Île sans fil lance un appel à l’aide! (MÀJ)

Île sans fil lance un appel à l’aide! (MÀJ)

***MÀJ: Daniel Drouet, président d’Île sans fil, clarifie quelques détails dans une lettre publique publiée ici.

«On est à un point tournant», avertit le porte-parole d’ISF. «Soit on triple de taille [dans le cadre du projet soumis à la ville], soit c’est l’inverse qui va se produire.»

Dans le cadre du projet en question, l’organisme hériterait d’un budget d’un million de dollars, étalé sur cinq ans, qui lui permettrait d’installer 150 nouveaux points d’accès, dans des lieux publics un peu partout à Montréal (comme l’esplanade de la Place des Arts). Après quoi, le tout serait autofinancé, dit-il. C’est un projet qui, selon lui, est primordial tant pour les habitants de la métropole québécoise que pour son image à l’étranger.

«À Montréal, les gens s’attendent à trouver rapidement un hotspot gratuit», dit-il. «Montréal faisait partie d’un palmarès paru dans la revue anglaise Monocle sur les meilleures villes dans le monde à cause du wifi partout. Ça fait partie de l’image de Montréal comme ville branchée.»

Le hic, explique Daniel Drouet, c’est que le projet avance au ralenti dans les officines de l’administration Tremblay. Ils avaient un contact à l’interne qui les aidait à accélérer le processus, mais depuis quelques mois, l’intérêt n’y est plus. Ce n’est plus dans l’actualité, surtout que d’autres villes ont échoué dans le même genre de projet. Entre temps, ISF a modifié sa structure, pris des engagements, ainsi de suite. En quelque sorte, a mise une partie de son avenir sur ce dossier, et le temps presse. «On a modifié notre structure pour se préparer à la croissance.»

Le président d’Île sans fil soutient que le modèle proposé ici, le même qu’on retrouve à peu de choses près à Sherbrooke et à Québec, est unique, et que justement, il se distingue de ceux de Paris et San Francisco par son mélange de communautaire et de public, qui rend le tout possible. À l’heure actuelle, Île sans fil compte plus de 75 000 membres inscrits qui utilisent ses points d’accès, et ce nombre augment de 2500 nouveaux noms chaque mois. «À cause des nouveaux appareils comme l’iPhone», explique-t-il.

Il ajoute que les organisateurs d’un événement appelé International Summit for Community Wireless Networks l’ont contacté dernièrement pour organiser la chose à Montréal en 2009. Être l’hôte d’un tel événement alors que son propre projet est sur la corde raide ne plait pas trop à M. Drouet.

«On pourrait montrer le modèle québécois lors de cette conférence», plaide-t-il. «Ce serait la première fois que l’événement a lieu à l’extérieur des États-Unis.»

Concernant tout cela, la Ville de Montréal n’a qu’une réponse laconique et mystérieuse à souhait: «le dossier chemine dans l’administration.»

On en conclut que, naturellement, si 75 000 personnes appelaient demain matin au bureau des Services aux citoyens pour exiger plus de points d’accès gratuits à Internet, probablement qu’on sentirait un peu plus d’enjouement et de bonheur dans la voix du par ailleurs fort sympathique fonctionnaire qui nous a communiqué cette position officielle sur la question…

Subscribe To Our Newsletter

Get updates and learn from the best

Articles Récents

Branchez-Vous

Restez informé sur toute L’actualité techno.

Branchez-vous est un producteur québécois de contenu portant sur tout ce qui se rapporte à la technologie, mettant l’accent sur l’actualité, les chroniques d’opinions, les bancs d’essai de produits et des sujets destinés tant aux technophiles qu’au grand public.