John Chen révèle son plan pour redresser BlackBerry

Affaires

Le nouveau PDG veut faire comprendre au monde entier qu’il n’est pas nécessaire de posséder un appareil BlackBerry pour être un client de BlackBerry.

Dans le cadre d’une entrevue réalisée par le blogue CrackBerry, John Chen a révélé la stratégie qu’il entend mettre en place afin de sauvegarder son entreprise.

Pour le moment, BBM perd de l’argent. Mais la situation est loin d’inquiéter Chen, qui voit surtout le service comme un moyen de créer une impression positive aux yeux des consommateurs.

D’abord, BlackBerry Enterprise Server est à son avis la clé qui permettra à BlackBerry de regagner son titre de leader du secteur mobile en entreprise. L’idée est de faire en sorte que BlackBerry Enterprise Server soit le meilleur service multiplateforme de gestion d’appareils mobiles, devant ainsi indispensable aux yeux des entreprises qui tentent désespérément de gérer leur flotte d’appareils Android, iOS et Windows Phone.

«Presque toutes les entreprises au monde font aujourd’hui face à la mobilité sous une forme ou une autre», explique-t-il. «La plupart d’entre-elles le font un peu de façon fragmentaire ou sporadique. […] Un besoin existe pour une très bonne solution intégrée. Ce sera donc la vocation des prochaines versions de BlackBerry Enterprise Service. […] Mais nous devons comprendre comment les entreprises gèrent leurs applications mobiles – le développement, la provision, l’identification, l’authentification, et ainsi de suite – et mettre beaucoup plus l’accent sur la sécurité.»

La seconde stratégie pour maintenir l’intérêt de la marque auprès des utilisateurs d’appareils mobiles réside dans le service BlackBerry Messenger, dont les versions Android et iOS ont été lancées en automne dernier. Encore une fois, Chen veut que l’entreprise soit perçue comme un fournisseur de services mobiles plutôt qu’un fabricant d’appareils.

«C’était la première fois qu’on exploitait la marque BlackBerry à l’extérieur de son propre environnement, et comme vous pouvez voir, les résultats sont très excitants. Vous avez 45 millions d’utilisateurs sur BlackBerry, et 40 millions d’utilisateurs sur Android et iOS, donc un total de 85 millions d’utilisateurs de la messagerie sociale. On gagne du terrain.»

Pour le moment, BBM perd de l’argent. Mais la situation est loin d’inquiéter Chen, qui voit surtout le service comme un moyen de créer une impression positive aux yeux des consommateurs (à l’instar de Microsoft et Xbox, une division qui ne parvient toujours pas à être rentable).

Finalement, du côté matériel, Chen souligne que la société va concentrer ses efforts sur ce qu’il appelle les «industries réglementées», c’est-à-dire les entreprises où les travailleurs n’ont d’autre choix que de s’en tenir à BlackBerry pour des raisons de sécurité.

«Il y aura des banques, des compagnies d’assurances, de soin de santé, des gouvernements», souligne Chen. «Mon objectif numéro un pour l’entreprise est de générer de la liquidité à nouveau […] et commencer à gagner de l’argent tout en investissant dans les domaines dont je vous ai parlé. Une fois que nous y parviendrons, et que le niveau de fidélisation des industries réglementées sera plus fort, je crois que nous aurons de meilleures opportunités.»