Facebook veut restreindre l’affichage d’appâts à clics dans le fil d’actualité

Click bait

«Vous n’arriverez pas à croire ce qui est arrivé ensuite» et autres titres accrocheurs sont voués à disparaître graduellement du réseau social.

À l’ère des réseaux sociaux, où bon nombre d’internautes s’amusent à repartager des articles sans nécessairement prendre le temps de les lire, un phénomène grandissant semble avoir pris d’assaut les titres de certaines publications : le click bait (ou appât à clic).

Selon un sondage effectué par Facebook, 80% des utilisateurs préfèrent voir des titres qui les aident à décider s’ils veulent lire l’article complet avant de cliquer sur celui-ci.

Il s’agit d’une ruse visant à inciter les gens à cliquer sur un article afin d’en découvrir la nature, sans toutefois révéler beaucoup d’informations à son sujet. Comme le souligne Facebook aujourd’hui, les publications du genre ont tendance à obtenir un plus grand nombre de clics (curiosité oblige), et elles se retrouvent par conséquent en tête du fil d’actualité d’un plus grand nombre d’utilisateurs.

Dans l’optique de vouloir améliorer l’expérience de ses membres, Facebook annonce des modifications de son algorithme visant à faire disparaître les appâts à clics de son réseau social.

Pourquoi? «Lorsque nous avons demandé dans le cadre d’un sondage quel type de contenu nos utilisateurs préféraient voir dans leur fil d’actualité, 80% d’entre eux nous ont dit préférer voir des titres qui les aident à décider s’ils veulent lire l’article complet avant de cliquer sur celui-ci», explique le réseau social sur son blogue.

La technique employée par Facebook viendra non seulement réduire le nombre d’articles titrés de la sorte, mais devrait également affecter les articles carrément non pertinents.

Dans un premier temps, l’algorithme de Facebook portera une attention particulière au temps que prennent ses utilisateurs à lire un article dont le lien apparaît sur le site. Si le délai est trop court, cela supposerait que l’article en question est mal titré ou simplement non pertinent.

Facebook prendra également en considération le ratio de clics d’un article en particulier par rapport à la conversation que celui-ci génère. Si un contenu génère beaucoup de clics mais peu de conversation, sa valeur sera également qualifiée comme étant moindre aux yeux des membres du réseau social.

Qu’arrive-t-il si vous cliquez sur un lien que vous souhaitez lire plus tard?

Dans le cadre de cette nouvelle, The Next Web apporte une réflexion intéressante sur une technique employée par certains utilisateurs, qui ont tendance à cliquer sur plusieurs liens dans le but de les lire plus tard.

Il va de soi que la fonction de sauvegarde dévoilée il y a quelques semaines par Facebook propose aux utilisateurs d’adopter un nouveau comportement : soit d’ajouter des contenus sur une liste d’articles à lire plus tard. Mais puisque changer une vieille habitude demande généralement du temps, espérons que Facebook apportera des ajustements à son algorithme afin de ne pas pénaliser les articles plus susceptibles d’être lus à tête reposée.

Le partage de photos également affecté

À noter aussi que Facebook apportera des modifications sur la valeur qu’elle accorde aux articles partagés par le biais d’une image. Le réseau social souhaite favoriser les articles dont le partage génère un aperçu au bas du statut, notamment parce que celui-ci comprend de l’information complémentaire absente du partage de photos.

  • Patrick

    Oui mais….snif. Je veux la voir moi la photo du gars qui se fait manger vivant devans ses enfants. Ça fait 10 fois que je clique et tout ce que j’ai fini par voir c’est une femme avec des gros nichons et j’ai attrapé 3 virus et une tonne de malware. /sarcasme off

    ENFIN!!! Moi qui suis un utilisateur de FB surtout pour les articles intéressant, la politique, le geek stuff, les nouvelles des amis et autres je n’en pouvais plus de voir ces merdes répandre le web. Surtout lorsque je voyais des gens commenter sans même cliquer…et que les articles n’existait même pas….

  • Tentacle-Sama

    Une autre plaie, c’est les lien de parrainage caché dans des URL raccourcies qui promettent autre chose… pas juste sur les réseau sociaux d’ailleurs.