Kirby : Planet Robobot

Critique

Exclusif

Après plusieurs aventures hors série, Kirby est de retour en chair et en rose dans une nouvelle aventure portable. Un autre jeu gammick ou une aventure légitime?

Depuis quelque temps, Nintendo enchaîne des décisions qui peuvent mystifier certains. Ne pas expliquer concrètement ce qu’est la NX, l’étrange design de Metroid Prime : Federation Force qui n’a rien à voir avec la série, ou reporter la sortie du prochain The Legend of Zelda, ces choix semblent signaler un manque de direction provoqué par le changement de président suite à la mort de Satoru Iwata.

Mais voilà que sort presque de nulle part le nouveau jeu d’un personnage qui était d’ailleurs très cher à Iwata, Kirby, cette coqueluche du monde vidéo ludique, tirant les joueurs de cette torpeur afin de leur rappeler ce qu’est le bon vieux Nintendo.

Scénario

Les adversaires de longue date de Kirby, King Dedede et Meta Knight, voient leurs empires respectifs sous attaque d’un vaisseau sphérique de la taille d’une planète. Ils essaient de se défendre de leur nouvel adversaire, mais se font démolir par des armes d’un autre monde. 

kirbydort

Non loin de là, Kirby somnole sous un arbre, jusqu’à ce que l’attaque le réveille. Ne perdant pas de temps, il se dirige directement vers une des pattes robotiques maintenant ancrées au sol et par conséquent, vers le premier niveau. 

kirbyhaltmannkirbymetaknightsusie

Le vil président Haltmann (à droite). Je ne dis pas que c’est une parodie de Donald Trump, mais parmi ses attaques, il aime lancer de l’argent pour aveugler Kirby.

Au cours de l’histoire de Kirby : Planet Robobot, le joueur fera face à plusieurs versions distorsionées d’adversaires antérieurs de Kirby, dont un Meta Knight cyborg (Mecha Knight), Susie, la secrétaire robotique dupliciteuse du vrai méchant, et un clone gélatineux de King Dedede. Son chemin à travers les 6 mondes hauts en couleurs et en charme le mènera à son combat final avec le chef de la planète Robobot, le président Max Profitt Haltmann, et son superordinateur, le Star Dream, qui est en fait une menace qui en cache une autre, bien plus menaçante.  

Jouabilité

Commençons par parler de la principale twist de cette nouvelle aventure : Kirby peut maintenant piloter un mecha immense, l’armure Robobot de la planète du même nom. Ce qui aurait pu mener le gameplay dans une toute nouvelle direction vient plutôt renforcer les mécaniques fondamentales établies depuis Kirby’s Adventure sur NES, dont la possibilité de copier les pouvoirs de ses adversaires. Heureusement, le gameplay de base d’un jeu de Kirby, c’est le fun. Si la série n’a jamais représenté un défi trop difficile ni compliqué à surmonter, l’aventure n’en est pas moins amusante et charmante et cette tradition se poursuit dans ce nouvel opus.

kirby01kirby02

L’armure Robobot agit comme une sorte de Kirby plus puissant. Il peut copier le pouvoir des ennemis pour avoir 13 des 27 habiletés du jeu et possède au moins un double saut, qui n’est pas trop anathème avec le saut infini de Kirby lui-même. En scannant des ennemis spécifiques à des moments apportés par le jeu, cette armure se transforme aussi en bolide survolté ou en un avion armé jusqu’aux dents pour des séquences de shoot ‘em up qui viennent secouer le rythme du jeu d’une manière très satisfaisante.

L’armure Robobot absorbe même un véhicule fétiche de la série durant la grande finale, qui, soit dit en passant, peut être considérée épique et exaltante, quoiqu’un peu longue. À la manière de Final Fantasy, le dernier boss de Kirby : Planet Robobot n’a pas deux, ni trois, mais bien quatre formes. Au moins, on ne doit pas les battre d’un essaim. Il est possible de mourir et revenir affronter directement la même forme avec sa prochaine vie.

Certains pourraient trouver le jeu trop court ou avoir l’impression qu’il présente peu de difficulté, mais battre le mode histoire et vaincre les modes supplémentaires sont en soi deux paires de manches.

Modes supplémentaires

Car lorsque vous terminerez Kirby : Planet Robobot une première fois, vous débloquerez les modes Meta Knightmare et Arena.

Au contrôle de l’énigmatique Meta Knight, vous devez passer à travers le jeu entier en un long niveau.

Dans Meta Knightmare, au contrôle de l’énigmatique Meta Knight, vous devez passer à travers le jeu entier en un long niveau. Heureusement, il y a des check points à tous les cinq niveaux ou presque, et Meta Knight peut accumuler l’énergie des adversaires qu’il bute pour utiliser des habiletés spéciales, telles que récupérer de la vitalité et augmenter sa vitesse temporairement. Cette dernière habileté est particulièrement importante, le tout étant une course contre la montre dont vous pourrez partager votre score sur le service Miiverse et par le biais de la fonction StreetPass.

Arena de son côté est simplement un bon vieux Boss Rush où Kirby doit battre tous les boss du jeu avec une seule barre de vie, un concept récurrent de la série et qui est très similaire au mode All-Star de Super Smash Bros for Wii U. Entre chaque combat, on se fait donner un item pour récupérer un peu de vie et on recommence jusqu’à la fin. Ce qui pourrait être un exercice en redondance s’avère être un des points forts du mode. Tous les affrontements avec les boss sont hyper satisfaisants. On cerne assez vite comment les vaincre, mais le rythme mélangé avec de l’animation superbe transforment le tout en nirvana du jeu vidéo.

Graphismes et ambiance

Justement, parlant de graphismes, ils sont parmi les plus beaux sur la Nintendo 3DS. Vous rappelez-vous la première fois que vous avez joué à The Legend of Zelda : A Link Between Worlds? L’impression est la même.

kirby04kirby03

Comment les Waddle Dee (à gauche) font-ils pour jouer aux échecs? Ils n’ont pas de doigts!!!

Les graphismes sont vraiment du bonbon, et le design des nouveaux ennemis et habiletés complémentent parfaitement les éléments qui nous rappellent les opus antérieurs. La musique est dynamique, vibrante, et s’écoute parfaitement même hors du jeu, offrant des adaptations modernes de vieux classiques ainsi que de nouvelles compositions plus qu’appropriées. C’est vraiment intéressant de voir un jeu dont tous les éléments sont indéniablement Kirby

Conclusion

Kirby : Planet Robobot est un excellent jeu qui ne réinvente pas la roue, mais qui excelle dans tout ce qu’il entreprend. Après quelques décisions moins évidentes ces temps-ci, Nintendo nous livre un jeu qui nous rappelle pourquoi il faut laisser la chance au paradis.

Évaluation

Verdict

Kirby : Planet Robobot est un heureux retour aux sources parcemé d'un vent de fraîcheur.

Note finale : 4.0
Critères
Scénario
3
Jouabilité
5
Graphisme
4
Ambiance
5

Points forts

  • Variété des habiletés
  • Design élégant des niveaux
  • Grande rejouabilité
  • Kirby toujours aussi attachant

Points faibles

  • Story mode trop bref pour certains
  • Histoire complète présentée seulement sous forme de texte dans les menus
  • Dernier boss s'éternise un peu