Fallout 4

Critique

Exclusif

Depuis qu’il a été montré, Fallout 4 déchaîne les passions et les attentes. À quoi s’attendre alors? Depuis deux semaines que nous le jouons, nous n’en avons pas encore vu le bout.

Ceux qui ont joué Fallout 3 ne vont pas être dépaysés. Les autres à la recherche d’une très grande aventure, vous devriez fortement considérer ce jeu. Fallout 4 vous immerge dans un monde post-apocalyptique où les bombes atomiques ont eu raison de notre civilisation.

Dans cet immense RPG, on sent la patte si unique de Bethesda avec les bonnes choses habituelles, mais aussi quelques défauts habituels…

Scénario

Vous êtes lâché dans un vaste monde, libre à vous de l’aborder comme vous le voulez. Cette façon de faire a de quoi déstabiliser le joueur au début de l’aventure, mais on prend ses marques facilement.

Fini le Wasteland, et bienvenue dans le Commonwealth.1 Tout commence avant la guerre, on façonne notre héros, on joue un peu avec sa famille, des bombes explosent dans le ciel. Pas le temps de penser à ses affaires, celui-ci se dirige vers l’Abri 111 avec les siens. 200 ans plus tard, après être passé par la case cryogénisation, le voilà qui se réveille, prêt à parcourir le Commonwealth, la région dévastée dans laquelle il devra survivre.

À l’extérieur, outre les nombreux ennemis qui peuplent cette terre qui tente de se reconstruire, notre héros tombera rapidement sur les Miliciens, un groupe de bons samaritains décidés à ramener la paix. L’aventure peut commencer.

Outre l’histoire principale dont la trame narre votre recherche d’une personne disparue, vous aurez bien sûr à accomplir des dizaines et dizaines de quêtes secondaires. Assez riches, elles proposent des objectifs divers. Fidèle à lui-même, Bethesda livre un jeu dans la lignée directe de Fallout 3 et autres Elder Scrolls. Vous êtes lâché dans un vaste monde, libre à vous de l’aborder comme vous le voulez. Cette façon de faire a de quoi déstabiliser le joueur au début de l’aventure, mais on prend ses marques facilement, d’autant plus qu’une première mission nous est rapidement confiée, de quoi pouvoir enchaîner sur la suite de l’histoire.

Jouabilité

C’est ce côté qui risque clairement de diviser le public. Elle n’a évolué en rien depuis Fallout 3. Si sur les consoles de précédente génération ce gameplay passait, il est devenu trop raide avec cette génération de console. Il n’y a pas d’aide à la visée, faire un tir à la tête demande de l’habitude. Bref, la jouabilité est assez raide, et on a l’impression perpétuelle que notre personnage se promène avec un ballet coincé dans son fondement.

fallout03

Alors certes, elle n’est pas rébarbative, loin de là, mais depuis Fallout 3, une tripotée de jeux sont sortis et l’ont fait évoluer. Il résulte de cette raideur une certaine difficulté qui vient accentuer celle déjà présente. Bien sûr, votre faible niveau en début d’aventure n’aide pas et renforce cette difficulté. Il faudra donc éviter de foncer lorsqu’on vous demandera une mission plus difficile comme nettoyer l’usine Corvega. La solution consiste, comme dans Fallout 3, à opérer de nombreux retours en arrière pour s’abriter.

En outre, le jeu reste toujours jouable à la première et troisième personne, passant de l’une à l’autre en pressant le bouton Select. Même si vous préférez jouer à la première personne, passer à la troisième personne sera indispensable dans de nombreux cas pour la simple raison de la visée trop imprécise sur une longue distance à la première personne. Avec quatre réticules autour de l’endroit à viser qui empêchent de le voir, il devient un simple point à la troisième personne. On rentre bien plus facilement les tirs dans la tête à distance de cette manière. Il vous faudra donc jongler entre les deux vues, mais rien de rébarbatif.

Technique

Le jeu est beau, sans être révolutionnaire. Le moteur est le même que celui utilisé pour Skyrim, mais retravaillé pour les consoles actuelles. Les personnages ne se distinguent pas par une modélisation poussée. Les environnements ne semblent pas parfois photoréalistes comme dans un Star Wars Battlefront, mais les belles textures contribuent à nous immerger dans ce monde, tout comme le design général du titre terriblement aguicheur. Vous n’allez pas être frappé par la qualité technique, mais la direction artistique du jeu va contribuer grandement à vous accrocher à cet univers.

fallout05

Ça, c’est si vous le jouez sur consoles. Sur PC, les textures gagnent encore en réalisme, et le jeu y est bien plus beau. Pas la peine de posséder une carte graphique haut de gamme, une GTX 960 de Nvidia ou une R9 280X d’AMD est suffisante pour faire tourner le jeu au maximum.

