Facebook travaille sur une interface-cerveau

Des likes dans votre tête

L’incontournable réseau social explore la possibilité d’offrir une technologie permettant de communiquer par la pensée, qui serait (comme par hasard) idéale pour la réalité augmentée et virtuelle.

Facebook a levé le voile aujourd’hui sur quelques-uns des projets ultra-secrets sur lequel travaille son groupe de 60 ingénieurs confinés dans le Building 8, son bâtiment de recherche et développement ayant pour objectif de concevoir du matériel pouvant avancer la mission de Facebook : «connecter le monde».

Cette technologie pourrait agir comme une «souris cérébrale pour la réalité augmentée» en permettant à une personne de communiquer avec un ordinateur par la pensée.

Le premier projet en question? Créer une interface cerveau-ordinateur. Oui, exactement dans la même veine que ce qu’a annoncé Elon Musk le mois dernier.

Selon Regina Dugan, ancienne directrice de DARPA et ex-chef du groupe de recherche expérimentale ATAP de Google désormais directrice de cette équipe de chercheurs, cette technologie pourrait agir comme une «souris cérébrale pour la réalité augmentée» grâce à «éventail d’électrodes de la taille d’un pois» implanté dans le cerveau du sujet, lui permettant ainsi de communiquer avec un ordinateur par la pensée.

Dans sa version finalisée toutefois, l’exploitation de cette technologie ne nécessitera pas une telle chirurgie invasive; cette contrainte aurait évidemment bien peu de chance de gagner en popularité. Il serait plutôt question d’exploiter l’imagerie optique, soit possiblement la seule approche non invasive permettant de transmettre l’activité neuronale vers une interface liée à un dispositif électronique.

L’idée paraît évidemment terrifiante compte tenu de la réputation de Facebook à vouloir connaître à tout prix tous les détails de votre vie. Dugan a d’ailleurs mis l’accent sur le fait que cette technologie permettait «de décoder les mots que vous avez déjà choisi de partager en les transmettant vers la partie de votre cerveau liée à la parole», et non de lire quelles sont vos pensées.

Bien entendu, si le tout relève de la science-fiction, le déploiement d’une telle technologie ne surviendra pas du jour au lendemain. Mais toujours selon Dugan, des chercheurs de l’Université de Stanford sont parvenus à créer un système permettant à un patient paralysé d’écrire en moyenne 8 mots à la minute simplement par la pensée. L’objectif de Facebook dans le cadre de ce projet est d’accélérer ce traitement à 100 mots à la minute.

Regina Dugan a également parlé d’un deuxième projet sur lequel travaillent ses ingénieurs : une technologie permettant «d’entendre avec la peau». Et dire que vous aviez l’impression il y a quelques instants que le concept d’interface cerveau-ordinateur était de la science-fiction…

  • Jack Fist

    « Branchez-vous », qu’ils disaient… :)