Le dilemme de la retouche photo

Photographie

Exclusif

La photographie, c’est l’art et la technique de capturer une image par exposition à la lumière. Et plusieurs photographes, amateurs ou non, sont tout à fait contre le fait de retoucher une image une fois qu’elle a été prise.

Pour certains, le photographe se doit de capturer la scène telle quelle et donc de s’assurer que les paramètres sont réglés de façon optimale, que les imperfections font partie de l’oeuvre.

Pour d’autres, l’important est de capturer la scène, puis y apporter des correctifs par la suite, si nécessaire.

Or, il y a une distinction à faire entre «retouche photo» et «développement photo», deux termes souvent confondus.

Dans le cas d’une image retouchée par l’auteur et dont le seul but de créer une image agréable à l’œil, on peut aimer ou non, au même titre qu’une toile faite par un peintre.

La retouche photo

Des logiciels comme Photoshop d’Adobe permettent de faire de petits miracles quand vient le temps de faire disparaître des imperfections au visage, voire amincir une personne. Des infographistes vont aussi utiliser ces logiciels de traitement de l’image pour faire disparaître des câbles électriques dans l’arrière-plan, une gouttière gênante sur un immeuble, passant parfois des heures à perfectionner un seul cliché.

Certains félicitent le travail acharné de l’artiste pour avoir amélioré une scène banale, alors que d’autres crient au mensonge, car à leurs yeux, l’œuvre finale se retrouve aux antipodes du cliché original (on pense ici aux photographies dans certains magazines).

Tout dépend du but dans lequel la retouche a été réalisée.

Dans le cas des magazines de mode, on vise à projeter une image parfaite qui n’existe pas. On cherche à tromper dans le but de vendre quelque chose.

Dans le cas d’une image retouchée par l’auteur et dont le seul but de créer une image agréable à l’œil (par exemple, un paysage avec des couleurs plus vivantes ou plus estompées, sans chercher à vendre un séjour dans un centre de villégiature), on peut aimer ou non, au même titre qu’une toile faite par un peintre.

Coucher de soleil, avec fils

Ça devient donc une question de goût, et non une question morale. Ne souhaiteriez-vous pas vous aussi que les câbles disparaissent dans cette photo de coucher de soleil?

Le développement photo

Ce que les photographes faisaient autrefois dans la chambre noire ne se limitait pas à prendre un rouleau de pellicule et à le développer selon un procédé standardisé, peu importe le type de pellicule. Chaque photographe avait sa recette, sa procédure… et son petit côté artistique.

Même le grand maître Ansel Adams a développé plusieurs fois certains négatifs afin de les travailler différemment – souvent à quelques années d’intervalle – comme cette photo, intitulée «Moonrise».

L’application iOS Looking at Ansel Adams vous donnera d’ailleurs un aperçu de son œuvre, ainsi qu’un autre exemple d’une photo retravaillée au fil des ans (parfois même 30 ans plus tard) selon l’humeur de l’artiste.

Aujourd’hui, des logiciels comme Aperture ou Lightroom ont remplacé la chambre noire d’autrefois, et c’est avec l’aide de tels logiciels qu’il est maintenant possible de «développer» ses photos : rognage, redressement de la ligne d’horizon, ajustement de la balance des blancs, de l’exposition, de la saturation des couleurs, etc.

La photo ci-dessous a été prise avec les moyens du bord : un Canon 60D avec objectif Sigma 17-50mm f/2.8. J’ai dû faire la mise au point de façon manuelle pour être plus près de l’insecte, mais si j’avais eu un objectif macro, j’aurais pu me rapprocher encore plus et ne pas avoir à rogner l’image.

Ephémère (photo originale)

J’ai donc rogné l’image et modifié la composition de la photo afin de mettre l’insecte encore plus en évidence. Aussi, mes réglages n’étaient pas parfaits du premier coup, alors j’ai ajusté quelques paramètres dans le logiciel Lightroom afin d’obtenir le résultat souhaité.

Ephémère (photo retouchée)

Et si je m’étais contenté de la photo originale? La réaction sur les réseaux sociaux n’aurait pas été la même.

L’appareil photo, un outil comme les autres

Un appareil photo est l’outil du photographe au même titre qu’un pinceau pour le peintre, mais le peintre va ajuster ses couleurs ou changer de pinceau ou de canevas selon ce qu’il tente de rendre au final.

Les logiciels sont aussi là pour aider le photographe à atteindre sa vision de l’image, une vision qu’il ne pouvait peut-être pas atteindre au départ avec son seul appareil, ses objectifs, ses filtres et la lumière dont il disposait.

Il est même possible d’utiliser des logiciels comme Perfect Photo Suite afin de traiter ses images pour leur donner un look vieillot, ajouter du vignettage et appliquer d’autres effets rappelant ceux d’Instagram, mais avec un rendu plus professionnel.

Vieux-Port (photo originale)

Par exemple, cette photo était plutôt fade et le ciel complètement surexposé. J’ai donc fait quelques ajustements, puis j’ai ajouté un effet de vignettage avec Perfect Effects 4. Voilà le résultat :

Vieux-Port (photo retouchée)

Certains diront que la photo originale possédait son propre style, mais l’image ne me plaisait pas avec un ciel aussi blanc. J’aurais toutefois pu mettre moins (ou pas du tout) d’effet de vignettage. Ici, l’effet a été maximisé pour les besoins de la cause.

La photo, un art…

La photographie est un art et chaque artiste possède sa propre vision du résultat final.

Certains ont le talent, les connaissances techniques ou l’équipement pour atteindre leur but directement, sur le terrain (ou se disent satisfaits du résultat obtenu).

D’autres ont plutôt un talent ou une passion pour ajouter un petit quelque chose, une signature à leur œuvre. Signature qui changera probablement avec les années, à mesure que le parcours artistique et technique du photographe évoluera lui aussi.

  • Maxime Tremblay

    La retouche fait avec bon goût permet de mettre l’accent sur les qualités du photographes et d’en faire ressortir le meilleur. Tout simplement.

  • Marie-Lyliane Simard

    Merci pour cet article tout simple, mais intéressant. J’entre à peine dans le monde de la retouche photo et constate en effet que la modération a bien meilleur goût… la plupart du temps :P

    • LeTechnophile

      Merci de votre commentaire!

      Confidence: Au tout début, il y a 4 ans, je me REFUSAIS à quelque retouche que ce soit. « C’est bien plus valorisant de réussir sa photo soi-même », pensais-je… puis j’ai réalisé que les logiciels remplaçaient tout simplement la chambre noire. Que les grands photographes de ce monde ne le criaient pas sur tous les toits, mais faisaient, eux aussi, de la retouche.

      Le seul avantage à réussir sa photo « du premier coup »? (enfin, on peut quand-même en prendre une douzaine et choisir ensuite, c’est pas interdit! hehe!) C’est qu’on sauve BEAUCOUP de temps à ne pas devoir faire de « post-production ». Mais rares sont les clichés que je ne retouche pas du tout avant de publier, depuis deux ans. Au diable, les préjugés des gens. Je préfère sortir une image dont je suis fier que de me priver de ces outils tout aussi importants que l’appareil lui-même!

      • Marie-Lyliane Simard

        Je suis tout à fait d’accord avec vous : « Je préfère sortir une image dont je suis fier que de me priver de ces outils tout aussi importants que l’appareil lui-même! ». D’autant plus qu’on n’a pas toujours le temps (ou l’habileté) de faire le cliché parfait du premier coup. Retoucher une photo enlève en quelque sorte la déception de ne pas avoir un cliché à la hauteur de ce que nos yeux ont vu :)

        • http://www.senterre.com/ Éric Senterre

          J’ajouterai que la retouche photo est également un très bon outil pédagogique. À force de toujours corriger les mêmes erreurs sur nos photos, on finit par le faire directement dans l’appareil, à la prise de vue. Ça nous fait développer notre « œil photo ».

          • Marie-Lyliane Simard

            Tellement vrai ce que vous dites :)

  • Christian Jarry

    Je suis pour la retouche tant qu’on altère pas le sujet dramatiquement (ex: faire perdre 10-20 livres). Et encore, si c’est fait avec le consentement du sujet en pleine connaissance de cause et que c’est déclaré, qui sommes nous pour juger?

    • LeTechnophile

      Exactement! Le problème, c’est que les magazines ne le déclarent pas et ce serait la moindre des choses.

  • Dominique Huet

    Tout à fait d’accord pour une retouche qui améliore la photo, ll y a plein de bonne raison pour ça: recadrage, ajustement luminosité/contraste/couleurs, etc. Mais les retouches à la Instagram qui n’apportent rien, c’est une autre histoire…

  • Nicolas Facq

    On peut tout faire et n’mporte quoi en retouche, en fait il existe même des style photographique ( et j’en ai fait bon nombres ) qui s’appelle le composite, qui te permet finalement de créer de toute pièce des photos dans des univers différents …. si lOn regarde le travail de Dave Hill ou Jim Fiscus, il y a vraiment un monde entre cela et la photo traditionelle seulement il ne faut pas oublier une chose, pour être exploitable, une photo doit être avant tout impeccable en terme de technique … dans tes deux exemples, on s’entend que cropper un insecte pris à main lever avec une 17-50 n’a rien à voir avec de la macro …. et que ( sans doute pire encore..) tu ne fabrique pas une photo de paysage avec un logiciel de pseudo HDR et une photo déjà cramée dans les blancs ;) ….comme tu le précise, c’est un art, on utilise souvent des stratagèmes pour embellir, on a chacun nos trucs, mais l’original, le RAW est déjà impeccable AVANT quelque retouche que ce soit ;)

    • Marc-André Pauzé

      Un fichier RAW, par définition a besoin d’une étape de développement ou d’ajustement. C’est l’équivalent du travail du maître tireur en chambre noire. On ajuste les contrastes et faisons des ajustements localisé pour accentuer ou non une zone. Ces ajustement n’implique aucune altération du contenu. C’est la différence entre l’ajustement (ou développement ou optimisation ) et la retouche ( altération du contenu, images composites, ou illustration (comme les mariés assis sur un nuage dans le ciel)

      En photographie documentaire, l’éthique nous empêche d’altérer le contenu.

    • LeTechnophile

      Le but, avec mon 2e exemple, n’était pas de démontrer comment faire du HDR. Il s’agit d’une seule photo dans laquelle j’ai ajusté quelques paramètres pour faire ressortir quelques couleurs (en exagérant le bleu du ciel, c’est clair! mais je voulais que l’exemple soit flagrant). Les blancs cramés ce n’est jamais bon, mais parfois, on ne peut pas faire grand chose quand on fait face (ou presque) au soleil…. sinon retourner sur place une autre journée, à une autre heure, ce que je n’ai pas eu l’occasion de faire. ;-)

      • Nicolas Facq

        oui je me suis relu et j’ai été un peu dur sur mon commentaire ;) Je suis d’autant plus impardonnable que j’ai moi-meme un site-tutoriel ou je fais ce genre de démonstration et effectivement, pour faire comprendre, il faut éxagérer souvent ;)

        • LeTechnophile

          Exact. Faut prendre en considération que BEAUCOUP de gens n’ont aucune idée de tout ce qu’ils peuvent faire avec un appareil photo ou un logiciel, alors parfois je « beurre épais » simplement dans le but de simplifier l’approche, que ça ne soit pas trop intimidant (du moins j’espère).

          • Nicolas Facq

            Avec le recul, je trouve cela tres bien :) Vraiment … :)

  • marie jo

    Voici une photo que je recolore avec mes ressentis comme un tableau