Il en résulte donc un charme et un je ne sais quoi de terriblement sexy qui émane de ce jeu, et vous happe dès les premières minutes. Même si la sortie de l’Abri 111 vous paraîtra du déjà vu quand on a joué Fallout 3 et New Vegas, on ne peut s’empêcher de vouloir parcourir ce monde et d’aller toujours plus loin.

fallout02

S’il n’y a pas de temps de chargement à l’extérieur, ils se déclenchent dès que l’on entre dans un endroit. Comme il fallait s’y attendre, ceux-ci sont un peu longs. Toutefois, on s’y fait très vite, d’autant plus que ce n’est pas quasi permanent. Vous les sentirez surtout lorsqu’il faudra donner l’assaut dans des bâtiments où les ennemis sont nombreux, et où la seule solution avec un bas niveau est de rentrer et sortir pour attirer quelques ennemis à l’extérieur.

Mise en scène

Alors voilà, nous jouons à nos versions reçues, et sur Xbox One principalement depuis plus de deux semaines, et nous avons un bogue qui devrait être réglé pour la sortie lors des dialogues. Ceux-ci peuvent se superposer ou arriver en retard. En tout cas, rien de bien révolutionnaire dans la mise en scène. Un plan caméra en ¾ à chaque tour qu’une personne parle, et c’est tout.

Toutefois, l’histoire est vraiment bien menée et contribue à notre immersion. Et puis, les différents décors et l’excitation de les découvrir est déjà toute une mise en scène pour nous y faire parvenir. On peut avoir parfois l’excellente surprise de tomber sur une ferme, ou alors sur quelque chose d’abandonné et prêt à vous donner la chair de poule. La découverte est constante dans ce monde ouvert, mais ne vous attendez pas à de grandes cinématiques.

fallout04

Les dialogues jouent là encore une importance capitale. Vous avez quatre choix de réponses : deux pour aller plus loin en faisant parler la personne, et deux qui indiqueront votre humeur. Si vous voulez jouer les bad ass, ce sera l’occasion d’être désobligeant avec vos interlocuteurs. En tout cas, tous ces dialogues ont été doublés, et les personnes que vous allez rencontrer sont incroyablement nombreuses. Il en résulte un monde qui laisse une impression de vie encore plus forte, d’autant plus que chacun a sa propre voix et apparence. De ce côté, le travail accompli est tout simplement gigantesque.

Progression

Comme dans tout jeu Bethesda, on peut lâcher à tout moment une quête pour se concentrer sur une autre, puis la reprendre d’où on en était.

Comme nous le disions plus haut, le jeu offre une quête principale et de nombreuses quêtes secondaires plus ou moins importantes. Outre retrouver une personne disparue, votre plus gros défi sera de tenter de recréer des endroits sûrs afin de créer de nouvelles villes.

Bien entendu, à côté de ces deux objectifs, des missions secondaires par dizaines vous seront offertes. Comme dans tout jeu Bethesda qui se respecte, on peut lâcher à tout moment une quête pour se concentrer sur une autre, puis la reprendre d’où on en était.

Pour gérer votre inventaire et vos missions, le fameux Pip-Boy fait bien sûr son retour. Par contre, cet élément n’a pas vraiment évolué depuis Fallout 3, avec son interface en noir et vert, et ses options parfois limitées, comme les nombreux objets qui s’accumulent et qui ne peuvent être triés que par ordre alphabétique. On note l’arrivée des différents items qui s’affichent en 3D, ce qui peut être parfois pratique, mais c’est bien tout. Elle est toujours mieux faite que dans The Witcher 3, mais elle commence à dater.

La progression reste calquée sur Fallout 3. On monte de niveau en tuant des ennemis et en accomplissant des missions, et l’on ajoute des points de compétence à notre personnage. Fini par contre les spécialités déblocables dès le début du jeu, il faudra monter au maximum certaines de vos caractéristiques primaires comme votre résistance afin de pouvoir ensuite y accéder.

fallout06

L’une des grandes nouveautés vient des ateliers de fabrication qui vous permettront de confectionner toutes sortes d’équipements, voir même des maisons et le mobilier qui va avec. Tous les objets que l’on trouve pourront servir, et ceux-ci peuvent être démantelés et stockés pour plus tard. Par exemple, en recyclant de vieux canapés, on obtiendra assez de bois pour monter les murs d’un abri. Tous les armes et équipements peuvent également être modifiés ou améliorés.

