François Charron veut concurrencer Amazon au Québec

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Se targuant d'être «le plus gros centre d'achat virtuel québécois», Shooopping.ca a été lancé lundi matin. Sur Twitter toutefois, les gens sont dubitatifs quant à sa capacité à concurrencer le géant du commerce en ligne.

Initiative du chroniqueur techno François Charron, Shooopping.ca est ni plus ni moins qu’une vitrine permettant à 1 500 entreprises des quatre coins de la province de vendre leurs produits en ligne. Dans son communiqué, l’entreprise mentionne que l’on peut déjà y retrouver 120 000 produits de tout genre, allant d’articles liés à l’alimentation, l’électronique, la décoration, la mode, la beauté, les antiquités, l’art, etc.

«Sur les 8 milliards de dollars que les Québécois achètent par année sur le Web, 3$ sur 4 sortent de la province», explique le président Charron. «Il fallait rendre les produits de nos PME faciles à trouver pour les internautes et c’est ce que Shooopping.ca fait! On va ramener l’argent dans les poches de nos petites entreprises.»

Mais voilà, Twitter a réservé un accueil plutôt tiède à Shooopping.ca depuis son lancement en début de semaine :

S’il est vrai que le mot «shopping» est accepté par l’Académie française depuis longtemps, l’Office québécois de la langue française privilégie l’emploi du verbe «magasiner», une expression qui n’est toutefois aucunement utilisée à l’étranger. On peut également imaginer qu’à terme, l’idée de répondre aux besoins du marché anglophone est un rêve que caresse Shooopping.ca.

En attendant l’arrivée d’un réel moteur de recherche, les internautes enclins à faire du lèche-vitrine devront se contenter de parcourir la boutique par section.

À noter que Shooopping.ca n’a jamais prétendu être l’endroit par excellence où trouver les meilleurs prix. N’empêche, un Galaxy Note à 729$, c’est très cher payé pour un appareil introduit en 2011.

Comment y vendre ses produits?

Pour vendre sur Shooopping.ca, les marchands doivent inévitablement faire affaire avec VotreSite.ca, une autre initiative de François Charron, afin de se bâtir une boutique en ligne «pour moins de 20$» par mois. Cette boutique pourra ensuite être liée à «ce nouveau marketplace», comme le mentionne le communiqué.

Enfin, bien qu’on précise que lorsqu’un internaute achète un produit, il fait affaire directement avec le marchand, des redevances de 5% seront perçues sur chaque transaction, dont 2% servirons à couvrir les frais de la plateforme et 3% seront réinvestis dans la promotion.

Croyez-vous que cette initiative pourra sérieusement menacer Amazon?

Les dernières nouvelles

Voici comment on va recycler la batterie des autos électriques au Québec

Voici comment on va recycler la batterie des autos électriques au Québec

L’Apple Watch Ultra au Canada vendredi pour 1099$

L’Apple Watch Ultra au Canada vendredi pour 1099$

Amazon lance des nouvelles tablettes destinées aux enfants

Amazon lance des nouvelles tablettes destinées aux enfants

Plus d'actualités

Windows 11: il va y avoir pas mal plus d’applications Android sur votre PC cet automne

Windows 11: il va y avoir pas mal plus d’applications Android sur votre PC cet automne

Apple AirPods Pro: même format, plus de muscle

Apple AirPods Pro: même format, plus de muscle

Après deux ans de pandémie, le MEGAMIGS de Montréal revient dans une édition plus rassembleuse

Après deux ans de pandémie, le MEGAMIGS de Montréal revient dans une édition plus rassembleuse

Populaires

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

Facebook et son nouveau logo

Facebook et son nouveau logo

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .