Seagate dévoile un disque de 8 To pour NAS et un disque de 10 To à l’hélium

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Seagate vient d'annoncer deux produits : le premier disque dur de 8 To au monde à être optimisé pour NAS, RAID et serveurs de stockage, puis un disque de 10 To destiné aux entreprises spécialisées en stockage.

Présentée comme fiable et évolutive (scalable), la nouvelle gamme de disques NAS de 3,5 pouces de Seagate exploite la technologie PMR (perpendicular magnetic recording), comme ce que l’on retrouve dans les disques durs destinés au grand public actuellement sur le marché.

seagatenas8to

Dans le cas de la version à 8 To, il intègre 6 plateaux perpendiculaires de 1,33 To de capacité. Les modèles de 6 et 8 To tournent à une vitesse de 7 200 tr/min et atteignent un débit de 216 Mo/s, tandis que les modèles de capacité inférieure offrent un débit de 180 Mo/s à 5 900 tr/min.

L’avantage d’utiliser des disques durs de grande capacité dans un NAS est simple : il permet aux entreprises de nécessiter moins de boîtiers, ce qui signifie par conséquent moins de gestion et des économies sur le nombre total de boîtiers à acheter et entretenir. Il est possible de connecter jusqu’à huit disques Seagate NAS de 8 To, pour un total de 64 To pour un boîtier configuré en RAID 0.

Selon le blogue AnandTech, le Seagate NAS de 8 To sera vendu au coût de 385$ US (environ 550$ CA), et devrait pouvoir être expédié d’ici la fin de mars. À noter que les disques de la gamme Seagate NAS sont garantis trois ans et promettent une charge maximale d’utilisation de 180 To par année.

Des disques à l’hélium

Alors que les nouveaux disques Seagate NAS se présentent comme abordables aux yeux des PME, voilà que Seagate a dévoilé un autre disque dur de 3,5 pouces destiné cette fois aux entreprises spécialisées en stockage de données.

Puisque l’hélium est moins dense que l’air, ce gaz permet de réduire les frottements dus à la rotation des plateaux et l’écart de ceux-ci.

D’une capacité de 10 To et fonctionnant à l’hélium, ce nouveau disque est non sans rappeler celui introduit par son rival Western Digital en décembre dernier. Puisque l’hélium est moins dense que l’air, ce gaz permet de réduire les frottements dus à la rotation des plateaux et l’écart de ceux-ci. Seagate peut alors augmenter de façon considérable leur capacité tout en réduisant leur consommation électrique.

Le disque Seagate Enterprise Capacity de 10 To se retrouve ainsi avec 14 têtes de lecture réparties sur 7 plateaux perpendiculaires d’une capacité de 1,43 To entassé dans un boîtier conventionnel de 3,5 pouces. Enfin, Seagate avance un temps moyen entre pannes (MTBF) de 2,5 millions d’heures.

Maintenant, on ignore quel sera son prix, mais tout porte à croire que ce sera très, très cher.

Les dernières nouvelles

Pourquoi le numérique a-t-il été complètement absent de la campagne électorale?

Pourquoi le numérique a-t-il été complètement absent de la campagne électorale?

On en sait déjà beaucoup sur les nouveaux Pixel 7 de Google

On en sait déjà beaucoup sur les nouveaux Pixel 7 de Google

Les batteries gonflables reviennent hanter les appareils Samsung

Les batteries gonflables reviennent hanter les appareils Samsung

Plus d'actualités

Windows 11 n’est pas le système le moins énergivore…

Windows 11 n’est pas le système le moins énergivore…

Des experts s’inquiètent des «effets pervers» du SOS par satellite de l’iPhone 14

Des experts s’inquiètent des «effets pervers» du SOS par satellite de l’iPhone 14

Gagnez un iPhone 14 grâce à PlanHub

Gagnez un iPhone 14 grâce à PlanHub

Populaires

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Jeux en ligne : 8 façons de passer le temps sur internet

Jeux en ligne : 8 façons de passer le temps sur internet

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .