Des écrans de téléphones pouvant s’autoréparer pour bientôt?

Technologie

Des chercheurs ont mis au point un matériau aux propriétés autocicatrisantes qui pourrait potentiellement être employé dans la fabrication d’écrans de futurs téléphones et tablettes tactiles.

Lorsque vous échappez votre téléphone par mégarde et qu’une fissure apparaît sur votre écran, vous vous retrouvez généralement devant trois options : vous pouvez endurer la situation, faire réparer votre téléphone, ou remplacer l’appareil.

Mais ce genre dilemme pourrait être appelé à disparaître. C’est du moins ce que laisse présager le travail de chercheurs, dont plusieurs de l’Université de Californie à Riverside, qui ont développé un matériau ayant la capacité de réparer de telles fissures et éraflures. Selon les chercheurs, c’est la première fois que des scientifiques parviennent à créer un conducteur ionique (un matériau permettant aux ions de le traverser) qui est transparent, extensible, et autocicatrisant.

Ça vous fait penser à Wolverine? C’est normal : selon l’UCR, le personnage de bande dessiné a été une source d’inspiration pour ses travaux.

Le matériau en question est constitué d’un polymère extensible et d’un sel ionique. Il présente un phénomène nommé interaction ion-dipôle, une force qui se manifeste entre des ions chargés et des molécules polaires hautement stabilisés selon des conditions électrochimiques précises. Concrètement, lorsque le matériau se brise ou subit des dommages, les ions et les molécules s’attirent mutuellement pour «guérir» le matériau.

Des tests en laboratoire ont démontré que le matériau, facile à produire et à faible coût, parvient à se recoller à température ambiante 24 heures après avoir été coupé.

Des tests en laboratoire ont démontré que le matériau, facile à produire et à faible coût, parvient à se recoller ou se soigner à température ambiante 24 heures après avoir été coupé.

Alors que certains téléphones comme le G Flex de LG proposent déjà un matériau aux propriétés autorégénératrices (plus particulièrement au niveau de sa coque), celui-ci n’est pas conducteur ionique, contrairement au matériau développé dans le cadre de ces travaux de recherche. Cela signifie que le nouveau matériau est un candidat idéal pour être utilisé dans la fabrication d’écrans tactiles, puisque la grille d’électrodes permettant de reconnaître le toucher de ce type d’écrans doit être située sous une surface conductrice en ions.

Selon Business Insider, Wang prédit que le matériau développé par son équipe pourrait être intégré dans les écrans et batteries de téléphones d’ici 2020.

«L’introduction de matériaux autocicatrisants peut sembler loin pour des applications concrètes, mais je crois qu’ils pourraient voir le jour bientôt avec les téléphones mobiles», a-t-il déclaré. «D’ici les trois prochaines années, plus de produits autocicatrisants arriveront sur le marché et changeront notre quotidien.»

  • Francis

    Plus tard peut-être dans les pare-brises des véhicules.