All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Ils ont marqué l’histoire du jeu vidéo : voici 10 créateurs de légende

Par Daniel Carosella – le dans Jeux vidéo

Derrière chaque machine et chaque jeu nous procurant des heures incalculables de plaisir se trouvent des hommes et des femmes n’ayant qu’un seul but en tête: créer pour vous divertir. Ces personnes à l’imagination débordante sont à la base même de ce qu’est l’industrie du jeu vidéo de sorte que sans elles, il n’y aurait pas ce médium rapportant des milliards de dollars chaque année.

Or, puisque qu’il importe de connaître qui sont ceux et celles derrière nos jeux préférés, voici un portrait de dix de ces créateurs provenant de différents horizons sans qui le jeu vidéo ne serait pas pareil aujourd’hui !

Gunpei Yokoi, l’homme aux mille idées

Principales réalisations: Game Boy, Metroid, Kid Icarus

Gunpei Yokoi n’est pas le développeur le plus connu et c’est, en soi, inconcevable. En effet, sans cet homme, Nintendo ne serait jamais devenue la compagnie qu’elle est aujourd’hui. En un sens, Yokoi est responsable du succès de celle qu’on nomme The Big N.

Yokoi fut le premier à penser à de nouvelles façons de jouer, l’amenant notamment à créer la fameuse croix directionnelle qu’on retrouve sur n’importe quelle manette ainsi que différentes consoles portables. Ses idées l’ont poussé à imaginer la série d’appareils Game & Watch puis, quelques années plus tard, la légendaire Game Boy. Or, pour chaque machine fabriquée, Yokoi avait une philosophie en tête: la technologie n’a pas besoin d’être à la fine pointe pour être compétitive ou encore pour déterminer le succès d’un appareil. C’est une façon de penser qui, encore aujourd’hui, est à la base des créations de Nintendo.

Outre les consoles, Yokoi a supervisé quelques projets qui furent de grands succès pour Nintendo. Ainsi, il fut notamment en charge des séries Metroid et Kid Icarus. Le mythique Shigeru Miyamoto (dont je vous reparlerai plus loin) a déclaré que Gunpei Yokoi fut son mentor lorsque ce dernier était à l’emploi de Nintendo.

Malheureusement, tous les projets de Yokoi ne furent pas couronnés de succès. En plus du robot R.O.B. dont l’utilisation sur la NES fut plus que limitée, le grand créateur fut celui par qui le développement de la Virtual Boy passa. Son échec commercial retentissant engendra son divorce d’avec Nintendo, l’amenant ainsi à joindre les rangs de Bandai afin de créer la console portable WonderSwan.

Le destin voulut que Yokoi ne voit jamais la commercialisation de son dernier projet. En effet, en 1997, Yokoi mourut tragiquement dans un accident d’automobile. Il n’avait que 56 ans.

 

Will Wright, l’homme des simulations

Principales réalisations: SimCity, The Sims, Spore

Sans Will Wright, il est fort probable que les jeux de simulation n’auraient jamais été tels que nous les connaissons depuis plusieurs décennies. En 1986, en compagnie de Jeff Braun, il fonde le studio Maxis. Puis, trois ans plus tard, les deux amis lancent le jeu SimCity, qui deviendra un véritable phénomène. Vous permettant de créer puis gérer votre ville, SimCity marquera le jeu vidéo à jamais et aura droit à de nombreuses autres itérations au fil des décennies suivantes. L’idée à la base de SimCity (et de tous les jeux de Wright qui suivront) est simple: vous donner un grand terrain de jeu dans lequel il est impossible de triompher ou perdre.

Inspiré par le succès de SimCity, Maxis lancera une panoplie d’autres jeux de simulation, dont SimEarth, SimLife, SimAnt et SimCopter. Or, c’est en 2000 que Will Wright connaître son plus grand succès sous la forme de The Sims. Encore aujourd’hui, avec ses nombreux opus, The Sims continue de jouir d’une énorme popularité, tout cela grâce aux idées de Will Wright.

Désirant repousser les limites de ce qui se fait dans le domaine des jeux de simulation, Maxis lance en 2008 le jeu Spore. Moins apprécié que SimCity et The Sims, Spore sera quand même un grand succès, faisant ainsi mentir ceux qui affirmaient à Wright et son équipe qu’un tel projet était impossible à faire. Après tout, si on vous avait proposé de concevoir un jeu dans lequel vous pouviez fabriquer un univers entier à partir d’une cellule vivante, auriez-vous cru un tel projet réalisable au début des années 2000 ?

Bien qu’on entende moins parler de Wright depuis son départ de Maxis en 2009, il demeure très actif dans l’industrie du jeu vidéo. En outre, il travaille actuellement sur un projet de jeu mobile intitulé Proxi, dont la date de lancement n’est toujours pas connue.

Nobuo Uematsu, le créateur musical

Principales réalisations: bandes sonores de nombreux jeux de rôle

Nobuo Uematsu n’est peut-être pas un développeur de jeux en tant que tel, mais sans lui, plusieurs de vos aventures n’auraient pas été pareilles, du moins dans vos oreilles. En effet, ce musicien est à l’origine de nombreuses bandes sonores de vos jeux de rôle préférés, notamment ceux de Square Enix.

Musicien autodidacte, Uematsu a commencé sa carrière en 1985 chez SquareSoft. Il avait alors décroché un contrat de création musicale pour le jeu Genesis. Or, son travail fut si apprécié qu’il obtint rapidement un poste permanent au sein de la compagnie. Tout en travaillant à temps partiel dans un magasin de musique, il continua à produire de nombreuses pistes musicales jusqu’en 1987 alors qu’on lui mentionna qu’il devait créer la bande sonore d’un jeu qui déterminerait la survie du studio. Le nom du projet: Final Fantasy.

Les Final Fantasy les plus populaires

# Aperçu Produit Evaluation
1 Final Fantasy VII: Remake - Edition Deluxe Final Fantasy VII: Remake - Edition Deluxe Pas de notes
2 Final Fantasy VII : Remake Final Fantasy VII : Remake Pas de notes
3 Final Fantasy XII : The Zodiac Age Final Fantasy XII : The Zodiac Age 13 Commentaires

Comme on le sait aujourd’hui, le jeu fut un franc succès et permit à SquareSoft de demeurer en vie. Ceci dit, on souligna aussi le brio de la bande sonore du jeu et, donc, le travail d’Uematsu. Cela lui permit de devenir le compositeur officiel de la franchise Final Fantasy pendant plus d’une décennie, créant ainsi les bandes sonores de plus d’une dizaine de jeux de la série. Uematsu a également composé la musique de plusieurs autres titres à succès tels que Chrono Trigger et Super Smash Bros.

Le légendaire compositeur, dont la qualité des balades qu’il a créées fut reconnue au-delà du jeu vidéo, quitta Square Enix en 2004 afin de fonder sa propre compagnie. Il est toujours en activité, produisant notamment la musique de jeux de Square Enix et d’autres studios. Or, tous s’entendent pour dire que lorsque vous retenez les services de Nobuo Uematsu, vous aurez une musique grandiose pour le jeu que vous créez !

Ed Boon

Principales réalisations: Mortal Kombat, Injustice

Au début des années ’90, il existait deux grandes franchises de jeux de combat: Street Fighter et Mortal Kombat. Simplement pour concurrencer Street Fighter et Capcom, Midway Games désirait offrir sa propre version d’un jeu de combat. Afin de matérialiser le concept, la compagnie demanda à deux hommes de proposer leurs idées d’un jeu de combat qui se distancierait de Street Fighter. L’un d’eux était le programmeur Ed Boon.

