Opera intègre son propre bloqueur de publicité à ses navigateurs

Guerre de navigateurs

Alors qu’il était déjà présent dans la version destinée aux développeurs, le bloqueur de publicité d’Opera débarque officiellement sur ses navigateurs de bureau et mobiles.

«Opera est le premier éditeur de navigateur à offrir un bloqueur de publicité natif à travers tous les appareils», a déclaré Lars Boilesen, PDG d’Opera. «Nous faisons cela car nous souhaitons fournir aux gens les navigateurs les plus rapides du marché. Nos tests démontrent que les publicités en ligne ralentissent l’expérience de navigation. Maintenant, avec Opera, vous pouvez naviguer plus rapidement que, par exemple, dans Chrome.»

C’est ainsi qu’Opera jette les gants en s’attaquant directement au plus populaire navigateur du marché, qui a notamment mis un terme au règne de 18 ans d’Internet Explorer en avril dernier. Des rumeurs suggèrent d’ailleurs que Google travaille aussi à l’intégration dans Chrome d’un tel bloqueur de publicité.

L’entreprise norvégienne affirme que le blocage natif de publicité accélère davantage la navigation web que l’utilisation d’une extension ayant la même vocation, en partie grâce à une diminution accrue de la consommation de mémoire vive. Dans le cas d’Opera Mini, le gain de performance annoncé est de 40%.

La mémoire vive exploitée par Chrome et Opera dans divers contextes, avec 10 onglets .

La mémoire vive exploitée par Chrome et Opera dans divers contextes, avec 10 onglets .

À noter que le bloqueur de publicité d’Opera est désactivé par défaut, et qu’il peut être enclenché depuis les paramètres de l’application. Cette plus récente version d’Opera pour Windows, OS X et Linux propose aussi un outil permettant de comparer la vitesse de chargement d’une page avec ou sans publicités.

Opera, qui fait toujours l’objet d’une potentielle acquisition par un consortium chinois, revendique 59 millions d’utilisateurs de son navigateur PC et 281 millions d’utilisateurs de ses applications mobiles. Elle représente le cinquième navigateur le plus utilisé à l’échelle internationale, derrière Safari, Firefox, Internet Explorer et Chrome.

Edge, le successeur d’Internet Explorer inclus avec le système d’exploitation Windows 10 de Microsoft, proposera également un bloqueur de publicité natif prochainement. De son côté, Apple a ouvert la voie au blocage de publicité avec l’introduction d’iOS 9 en 2015.

Cette nouveauté et le gain de performance annoncé par Opera seront-ils suffisants pour lui attirer une masse critique de nouveaux utilisateurs? Chose certaine, lorsque l’on tient pour acquis le service de VPN qui sera bientôt intégré à la version publique d’Opera, ces nouvelles fonctionnalités sont du moins susceptibles d’attirer l’attention.

  • Frédéric Vachon

    Je l’essaye en ce moment sur Arch Linux, et ça va vraiment bien! Bon, reste à voir si dans la durée ça va faire une différence avec mon usage abusif habituel des onglets, mais en terme de fluidité de l’utilisation et de la rapidité du chargement des pages, y’a pas à dire, ça va bien. L’option d’extraire les vidéos de Youtube est vraiment plaisante aussi, sachant que la fonction est compatible avec les playlists. Et en plus, on peut installer des extensions de Chrome dans Opera, donc moins de dépaysement! :)

  • Gumby

    Ça s’en vient aussi pour Chrome de toutes façons. :-)