Niantic répond aux critiques concernant la MAJ de Pokémon GO

Colère et frustration

Après qu’une bonne portion de ses utilisateurs soit montée aux barricades devant les changements appliqués à Pokémon GO cette semaine, le développeur Niantic a expliqué les raisons qui l’ont poussé à agir de la sorte.

En faisant disparaître officiellement son système permettant d’effectuer le repérage des Pokémon à même l’application, et en forçant du même souffle la fermeture des services tiers informant les internautes de la position des monstres de poche sur une carte géographique, Niantic devait se douter que sa plus récente mise à jour ne ferait pas l’affaire de tous.

La réaction fut vive, et la colère des joueurs les plus vocaux bien sentie.

pokemongobroken

Afin de calmer la situation, Niantic a diffusé le message ci-dessous sur la page Facebook de Pokémon GO, espérant ainsi jeter un peu plus de lumière sur ce qui l’a incité à prendre cette décision.

Espérons que Niantic parviendra à trouver une solution qui répondra mieux aux besoins des utilisateurs de tout acabit.

«Comme beaucoup d’entre vous le savent, nous avons récemment apporté quelques modifications à Pokémon GO», lance Niantic. «Nous avons supprimé le témoin des “trois pas” dans le but d’améliorer la conception du produit. La fonction originale, bien qu’appréciée par beaucoup d’utilisateurs, était également source de confusion et ne répondait pas à nos objectifs de produit fondamentaux. Nous vous tiendrons informés tandis que nous nous efforçons d’améliorer cette fonctionnalité.»

Il va de soi qu’à première vue, la mécanique du système de repérage n’était peut-être pas aussi intuitive qu’elle aurait pu l’être. Le système est d’ailleurs devenu hors service dans les premières heures qui ont suivi le lancement du jeu au Canada, affichant le même témoin de trois pas peu importe à quelle distance du Pokémon en question le joueur se trouvait, ce qui n’a certainement pas facilité sa compréhension.

Espérons que Niantic parviendra à trouver une solution qui répondra mieux aux besoins des utilisateurs de tout acabit.

«Nous avons limité l’accès des services tiers qui venaient interférer avec notre capacité à maintenir la qualité du service auprès de nos utilisateurs et à lancer Pokémon GO vers de nouveaux marchés à travers le monde», ajoute le développeur. «Le grand nombre d’utilisateurs ont fait du déploiement mondial de Pokémon GO un… défi… intéressant.»

Pour comprendre la décision de Niantic concernant les radars tels que PokéVision et Pokémon GO Map Live, il faut savoir que ces services transmettaient sans doute des millions de requêtes supplémentaires par le biais de comptes bidons aux serveurs de Pokémon GO. Bien entendu, l’incroyable succès du jeu n’a fait qu’aggraver la situation.

À elle seule, l'affichage de cette carte a nécessité plus d’une requête auprès des serveurs de Niantic. Imaginez maintenant lorsque l’on multiplie ce nombre à l’achalandage de ces services tiers.

Cette seule carte représente plusieurs requêtes auprès des serveurs de Niantic. Imaginez maintenant l’achalandage de ces services.

Difficile de critiquer la décision de Niantic lorsque l’on se met dans sa position. L’entreprise privilégie simplement les requêtes effectuées à partir de comptes ayant un véritable potentiel de rentabilité via les microtransactions.

«Nous avons lu vos messages et courriels et avons entendu la frustration des personnes habitant dans des endroits où le jeu n’est toujours pas disponible, et de ceux d’entre vous qui souhaitent le retour de ces caractéristiques», poursuit Niantic. «Nous voulons que vous sachiez que nous avons travaillé nuit et jour pour maintenir le jeu fonctionnel alors que nous continuons à le déployer à l’échelle internationale. Si nous n’avons pu tweeter beaucoup récemment, c’est parce que nous étions concentrés à travailler sur le jeu. Toutefois, nous ferons de notre mieux à l’avenir pour vous tenir au courant de l’état de la situation.»

«Soyez prudents, soyez courtois avec vos collègues dresseurs de Pokémon, et continuez d’explorer votre environnement», conclut l’équipe de Pokémon GO.