Quatre éléments furent à l’origine du succès de Mortal Kombat: l’engin de combat novateur, le bouton permettant de bloquer, les Fatalities colorant la fin des combats et, surtout, l’extrême violence mise de l’avant. D’ailleurs, c’est à travers Mortal Kombat que le premier grand débat sur la violence présente dans les jeux vidéo a surgi, ayant éventuellement mené à la création de l’ESRB.

Bien que Mortal Kombat ait traversé de nombreuses tempêtes au fil des décennies, Ed Boon n’a jamais cessé de croire en cette série. Encore aujourd’hui, à travers son studio NetherRealm Studios, il continue à développer et superviser des titres de cette franchise, dont le récent Mortal Kombat 11 qui fut lancé plus tôt cette année. Ed Boon a également décroché un important contrat avec DC Comics lui ayant permis de développer deux jeux de la série Injustice, devenue elle-même une série de bande-dessinées à succès.

Chris Sawyer, le créateur de montagnes russes

Principales réalisations: Roller Coaster Tycoon, Transport Tycoon

Si vous aimez les jeux de simulation, il est fort probable que vous connaissiez Chris Sawyer. Cet homme à l’allure élancée est à l’origine de l’un des plus gros succès de ce genre et est aujourd’hui assis sur une fortune de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Ayant débuté sa carrière en portant des jeux de l’Amiga vers le PC, Chris Sawyer a fait son petit bonhomme de chemin jusqu’au jour où il a signé un important contrat avec la compagnie MicroProse. L’entente stipulait que MicroProse publierait un jeu dénommé I.T.S. ou Interactive Transport Simulation, et ce dans le but de concurrencer le jeu Railroad Tycoon de Sid Meier.

I.T.S. fut un énorme succès de sorte que MicroProse commanda un autre jeu à Sawyer. Ce dernier, qui sera connu sous le nom de Roller Coaster Tycoon, transformera à jamais la vie du jeune développeur. Ce jeu de simulation permettant de créer son propre parc d’attractions se vendit à plus de neuf millions de copies, engendrant ainsi des suites et plusieurs extensions.

En 2010, Sawyer fonda sa propre compagnie nommée 31X Ltd., qui continue encore aujourd’hui à travailler sur des jeux pour mobiles, dont ceux de la franchise Roller Coaster Tycoon.

Ron Gilbert, le créateur d’aventures

Principales réalisations: Maniac Mansion, Monkey Island, Total Annihilation

Les amateurs de jeux d’aventure doivent beaucoup à un homme ayant pratiquement créé le genre à lui seul. En effet, sans Ron Gilbert, il est probable que vous n’auriez jamais eu droit à autant de jeux d’aventure avec des énigmes.

Gilbert commença à programmer à un très jeune âge, se découvrant ainsi un talent insoupçonné. Couplé à ses études en cinéma et à sa fascination pour les films racontant une histoire, Gilbert trouva dans le jeu vidéo une façon d’allier ses deux passions.

Ayant produit une série de petits films avec son bon ami Tom McFarlane, la passion de Gilbert l’amena à être recruté par Lucasfilm Games, qui deviendra LucasArts. En 1985, on lui proposa de créer son propre jeu, ce qui donnera droit à l’excellent Maniac Mansion. Or, durant le développement de ce dernier, Gilbert créa également un programme de scénarisation qui révolutionnera le genre. Ainsi, le Script Creation Utility (SCUMM) permit à LucasArts de développer et porter ses jeux d’aventure beaucoup plus facilement et rapidement qu’elle ne l’avait jamais fait.

Suite au succès de Maniac Mansion, Gilbert se concentra sur une autre franchise de jeux d’aventure du nom de Monkey Island. Grâce à son humour irrévérencieux et ses énigmes loufoques, la série fut adorée tant par la critique que le public si bien que le talent de Gilbert n’était plus discutable.

