HTTP/2 promet d’accélérer votre expérience web

Internet

Liste de tags

Aujourd’hui est un grand jour. La prochaine version majeure de HTTP, le protocole au cœur du Web qui est demeuré inchangé en 16 ans, a été officiellement finalisée.

En effet, l’actuelle norme qui vous permet de lire ces lignes n’a pas subi de révision majeure depuis 1999, au moment où la version 1.1 a été publiée.

HTTP/2 nécessitera beaucoup moins de connexions, ce qui devrait réduire considérablement la charge de travail actuellement imposée sur les serveurs et réseaux.

C’est Mark Nottingham, président du groupe de travail de HTTP de l’Internet Engineering Task Force (IETF), qui en a fait l’annonce aujourd’hui. La prochaine étape avant que HTTP/2 ne devienne une norme est de passer par le processus RFC de l’IETF afin d’en rédiger la version définitive.

Fondamentalement, le nouveau protocole emploie le même API que HTTP, mais permet aux développeurs d’exploiter une série de nouvelles fonctions. Au menu des bénéfices qu’apportera HTTP/2, il est question d’accélérer le chargement des pages, de maintenir plus longuement les connexions, d’accélérer la réception des éléments grâce au multiplexage des requêtes, et de permettre aux serveurs de distribuer les données par sa propre initiative (le concept du server push).

HTTP/2 nécessitera aussi beaucoup moins de connexions, ce qui devrait réduire considérablement la charge de travail actuellement imposée sur les serveurs et réseaux.

Cette nouvelle version de HTTP est basée sur le protocole SPDY de Google, aujourd’hui utilisé par certaines technologies pour gérer le trafic afin d’améliorer le temps de latence et la sécurité. Google a d’ailleurs récemment annoncé que le HTTP/2 sera bientôt implanté dans Chrome.

Les développeurs curieux d’essayer HTTP/2 avant tout le monde peuvent déjà le faire sous Firefox et Chrome, en téléchargeant des serveurs conçus pour effectuer leurs tests. Rendez-vous dans la FAQ de HTTP/2 afin de connaître la démarche à suivre.