Commentts, un nouveau réseau social montréalais

À surveiller

Québec

Vous trouvez que les commentaires laissés un peu partout sur les réseaux sociaux sont visuellement ennuyeux? Commentts vous invite à commenter l’actualité en faisant preuve de créativité.

Lancé cette semaine dans le cadre de l’événement Printemps Numérique, Commentts se présente comme un nouveau réseau social invitant ses utilisateurs à partager leur point de vue sur des enjeux d’actualités.

Commentts est un réseau social où les utilisateurs sont essentiellement invités à créer leurs propres mèmes afin de réagir à l’actualité.

Concrètement, il s’agit d’une application mobile, pour le moment uniquement disponible sous iOS. L’utilisateur est d’abord invité à se créer un compte en associant l’application avec son profil Facebook ou en inscrivant son courriel. Il devra par la suite choisir la ville dans laquelle il se trouve afin que les contenus distribués par la plateforme soient filtrés selon l’actualité propre à sa ville ou sa région.

Des contenus qui, soit dit en passant, sont imposés par la plateforme. Aux dires des concepteurs de Commentts, les articles qui s’y retrouvent sont sélectionnés par un algorithme qui mesure l’intérêt d’une nouvelle selon le nombre de partages et de commentaires laissés sur les autres réseaux sociaux.

Ceux-ci sont catégorisés en sept thèmes : En vogue, National, Actualités, Affaires, Sports, Stars et culture, et Politique.

Une fois que l’on bascule dans l’une de ces sections, on nous présente un premier article par son titre, sans image, faisant en sorte que l’image du premier commentaire est déjà visible au milieu de l’écran. En défilant vers le bas, les commentaires sont présentés verticalement du plus récent au plus ancien, à la manière d’Instagram. On peut les aimer et les partager à notre guise. Pour changer de sujet, il suffit de glisser l’écran vers la droite ou la gauche afin de passer à un fil de commentaires liés à un autre article.

IMG_2386IMG_2381IMG_2388

Lorsqu’on souhaite laisser un commentaire, l’application nous propose de puiser l’image qui accompagnera celui-ci des photos déjà présentes sur le téléphone, de la banque d’images fournie par Commentts, ou de capter une nouvelle image à partir de l’appareil photo du téléphone. Fondamentalement, Commentts vous invite à créer votre propre mème. À noter que le nombre d’images proposées par la plateforme est pour l’instant limité (un peu plus de soixante), ce qui vous incitera sans doute à privilégier vos propres images par souci d’originalité.

Une fois l’image choisie, on vous invite à y inscrire votre commentaire en sélectionnant l’un des 15 modèles avec une facture visuelle qui leur est propre. La longueur de celui-ci est bien entendu limitée (en moyenne 65 caractères), et cette restriction varie légèrement selon le modèle choisi. Le filtre appliqué à votre photo, son cadre, la taille et le choix de la police sont imposés. Vous pourrez toutefois aligner votre texte selon une grille proposant neuf positions.

Par la suite, Commentts vous invitera à partager votre commentaire sur Facebook ou Twitter avant qu’il ne soit publié sur son réseau dans le fil du sujet correspondant. Chacune des créations partagées sur Commentts est automatiquement signée par le nom d’utilisateur de son auteur.

Qui se cache derrière Commentts?

Ce nouveau réseau social montréalais est le fruit des efforts de l’entrepreneur Sammy Najar et du réalisateur Jean Sébastien Lozeau.

Jean Sébastien Lozeau et Sammy Najar (Photo : Commentts).

Jean Sébastien Lozeau et Sammy Najar (Photo : Commentts).

Comme le souligne le Huffington Post, le duo s’est formé il y a deux ans alors qu’il planchait sur le concept d’une application permettant à l’utilisateur de transmettre de la vidéo en temps réel. Ce projet n’a malheureusement pas abouti, malgré qu’il était en avance sur son temps (Meerkat et Periscope ont été lancés quelques mois plus tard).

L’histoire est cependant différente avec Commentts, dont la plateforme – en chantier depuis plus d’un an – est déjà peuplée de beaucoup de commentaires. Reste à voir maintenant si une masse critique d’utilisateurs adhérera à cette nouvelle formule.