BlackBerry enregistre d’énormes pertes pour son dernier trimestre

Affaires

Liste de tags

Plus ça va, plus la chanson «Ça va bien» de Kathleen risque de ne jamais devenir l’hymne officiel de l’entreprise canadienne, autrefois leader en télécommunications mobiles.

Pour le troisième trimestre de son année fiscale, BlackBerry doit essuyer une perte de 4,4 milliards de dollars US, soit 8,37$ par action. Pour la même période l’an dernier, l’entreprise avait réalisé un bénéfice net de 9 millions – une modeste somme, mais qui avait l’avantage d’être positive.

L’entreprise reconnaît cependant que son plus grand défi est toujours celui de plaire au secteur des affaires.

La société explique le résultat de ce bilan financier par les ventes échaudées de ses téléphones intelligents et la dépréciation de son inventaire.

BlackBerry a vendu environ 4,3 millions d’appareils au cours des mois de septembre, octobre et novembre. Parmi ce lot, 3,2 millions sont des modèles de téléphones intelligents roulant sous BlackBerry 7, l’ancien système d’exploitation de l’entreprise.

Lorsqu’on exclut la dépréciation de ses produits en stock, les pertes se chiffrent à 354 millions, ou 67¢ par action.

Les fonds de la société se chiffrent à 3,2 milliards, alors qu’elle avait 2,6 milliards en réserve l’an dernier, mais ce montant inclut l’injection d’un milliard amassé auprès d’un groupe d’investisseurs le mois dernier.

Nouveau partenariat avec Foxconn

BlackBerry annonce du même souffle un partenariat de 5 ans avec Foxconn afin de développer et fabriquer des appareils pour l’Indonésie et d’autres marchés émergents. L’entreprise reconnaît cependant que son plus grand défi est toujours celui de plaire au secteur des affaires.

«Bien que nos services aux entreprises, notre service de messagerie et nos activités avec les entreprises de systèmes embarqués sont déjà bien positionnés… le défi le plus immédiat pour la société est de savoir comment faire la transition des opérations liées à nos appareils vers un modèle d’entreprise plus rentable», déclare John Chen, le nouveau PDG de BlackBerry.

Chen a souligné que l’entreprise n’a pas l’intention d’abandonner le marché des téléphones intelligents, mais il compte sur une forte croissance de ses activités dans le secteur des affaires, notamment ses services qui gèrent les flottes d’appareils des réseaux internes de ses clients commerciaux et gouvernementaux.

  • Tommy Sec

    Il devrait innover leur mobile avec des design et technologie innovateur. Le mobile ne fait jamaiis la une et un retard sur les compétiteurs en terme de innovation.

  • Tommy Sec

    Pourquoi on devrait absolument utilisé la technologie Blackberry en 2013? J’ai des doutes sur leur long succèset leur de leur moment de gloire en 2009.

  • Guy

    Pourquoi les compagnies automobiles de l’Amérique se sont retrouvées au bord du gouffre?…Par ce que nous, nord américains avons encouragés les compagnies automobiles asiatiques, allemandes etc pour encourager leurs économies et plomber la notre…Même phénomène avec Blackberry…on ne les achète pas pour une raison que j »ignore…Mettez un IPHONE et un Q10 de BB cote à cote…allez-y de vos tests…et vous verrez que la technologie n’est pas la raison…On boude carrément BB…et comme de bons canadiens que nous sommes on se tire dans le pied en démonisant un de nos fleuron…Si tous les canadiens et compagnies canadiennes soutenions BB..déjà on créerait un BUZZ…si BB est en si mauvaise posture c’est essentiellement à cause d’analystes financiers et peut-être même APPLE qui ne le voulaient plus dans le décor…Mais tous les experts qui ont testés la plateforme BB10 s’accordent pour dire que c’est un excellent produit…À nous de jouer maintenant.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Non. S’il fallait appliquer votre logique, on devrait se priver de toute technologie étrangère pour ne miser que sur ce qui est produit au pays. Peut-on construire un téléphone dont l’ensemble des composants est entièrement fabriqué au Canada?

      BlackBerry a été numéro un grâce à ses exportations. Nous avons donc le droit de profiter du fait que les étrangers achètent nos produits, mais bouder les leurs?

      Avant d’acheter un produit techno, renseignez-vous, essayez-le si vous le pouvez, et faites votre choix selon votre expérience. N’achetez jamais un produit à 500$ qui ne vous satisfait pas pleinement ou qui ne répond pas à vos besoins seulement pour encourager l’économie locale.

      BlackBerry 10 est loin d’être un excellent produit. Mais il n’est pas pitoyable non plus.