Un disque de quartz d’une capacité de 360 To

Incroyable

Des scientifiques ont réalisé une importante percée dans le développement de stockage de données numériques pouvant survivre des milliards d’années.

Votre disque de démarrage est-il trop plein? Peut-être devriez-vous archiver vos données sur ce disque ayant une capacité de stockage hallucinante et une durée de vie quasi éternelle.

Non seulement on évalue la capacité d’un disque à 360 To, mais sa stabilité thermique confère à ce support une durée de vie pratiquement illimitée à température ambiante.

C’est du moins ce qu’espère l’équipe du Optoelectronics Research Centre de l’université de Southampton au Royaume-Uni, en collaboration avec leurs collègues de l’université technique d’Eindhoven aux Pays-Bas, qui ont mis au point un processus d’enregistrement et de récupération de données en exploitant un laser femtoseconde – un laser produisant des impulsions ultra-courtes.

Grâce à cette technique, les données se retrouvent stockées dans un verre de quartz nanostructuré autoassemblé – surnommé «Cristal de Superman», en référence au film Superman de 1978 – selon un encodage réalisé en cinq dimensions : la taille et l’orientation des nanostructures, en plus de leur position tridimensionnelle.

Selon les chercheurs, cette méthode de stockage a le potentiel d’offrir un support avec des propriétés sans précédent. Non seulement on évalue la capacité d’un disque de taille conventionnelle à 360 To, mais sa stabilité thermique pouvant résister à des températures extrêmes confère à ce support une durée de vie pratiquement illimitée à température ambiante – 13,8 milliards d’années s’il était entreposé dans un four à 190 °C.

Un verre de quartz dans lequel on retrouve une copie de la Bible. Évidemment, ce support est loin d'être saturé.

Un verre de quartz dans lequel on retrouve une copie de la Bible. Évidemment, ce support est loin d’être saturé.

Bien entendu, la longévité et la capacité sont des facteurs clés à considérer lorsqu’il est question de stockage de données. Les options actuellement disponibles sont toutefois très limitées.

«Pour le moment, les entreprises doivent sauvegarder leurs archives tous les cinq à dix ans étant donné que la mémoire des disques durs a une relativement courte durée de vie», explique le responsable du projet, Jingyu Zhang. Si les supports de stockage optiques tels que les DVD sont plus stables, leur capacité qui plafonne à 4,7 Go par couche demeure un frein à leur adoption pour l’archivage de masse.

Pour la préservation de l’humanité

Les scientifiques poursuivent l’idée d’exploiter le verre comme support de stockage de données de masse depuis 1996, moment où la possibilité d’emmagasiner de l’information de manière optique sur des matériaux transparents a été avancée pour la première fois. Grâce au laser femtoseconde, il est ainsi possible de modifier la structure physique du verre de quartz, permettant ainsi l’inscription d’un point avec un indice de réfraction différent désignant le chiffre binaire 1 (et l’absence de point désignant le 0).

Le géant japonais Hitachi est parvenu à emmagasiner de l’information en exploitant cette technique en 2009. L’équipe de Zhang a toutefois poussé celle-ci plus loin en considérant également la position physique de ces points – les trois dimensions liées à l’endroit où se retrouve le point, ajouté aux deux dimensions encodées par la polarité et l’intensité du laser qui inscrit le point.

«Il est excitant de penser que nous avons créé la technologie pour préserver des documents et des informations en les stockant dans un espace pour les générations futures», a déclaré Peter Kazan, professeur au Optoelectronics Research Centre. «Cette technologie peut assurer le dernier témoignage de notre civilisation : tout ce que nous avons appris ne sera jamais oublié.»