Un casque permettant de contrôler vos rêves suscite la grogne sur Kickstarter

Financement collaboratif

Québec
Liste de tags

Après avoir amassé plus de 363 000$ CA, des concepteurs montréalais annulent la réalisation de Luci, un ambitieux projet d’inducteur de rêve lucide.

Inception. Voilà la première idée qui vous vient sans doute en tête lorsque vous lisez la description du projet en question sur Kickstarter. Le film de Christopher Nolan se déroule dans un avenir rapproché où l’armée américaine a développé le rêve partagé, une méthode permettant d’influencer l’inconscient d’une victime lorsqu’elle rêve afin de collecter de l’information. Réalité ou fiction?

Le défunt projet a atteint plus de 400 000$, avant de redescendre à 363 302$ ce lundi. Puisque le projet a été annulé, la somme sera redistribuée aux 2 569 bailleurs de fonds.

Pour le moment du moins, il semblerait que ce soit de la fiction.

En effet, un projet de casque permettant de faciliter l’accès à vos rêves durant votre sommeil a brusquement été annulé lundi dernier.

Baptisé Luci, le casque aurait permis à son utilisateur d’interagir directement avec les différentes composantes de son rêve. Doté d’un électroencéphalogramme situé derrière la tête, l’appareil aurait alerté le sujet endormi de la présence d’un rêve par le biais d’un signal sonore afin de transformer l’activité cérébrale en rêve lucide.

Le 1er novembre dernier, Amine Barnat soutient Luci en promettant de verser 175$, en échange de quoi l’entreprise montréalaise GPX Technologies prévoit lui envoyer l’inducteur de rêve lucide une fois la première production terminée. Par la suite, l’étudiant parisien devient de plus en plus sceptique après s’être renseigné sur le sujet. Il décide alors de réduire sa contribution à 1$, juste ce qu’il faut pour pouvoir commenter sur la page et alerter les internautes de ce qu’il croit être une arnaque.

Une vague de commentaires publiés par Barnat et d’autres bailleurs de fonds soulignent le manque d’information sur GPX Technologies et son fondateur, Wayne Kendall. Certains déclarent que les images utilisés pour promouvoir le projet semblent avoir été falsifiées, sans compter qu’il n’existe aucune vidéo permettant de voir le prototype en action.

luci

Sur une cible de 40 000$, le défunt projet a atteint plus de 400 000$ dimanche dernier, avant de redescendre à 363 302$ ce lundi. Puisque le projet a été annulé, la somme sera redistribuée aux 2 569 bailleurs de fonds.

Afin de vérifier le bien-fondé d’un projet, les ressources de Kickstarter sont limitées. Le service vérifie l’identité, l’adresse, le compte bancaire, le numéro de téléphone et le courriel des candidats désirant soumettre un projet. Tous les porteurs de projets sont avertis qu’ils peuvent faire face à des procédures judiciaires s’ils ne parviennent pas à tenir leurs promesses.

De l’autre côté, Kickstarter avise les internautes de réviser soigneusement le matériel d’un projet avant d’investir dans celui-ci. Un formulaire visant à alerter le service d’un projet suspect ou potentiellement frauduleux est également à la portée de ses utilisateurs.

  • Anthony Brogat

    J’ai suivi le projet depuis le tout début et c’est vraiment une grosse déception…