Gilbert quitta LucasArts en 1992 afin de fonder son propre studio du nom de Humongous Entertainment. Puis, en 1995, il créa le studio Cavedog Entertainment, à travers lequel il développa l’excellent jeu de stratégie Total Annihilation. Malheureusement, divisé entre le développement de jeux et la gestion d’une compagnie, Gilbert n’eut d’autre choix que de fermer Cavedog en 1999.

En 2005, Gilbert proposa des projets à des compagnies en tant qu’indépendant. Puis, il joindra les rangs de différentes firmes et mènera à terme divers jeux à succès tels que DeathSpank, The Cave et Thimbleweed Park.

Présentement, Gilbert est au travail sur un mystérieux projet de jeu de rôle uniquement connu sous le nom de A Little Something.

Mathieu Ferland, le Québécois derrière Sam Fisher

Principales réalisations: Splinter Cell, Assassin’s Creed

Si Ubisoft Montréal a créé de nombreuses franchises à succès, elle le doit à des développeurs de génie ayant joint ses rangs depuis sa création. Parmi ces derniers se trouve Mathieu Ferland.

Ayant débuté sa carrière chez Ubisoft en travaillant sur le jeu Goin’ Quackers, le développeur québécois s’est vu offrir la chance de mettre son talent à profit sur plusieurs jeux inspirés des oeuvres de Tom Clancy moins d’un an après son embauche. Or, il lui faudra attendre quelques années avant de réellement montrer à l’industrie du jeu vidéo ce qu’il pouvait réaliser.

En 2002, Ubisoft lance un jeu fort prometteur sous le nom de Tom Clancy’s Splinter Cell. Chapeauté par Ferland, le jeu a l’effet d’une bombe et devient rapidement un énorme succès. On reconnaît à Splinter Cell une panoplie de qualités, de son scénario jusqu’à ses multiples options d’infiltration et d’espionnage. Depuis Metal Gear Solid, jamais un jeu n’avait réussi à aussi bien nous faire ressentir ce que c’est que d’être un espion.

Ferland a continué à diriger le développement des autres jeux de la franchise Splinter Cell et a également mis à profit ses talents de créateur sur le premier jeu de la série Assassin’s Creed. Il fut aussi impliqué dans la conception de certains autres projets d’Ubisoft Montréal, dont quelques jeux de la série Far Cry.

Keiji Inafune, le beau-père de Mega Man

Principales réalisations: Mega Man, Onimusha, Dead Rising, Lost Planet

Considéré comme étant le père de Mega Man, Keiji Inafune a dû rectifier le tir quant à la création du fameux héros bleu de Capcom. Ainsi, le producteur a dû avouer que l’idée derrière Mega Man était davantage celle de son mentor que de lui-même. Or, on ne saurait nier l’apport d’Inafune dans le succès de ce personnage. En effet, alors qu’il n’était âgé que de 22 ans, le Japonais a créé tous les autres personnages du jeu, en plus d’avoir fabriqué le manuel d’instructions et converti tous les dessins de Mega Man en pixels animés.

Malgré les ventes décevantes du tout premier Mega Man, Capcom a eu foi en la franchise de sorte qu’Inafune a pu continuer à y travailler. Il a ainsi pu créer des centaines d’autres personnages pour les autres volets de la série et il est le cerveau derrière les dérivés de Mega Man tels que Mega Man X et Mega Man Battle Network. L’esprit créatif d’Inafune a également permis à Capcom de s’inspirer de ses concepts afin de dessiner la majorité des personnages par qui on reconnaît la compagnie.

En plus des franchises Mega Man, Inafune a développé les opus d’autres séries à succès. Parmi les plus populaires, on retrouve les séries de jeux d’action Onimusha, Dead Rising et Lost Planet. Bien que le futur de ces dernières soit plus qu’incertain (voire éteint) aujourd’hui, on ne peut passer sous silence le succès qu’elles ont eu à l’époque !

Inafune a quitté Capcom en octobre 2010 afin de fonder son propre studio du nom de Comcept. Malheureusement, depuis son départ de Capcom, Inafune n’a jamais réalisé un jeu à la hauteur de ce que fut Mega Man. Même Mighty No. 9, qui devait être le successeur spirituel du héros de Capcom, fut extrêmement décevant tant au niveau de sa qualité que de ses ventes.

Depuis juin 2017, Inafune occupe le poste de chef des communications pour Level-5 Comcept, nouvelle entité créée suite à l’achat de Comcept par Level-5.

Michel Ancel

Principales réalisations: Rayman, Beyond Good & Evil

Ayant débuté sa carrière à l’âge de 17 ans en tant qu’artiste visuel chez Ubisoft, Michel Ancel a dû attendre jusqu’en 1992 avant de prendre son envol. À cette époque, il eut l’idée de créer un jeu de plates-formes avec un héros sans bras ni jambes. Trois ans après le début de son développement, Rayman vit le jour et fut un succès tant critique que commercial.

Fortement impliqué dans le développement de Rayman 2: The Great Escape (qui fut également reconnu à l’époque comme un solide jeu de plates-formes 3D), Ancel fut relégué au rang de simple consultant pour Rayman 3: Hoodloom Havoc. Bien qu’il n’en ait pas été amer, il a avoué qu’il aurait fait un jeu totalement différent s’il avait été à la tête de son développement.

En 2003, Ancel et Ubisoft lancèrent Beyond Good & Evil, un excellent jeu louangé par ceux y ayant joué, mais n’ayant pas atteint ses objectifs de ventes. Qu’à cela ne tienne, le réalisateur Peter Jackson voua un amour inconditionnel au jeu de sorte qu’il demanda à Ubisoft de créer un jeu inspiré de son film King Kong, Michel Ancel à la barre du projet.

En 2006, le concepteur français retourna à ses premiers amours en dirigeant le jeu Rayman Raving Rabbids. Or, l’absence d’Ancel à des événements servant à promouvoir le jeu questionna le public quant à sa réelle implication dans la conception de ce dernier. Qu’à cela ne tienne, en 2010, Ancel allait lancer un jeu du tonnerre pour son héros avec Rayman Origins. Celui-ci, qui devait être un jeu sous format épisodique, capta tant l’attention d’Ubisoft qu’il devint un jeu complet.

L’engin UBIaRT Framework, développé par Ancel et Ubisoft Montpellier, fut louangé et Ubisoft l’offrit en tant que logiciel open source dès 2011. Deux ans plus tard, Rayman Origins aura droit à une suite meilleure que l’original avec Rayman Legends, dont Ancel fut responsable.

En 2014, Ancel annonça la création d’un studio indépendant nommé Wild Sheep tout en affirmant qu’il continuerait à travailler avec Ubisoft sur différents projets. L’un d’eux est Beyond Good & Evil 2, dont la sortie se fait attendre depuis plusieurs années.

À noter qu’en 2006, Ancel fut sacré chevalier des arts et lettres par le gouvernement français aux côtés de nul autre que Shigeru Miyamoto !

Shigeru Miyamoto, la légende

Principales réalisations: Super Mario, The Legend of Zelda, Pikmin, Donkey Kong

Comment parler des grands créateurs du jeu vidéo sans évoquer le légendaire Shigeru Miyamoto ? Considéré par plusieurs (dont moi-même) comme étant le plus grand concepteur de jeux vidéo de l’histoire, Miyamoto a transformé à lui seul cette industrie en créant des personnages légendaires reconnu à travers le monde entier !

Shigeru Miyamoto peut remercier une facette de sa personnalité afin d’expliquer son succès: son imagination débordante. La majorité de ses créations sont dues à sa capacité hors norme d’observation. Par exemple, Miyamoto a créé les fameux Chain Chomps de Super Mario en se rappelant de sa peur des chiens tenus en laisse lorsqu’il était petit. Quant aux Pikmin, il les a imaginés simplement en regardant son jardin !

