La STM déploie le repérage d’autobus en temps réel

iBUS

Québec
Liste de tags

Le système permettant aux usagers de connaître le moment exact de l’arrivée d’un autobus du réseau de la Société de transport de Montréal a commencé sa mise à l’essai cette semaine.

D’abord prévue pour 2014, l’implantation du système iBUS pour l’ensemble du territoire de la STM doit désormais être complétée pour la fin de 2016. Actuellement, deux autobus des lignes 32 Lacordaire et 144 Avenue des Pins sont équipés de systèmes de géolocalisation, d’afficheurs et de messages sonores annonçant les prochains arrêts. La mise à l’essai doit se poursuivre jusqu’au 23 décembre.

La STM sera en mesure d’observer l’achalandage de sa flotte d’autobus et ainsi pallier les perturbations de son réseau.

Selon la STM, les retards de livraison du projet s’expliquent par la sophistication du système.

À terme, les usagers pourront non seulement exploiter une nouvelle application mobile (prévue pour la fin de l’an prochain) afin de connaître l’emplacement en temps réel des autobus du réseau, mais la STM sera aussi en mesure d’observer l’achalandage de sa flotte d’autobus et ainsi mieux répondre à la demande en déployant d’autres autobus pour pallier les perturbations du réseau.

Certains abribus seront également dotés d’un panneau affichant le délai avant l’arrivée du prochain autobus, à l’instar de la technologie qui a été déployée dans le métro ces dernières années. Cependant, seulement 90 bornes d’information seront implantées par la STM, alors que son territoire compte plus de 8 000 arrêts.

Soulignons que le système iBUS est déjà embarqué dans près de 1 300 autobus montréalais, mais demeure inactif en attendant les résultats de la mise à l’essai. L’installation du système se poursuivra d’ici le mois d’août à raison de six à huit autobus par semaine.

Enfin, alors que la STM planifie le service de son réseau une fois par année selon des données compilées l’année précédente, le système iBUS lui permettra de réduire ces délais de façon importante.

Fait inusité : Alors que les coûts de développement du projet devaient s’élever à 200 millions de dollars, la facture a été révisée à la baisse, à 155 millions.

  • Julie

    « Cependant, seulement 90 bornes d’information seront implantées par la STM, alors que son territoire compte plus de 8 000 arrêts.  » En plus de l’afficheur à l’arrêt, il y a quand même la possibilité de connaître l’heure du prochain bus avec une application sur téléphone intelligent – bien sûr l’afficheur est plus accessible à l’ensemble de la population

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Étant donné que nous avons mentionné la nouvelle application précédemment dans l’article, nous avons jugé inutile de préciser que celle-ci permettra de connaître l’heure du prochain bus.

  • Pierre Ouellet

    Le RTC à Québec est aussi sur la bonne voie pour implanter ça! Je dirais qu’ils sont même plus avancés, ya plusieurs gros steps de franchi : http://www.rtcquebec.ca/tempsreel

    • Julie

      Je serai curieuse de connaître la différence en terme de flotte d’autobus entre Montréal et les autres villes déjà équipées d’une technologie semblable.

  • Gaston

    Han!!! On est déjà rendu en… 2010!!!

    Sur une autre note, « de messages sonores annonçant les prochains arrêts », bâtard, on ne va pas se faire casser les oreilles comme dans le métro, sur un trajet de cinq minutes, ça passe, mais sur un trajet de 30 minutes ou plus, ça va être pénible et pas invitant de recommencer.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      En 2010? Le projet a été annoncé en 2010, mais il était prévu pour 2014. o_O

      • Gaston

        C’était une tentative d’humour d’un gars pas vraiment encore réveillé qui voulait faire de l’esprit en insinuant que la STM est en retard avec la technologie; du genre ça fait tellement 2010…

        Désolé d’être un vieux crouton à l’humour décalé. ;-)

        • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

          Ahhh, j’ai manqué cette subtilité! Cela dit, je sais bien que cette technologie est déjà exploitée ailleurs, mais j’ignore à quel point elle est comparable au niveau de sophistication que vante la STM. Il faut dire que si le nouveau système lui permet d’ajuster le déploiement des autobus selon la demande plus fréquemment (et en temps réel lors de perturbation), c’est un gros win.

  • A Boisvert

    Sur la réponse vocale interactive (RVI) de la STM, au 514 288-6287 (A•U•T•O•B•U•S), un téléphone ordinaire devrait pouvoir, sans frais, faire entendre les heures de passage réelles aux arrêts de bus que calculera le système IBUS. Il faudrait que la réponse dise où se trouve actuellement le prochain bus. C’est bien beau les cellulaires intelligents avec applications payantes, mais les gens à bas revenus ont aussi le droit d’obtenir ces informations sur leur téléphone filaire à la maison ou à l’usine ou d’un téléphone public.

  • Gumby

    Wow… Je me souviens pourtant tellement bien que ce système était déjà en fonction pour les métro et bus à Munich (Allemagne) lorsque j’y ai voyagé en …2001 !

    15 ans plus tard, ça devient un «projet» à Montréal… On lâche pas! :D