salaires débutants à 60 000$ US.

Apprendre à communiquer avec nos amis de demain

La robotisation ne se limitant désormais plus à l’industrie et s’immisçant de plus en plus dans notre vie quotidienne, c’est tout un nouveau volet de la communication qui est sur le point de s’ouvrir. Votre fils pourra non seulement parler une langue étrangère, mais pourra aussi bientôt communiquer avec un robot et même programmer des fonctions pour le moins utiles. Les langages et les outils de programmation se simplifiant et se démocratisant, maîtriser ce nouveau mode d’échange devient donc accessible et de plus en plus essentiel.

Des apprentissages de la programmation dès le plus jeune âge?

Nul besoin d’attendre le secondaire pour commencer à initier les générations futures aux joies de la programmation. En effet, le projet Kickstarter Robot Turtles a pour objectif d’éveiller les premières notions de programmation via un jeu de plateau destiné aux plus de 3 ans.

Sans le savoir et tout en jouant, les enfants apprennent et développent leur logique qui leur permettra d’appréhender plus aisément par la suite la logique de la programmation, grâce à quatre tortues de couleur et à un système de labyrinthe. À chaque erreur commise par l’enfant, les autres participants peuvent crier «bug!» avant de déboguer la situation afin de renforcer les raisonnements menant à des solutions.

Et ailleurs, c’est pour quand?

Tandis que l’on utilise de plus en plus les ordinateurs, on fait peu de cas d’enseigner les méthodes nécessaires pour les programmer et aussi en connaître le fonctionnement. Alors que la plupart des travaux sont d’ores et déjà informatisés, les utilisateurs de ces machines les connaissent très mal et malgré une simplification et une plus grande accessibilité, ils en comprennent de moins en moins la logique qui les animent. Des cours d’informatique allant plus loin que le seul apprentissage de traitements de texte ou de chiffriers électroniques permettrait d’améliorer d’avantage la compréhension des fonctionnements de ces machines si communes désormais.

  • Tentacle-Sama

    C’est une bonne chose d’introduire des cours de base en programmation, mais pas nécessairement en remplacement d’un cours de langue.

    Personnellement, s’il y a des cours à enlever, c’est ceux de religion.