Facebook teste la mention «Je n’aime pas» dans Messenger

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Messenger pourrait bientôt introduire les réactions de Facebook aux conversations, incluant notamment l'image du pouce point vers le bas pour signaler son désaccord sur un message précis.

C’est en effet ce que Facebook a confirmé à TechCrunch, après que le blogue ait reçu une capture d’écran d’un de leurs lecteurs qui fait partie – à son insu – de la poignée d’utilisateurs participant à une mise à l’essai :

«Nous tentons toujours de trouver des moyens de rendre Messenger plus amusant et engageant. Il s’agit d’une petite mise à l’essai dans laquelle nous permettons aux gens de partager l’emoji qui représente le mieux leur sentiment en réaction à un message en particulier.»

Le choix d'emoji proposé par Messenger dans le cadre de la mise à l'essai.
Le choix d’emoji proposé par Messenger dans le cadre de la mise à l’essai.

Concrètement, lorsque vous sélectionnerez une réplique en particulier, vous pourrez lui attribuer l’un de ces 7 emoji. La liste en question est très semblable à celles des réactions déjà utilisées sur Facebook depuis un peu plus d’un an. On retrouve un visage amoureux, jovial, étonné, triste, fâché, suivi d’un pouce en l’air, et du fameux pouce vers le bas, choix absent des réactions liées à un statut Facebook.

Il faut savoir que le pouce vers le bas (une mention «Je n’aime pas» en quelque sorte) est une fonction que les adeptes du réseau social demandent depuis des années, mais dont l’idée déplaît à Mark Zuckerberg par crainte de voir une telle fonction être exploitée pour rabaisser ou diminuer les utilisateurs entre eux. Il a pris tout le monde par surprise en septembre 2015 lorsqu’il s’est montré ouvert pour la première fois à une telle intégration, mais ce n’était qu’un faux espoir : il préparait bel et bien le terrain pour l’arrivée des réactions.

Dans Messenger, les réactions pourront être utilisées lors d’une conversation de groupe, par exemple pour signaler aux autres notre préférence pour telle ou telle activité proposée. Selon Facebook, le pouce vers le bas dans ce contexte sera davantage perçu comme un simple «Non» par les personnes participants à la conversation.

Les réponses Tapback dans iMessage.
Les réponses Tapback dans iMessage.

Comme le souligne TechCrunch, la fonction à l’essai sur Messenger est très similaire aux réponses Tapback offertes dans iMessage depuis iOS 10.

Fidèle à son habitude, Facebook n’a pas donné d’échéancier concernant le déploiement de ce système de réponse-emoji à l’ensemble des utilisateurs de Messenger. Selon les commentaires qu’elle recevra des participants à la mise à l’essai, l’entreprise pourrait y apporter des modifications ou choisir tout simplement de ne pas implanter la fonction.

Les dernières nouvelles

Le remake de Dead Space sera lancé en janvier 2023

Le remake de Dead Space sera lancé en janvier 2023

Sony veut faciliter l’accès à sa PlayStation 5 en se basant sur de grosses hypothèses

Sony veut faciliter l’accès à sa PlayStation 5 en se basant sur de grosses hypothèses

Malgré un ralentissement, la Nintendo Switch domine toujours !

Malgré un ralentissement, la Nintendo Switch domine toujours !

Plus d'actualités

Prince of Persia: The Sands of Time Remake ramené à sa source

Prince of Persia: The Sands of Time Remake ramené à sa source

The Embracer Group achète trois studios et une cinquantaine de licences de Square Enix

The Embracer Group achète trois studios et une cinquantaine de licences de Square Enix

Plusieurs sports, la saga Skywalker en LEGO et des monstres: 5 jeux à surveiller en avril !

Plusieurs sports, la saga Skywalker en LEGO et des monstres: 5 jeux à surveiller en avril !

Populaires

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

5 façons de gagner de l’argent en ligne 

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .