Google quitte une association qui ne croit pas aux impacts des changements climatiques

Changements climatiques

Selon Eric Schmidt, président du conseil d’administration de Google, le soutien de l’American Legislative Exchange Council par son entreprise était une erreur.

Lors de sa participation à l’émission The Diane Rehm Show, Eric Schmidt a été confronté à la question d’un auditeur au sujet du soutien de Google à l’ALEC, une association américaine lobbyiste de droite souvent critiquée à l’égard de ses positions sur les changements climatiques, la neutralité du Net et l’offre d’un accès Internet à haute vitesse régie par les municipalités.

«Nous les avons financés dans le cadre d’une campagne politique pour quelque chose sans lien [avec leurs positions sur les changements climatiques]», a répondu Schmidt. «Je crois que le consensus au sein de notre entreprise est que c’était peut-être une erreur, et nous tenterons de ne plus la répéter à l’avenir.»

«Nous ne devrions pas être affiliés avec ce genre d’individus : ils sont littéralement en train de mentir», a déclaré Eric Schmidt, président du conseil d’administration de Google.

Soulignons que Schmidt est resté muet quant aux motivations qui ont poussé Google à devenir membre de l’ALEC en premier lieu. Bien qu’il n’a pas commenté les positions de l’ALEC sur la neutralité du Net et l’offre d’un accès Internet régie par les municipalités, Schmidt n’a pas hésité à critiquer les positions du groupe sur les changements climatiques.

«Notre entreprise croit fermement que nous devrions prendre nos décisions politiques en tenant compte des faits (je sais, c’est surprenant), et les faits sur les changements climatiques ne sont plus remis en question désormais.»

«Tout le monde comprend que des changements climatiques sont en cours, et ceux qui s’opposent [à leurs impacts] sont vraiment en train de faire du tort à nos enfants et petits-enfants, et font de notre monde un endroit bien pire. Nous ne devrions pas être affiliés avec ce genre d’individus : ils sont littéralement en train de mentir», a-t-il conclu.

D’autres entreprises du secteur technologie affiliées à l’ALEC

Rappelons que Google était membre du groupe d’étude des technologies de l’information et des communications de l’ALEC, aux côtés de Facebook, Microsoft et Yahoo. Microsoft a coupé ses liens avec l’ALEC tout récemment. Tout porte à croire qu’avec de telles déclarations de la part de son PCA, Google quittera également le navire sous peu (si ce n’est pas déjà fait).

Ce groupe d’étude a pour mandat de rédiger des projets de loi devant être soumis aux autorités américaines compétentes. Parmi les lois qui ont été entérinées grâce à cette initiative, on retrouve notamment des mesures empêchant certaines municipalités d’offrir leur propre service d’accès à Internet à leurs citadins.

Selon un projet de loi en lien avec les changements climatiques déposé par l’ALEC, l’activité humaine «peut conduire à des changements climatiques délétères, neutres, ou peut-être même bénéfiques». On peut y lire également que «beaucoup d’incertitude scientifique entoure la nature de ces changements potentiels» et que «le coût de la réglementation pour empêcher de tels changements pourrait conduire à un grand bouleversement économique».

  • Serge

    Comment bien paraître…. « ok, on va vous soutenir, vous donner plein d’argent, et ensuite on va quitter car on ne respecte pas totalement vos idées et ca nuit à notre business, mais vous gardez quand même l’argent qu’on vous a donné pour les projets de loi que nous avons en commun ».

    • http://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Il est possible que les motivations de Google à l’égard de l’ALEC aient un lien avec sa position sur l’offre d’un accès Internet à haute vitesse régie par les municipalités. Toutefois, Google n’a peut-être pas fait ses devoirs avant de s’y affilier.

    • Steve Rodrigue

      Y’a que les fous qui ne changent pas d’idée! ;)

  • Max T.

    Si je ne me trompe pas, je crois qu’Eric Schmidt n’est plus PDG de Google.

    • http://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Effectivement, c’est l’habitude. J’ai corrigé le texte. #MilleExcuses