Un témoin falsifié, et non votre mot de passe, à l’origine de la brèche de Yahoo en 2015 et 2016

Piratage monstre

Yahoo a informé certains utilisateurs cette semaine de récents développements sur l’enquête entourant sa grave faille de sécurité ayant affecté plus d’un milliard de comptes en 2015 et 2016.

Alors que les deux brèches de sécurité révélées par Yahoo l’an dernier semblaient n’avoir affecté que des données remontant jusqu’à 2013, on apprend qu’elles pourraient avoir été exploitées pour compromettre la confidentialité de ses utilisateurs aussi récemment que l’an dernier.

Selon Yahoo, une partie du piratage serait attribuable à «un acteur parrainé par un État», qui aurait ainsi exploité un témoin falsifié (forged cookie) produit à partir d’un logiciel subtilisé des serveurs de l’entreprise pour accéder à des comptes d’utilisateurs sans même avoir à connaître leur mot de passe.

Un porte-parole de Yahoo a confirmé à l’Associated Press que l’entreprise avait avisé des utilisateurs d’une possible brèche de sécurité ayant affecté leur compte, sans toutefois préciser le nombre de victimes potentielles.

À noter que l’utilisation de témoin falsifié avait déjà été mentionnée par l’entreprise dans ses documents déposés à la SEC, l’autorité américaine des marchés financiers, en octobre dernier, dans le cadre du projet de Verizon de faire l’acquisition de l’entreprise. Ce qui change aujourd’hui est plutôt la portée de cette brèche de sécurité, qui s’étend désormais en 2015 et 2016.

Parallèlement à ces récents développements, Bloomberg rapporte que Verizon s’apprêterait à réviser son offre d’achat, initialement de 4,83 milliards de dollars US, en réaction à la nouvelle. Le géant américain des télécommunications pourrait ainsi retrancher de 250 à 350 millions à la somme convenue.