Côté ennemis, on retrouve une palette d’adversaire plutôt variée, bandits survivants, mutants irradiés, animaux mutants, divers insectes géants, ou même des robots humanoïdes, il y en a pour tous les goûts. En tout cas, à difficulté normale, tous opposent une résistance farouche, du moins lors des premiers niveaux. Avec l’expérience, ils seront plus faciles à abattre, mais le jeu reste néanmoins demandeur en munitions. Si elles ne sont pas rares, leur quantité contenue est limitée. Hors de question alors de tirer à tout-va, il va falloir s’entraîner à viser la tête ou profiter de votre pouvoir spécial qui permet de viser une zone en priorité pendant que le monde ralentit autour de vous.

fallout07

Pour vous aider, votre chien prénommé Canigou dans la version francophone (nom qui se veut recherché, en référence à une marque de pâté pour chien célèbre en France) pourra se jeter sur les ennemis afin de les désarmer, voire même de les tuer. Si sa présence est bénéfique dans les phases d’exploration, il pourra se montrer gênant face à des ennemis dans des situations précises comme dans un escalier ou sur une étroite passerelle. Il vous bloque alors le passage et ne comprend pas assez vite qu’il faut se pousser. Vous n’aurez d’autres choix parfois que de lui demander de rester en arrière, puis de retourner le chercher une fois l’endroit «nettoyé».

Ambiance

Les musiques sont absolument superbes. Composées par Inon Zur, elles collent parfaitement à l’état d’esprit du jeu. De longues complaintes et mélodies qui viennent toujours au bon moment mettre en valeur l’ambiance générale. Si vous avez apprécié les bandes originales de Skyrim ou Oblivion, il est clair que vous ferez même partie de ceux qui se procureront l’album.

Les milliers de dialogues et de voix différentes qui les composent sont d’une rare richesse, tandis que les différents bruitages contribuent là aussi à nous donner l’illusion que ce monde existe.

Conclusion

À moins de le mettre à la difficulté facile, Fallout 4 est un jeu qui va demander de l’investissement au début, et exigera de jouer avec une grande retenue afin de ne pas se faire tuer et recommencer loin en arrière si l’on a oublié de sauvegarder. L’avantage c’est que l’on peut le faire à n’importe quel moment, même en plein combat. On peut alors avancer en nettoyant au fur et à mesure, tout en sauvegardant à son rythme. En prenant du niveau, on devient bien plus résistant, l’équipement s’améliore, et le jeu devient alors bien plus facile. 


fallout01

Le battage médiatique autour de ce jeu a beau être énorme, il reste en priorité destiné aux joueurs qui veulent s’investir non seulement en temps, mais aussi dans la difficulté, du moins au début de l’aventure. Sur ce point, Bethesda reste fidèle à sa réputation à savoir s’adresser aux joueurs plus hardcores. Pour le grand public, cette approche risque d’être trop difficile. On met alors le jeu à facile , et on avance bien plus paisiblement.

Bien que le jeu méritait une mise à jour de son interface et surtout de sa jouabilité, il surprend et immerge par la qualité de sa direction artistique, son monde vaste, ses missions, ses nombreux ennemis et équipements. Donc oui, Fallout 4 est l’un des grands jeux de cette fin d’année que l’on attendait tous, mais il est dommage que Bethesda n’en ait pas profité pour faire évoluer certains points.

  1. NDLR : À ne pas confondre avec le véritable Commonwealth de l’Empire britannique.

Évaluation

Verdict

Bien que Fallout 4 méritait une mise à jour de sa jouabilité, il surprend par la qualité de sa direction artistique, son monde vaste, ses missions, et ses nombreux ennemis.

Note finale : 4.5
Critères
Scénario
4
Design
5
Ambiance
5
Jouabilité
3

Points forts

  • Direction artistique
  • Scénario
  • Richesse
  • Vaste
  • Construction

Points faibles

  • Jouabilité qui date
  • Beau, mais sans plus
  • Intelligence artificielle du chien
  • Difficile au début
  • Steve Rodrigue

    Merci pour cette évaluation! Puisque je manque de temps… je vais jouer au mode facile. ;)