Les jeux Super Mario les plus populaires

# Aperçu Produit Evaluation
1 New Super Mario Bros. U Deluxe New Super Mario Bros. U Deluxe 182 Commentaires
2 Super Mario Maker 2 Super Mario Maker 2 117 Commentaires
3 Super Mario Nintendo - Parure de Lit - Housse de Couette Coton Super Mario Nintendo - Parure de Lit - Housse de Couette Coton 12 Commentaires

Miyamoto aurait pu s’asseoir sur ses lauriers après le succès phénoménal de Super Mario, Donkey Kong et The Legend of Zelda. Or, jamais il ne le fit, ayant toujours cherché comment créer des jeux amusants et faciles d’accès pour tous. En plus de jeux, Miyamoto a constamment voulu trouver de nouvelles façons de jouer pour le public. Nintendo lui doit notamment des idées risquées, mais novatrices telles que le bâton analogue sur les manettes, le Rumble Pack qui faisait trembler la manette de la Nintendo 64, les deux écrans de la Nintendo DS ainsi que la détection de mouvement de la Wii.

Depuis son ascension fulgurante dans les années ’80, chaque produit de Nintendo a une touche de Shigeru Miyamoto. Or, jamais cet homme ne s’est enflé la tête, demeurant toujours aussi souriant, chaleureux et facile d’approche malgré sa renommée.

L’industrie du jeu vidéo doit beaucoup aux idées de ce petit homme du Japon. Et peu importe quand Miyamoto prendra sa retraite, ses créations traverseront le temps de telle sorte qu’il ne sera jamais oublié !

Dernière mise à jour le 2019-09-23 at 03:39 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Les dernières nouvelles

Faille WhatsApp : sur iPhone, les images effacées restent sur le téléphone

Faille WhatsApp : sur iPhone, les images effacées restent sur le téléphone

Branchez-vous -
Lunettes de réalité augmentée : Facebook et Ray-Ban s’associent

Lunettes de réalité augmentée : Facebook et Ray-Ban s’associent

Branchez-vous -
10 secrets et faits méconnus de la franchise The Legend of Zelda

10 secrets et faits méconnus de la franchise The Legend of Zelda

Daniel Carosella -

Plus de jeux vidéo

Test du jeu The Legend of Zelda: Link’s Awakening – Un nouveau jeu de 1993 !

Test du jeu The Legend of Zelda: Link’s Awakening – Un nouveau jeu de 1993 !

Daniel Carosella -
Nintendo Switch : la manette SNES sans fil est là!

Nintendo Switch : la manette SNES sans fil est là!

Branchez-vous -
Apple Arcade disponible sur la bêta d’iOS 13 : voici comment l’essayer

Apple Arcade disponible sur la bêta d’iOS 13 : voici comment l’essayer

Branchez-vous -

Populaires

My Activity : Voici tout ce que Google sait sur vous

My Activity : Voici tout ce que Google sait sur vous

Laurent LaSalle -
Huawei lance des PC sous Linux pour remplacer Windows

Huawei lance des PC sous Linux pour remplacer Windows

Branchez-vous -
Le Wi-Fi 6 est arrivé, mais qu’est-ce que ça change ?

Le Wi-Fi 6 est arrivé, mais qu’est-ce que ça change ?

Branchez-vous -

Daniel Carosella

Passionné de jeux vidéo depuis une trentaine d'années, Daniel est chroniqueur en jeux vidéo depuis plus de 21 ans. Il a commencé sur Quebec64 puis sur JeuXpress.ca avant de devenir rédacteur en chef de HardGamers.com jusqu'à la fermeture du portail. Depuis 2010, il collabore au magazine AffairesDeGars en tant que chroniqueur, en plus de participer au podcast Réalité Augmentée.Diplômé en criminologie, Daniel est aussi intervenant psychosocial dans la vie de tous les jours. S'il est conscient qu'il ne peut sauver le monde, il essaie tout de même d'aider le maximum de personnes entre deux parties de jeux vidéo !