Amazon, Google, Facebook, IBM et Microsoft s’allient pour l’intelligence artificielle

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Certains des plus importants acteurs de l'industrie technologique ont fondé aujourd'hui le Partenariat pour l'intelligence artificielle au bénéfice des citoyens et de la société. Rien de moins.

Ce nouveau front commun historique n’est peut-être pas alarmiste comme Elon Musk, qui a déjà déclaré qu’il croyait que l’intelligence artificielle représentait la plus grande menace de l’espèce humaine. N’empêche, Amazon, Google (incluant sa filiale DeepMind), Facebook, IBM et Microsoft se sont ralliés aujourd’hui dans l’espoir d’établir de meilleures pratiques en la matière et de réfléchir aux conséquences d’une telle technologie sur notre société.

Plus précisément, cette nouvelle coalition «prévoit de grands avantages et opportunités à l’horizon pour la société», mais comprend également que «comme avec toute nouvelle technologie, il y aura des préoccupations et de la confusion associées à ces nouvelles applications et compétences». Ces entreprises souhaitent ainsi «travailler ensemble sur ces questions importantes».

La nouvelle a donc été annoncée aujourd’hui par des représentants de certains membres fondateurs : Eric Horvitz pour Microsoft, Francesca Rossi pour IBM, Yann LeCun pour Facebook, et Mustafa Suleyman pour Google et DeepMind.

Apple brille par son absence, mais aux dires du quotidien The Guardian, l’entreprise pourrait intégrer les rangs de ce partenariat, alors que des discussions à ce sujet seraient en cours.

Cette nouvelle entité n’a pas pour objectif de contrôler la façon dont la technologie est développée et utilisée dans le monde entier.

Alors que le Partenariat pour l’intelligence artificielle au bénéfice des citoyens et de la société vise à définir de «bonnes pratiques» au sujet du développement de l’IA, rien ne garantit que ses membres – qui demeurent des concurrents dans ce secteur – appliqueront à la lettre ce qui sera déterminé par le groupe.

Car il n’est pas question ici de la formation d’un nouvel organisme de réglementation, et cette nouvelle entité n’a pas pour objectif de contrôler la façon dont la technologie est développée et utilisée dans le monde entier.

«Nous sommes vraiment pas là pour servir ce genre de fonctions», a répondu à ce sujet un porte-parole à The Verge. «Nous sommes ici pour apprendre les uns des autres sur ce qui fonctionne bien et ce qui ne fonctionne pas, et partager nos problématiques dans les domaines avec lesquels nous avons plus de difficultés.»

Les dernières nouvelles

Une nouvelle ombre plane sur l’achat d’Activision-Blizzard par Microsoft

Une nouvelle ombre plane sur l’achat d’Activision-Blizzard par Microsoft

Alexa coûte extrêmement cher à Amazon

Alexa coûte extrêmement cher à Amazon

Une autre semaine, une autre histoire sur Twitter, qui… embauche?

Une autre semaine, une autre histoire sur Twitter, qui… embauche?

Plus d'actualités

Qu’est-ce qui se passe au juste dans les cryptomonnaies?

Qu’est-ce qui se passe au juste dans les cryptomonnaies?

La Coupe du Monde fait aussi le bonheur des pirates

La Coupe du Monde fait aussi le bonheur des pirates

Sony veut mettre une PS5 dans sa voiture électrique

Sony veut mettre une PS5 dans sa voiture électrique

Populaires

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

25 objets technos de votre enfance qui valent une fortune aujourd’hui

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .