Bitstrips obtient 3 millions pour sa première ronde de financement

Affaires

Le service qui offre à ses utilisateurs de partager des bandes dessinées les mettant en vedette connaît une forte popularité depuis le lancement de son application mobile.

Bitstrips vient de terminer sa première ronde de financement, et se porte plutôt bien.

La jeune entreprise torontoise annonce aujourd’hui avoir obtenu un investissement de 3 millions de dollars de la part de Horizons Ventures, une société en capital de risque située à Hong Kong dont les principales activités touchent le secteur technologique. La ronde a été supervisée par Li Ka-Shing, l’homme le plus riche d’Asie.

L’entreprise a récemment été victime de sa popularité. L’enthousiasme de ses utilisateurs mena à une surabondance de statuts générés par Bitstrips, irritant par conséquent une bonne portion de leurs amis Facebook.

Du même souffle, Bitstrips déclare avoir vu le nombre de ses utilisateurs augmenter de 30 millions lors de deux derniers mois, une croissance provoquée par le lancement de son application iOS éponyme. Au total, sa communauté compte maintenant plus de 40 millions d’utilisateurs.

Si vous n’êtes pas familier avec le service en question, Bitstrips permet à ses utilisateurs de se créer un avatar afin de pouvoir les mettre en scène dans une bande dessinée de leur choix. Il suffit de choisir un ami Facebook avec qui partager la vedette, consulter la banque d’illustrations proposées afin de déterminer l’image appropriée, ajouter au besoin des bulles de texte, et partager notre création sur les réseaux sociaux. Le résultat est une case d’une bande dessinée fictive.

Malheureusement pour elle, l’entreprise a récemment été victime de sa popularité. Outre des problèmes techniques liés à la soudaine affluence de son service (provoquant d’importants ralentissements), l’enthousiasme de ses utilisateurs mena à une surabondance de statuts générés par Bitstrips, irritant par conséquent une bonne portion de leurs amis Facebook.

Bitstrips reconnaît le problème. Depuis le mois dernier, l’application permet à ses utilisateurs de partager leurs créations par texto, courriel, ou à l’intérieur même de la communauté.

Extrait du premier billet de Jacob Blackstock, PDG de Bitstrips

Extrait du premier billet de Jacob Blackstock, PDG de Bitstrips

Le PDG de l’entreprise, Jacob Blackstock, rêve du jour où le nom de son service intégrera le vocabulaire quotidien. «Nous voulons vraiment arriver au point où – peut importe où vous êtes, peut importe ce que vous faites – si quelque chose de drôle ou de bizarre se passe, que vous puissiez dire [naturellement] : “C’est un Bitstrip!”»

Bien que le service est gratuit pour l’instant, Blackstock entrevoit la possibilité d’inclure des microtransactions à même son application (par exemple l’achat de vêtements, de costumes, ou d’accessoires pour son avatar). Il imagine également permettre aux utilisateurs de se mettre en scène au cinéma ou dans une série télé, en partageant la vedette avec leurs acteurs préférés.

  • ocenae

    Je sais pas comebt sa marche

    • Ann@bell@

      Il vous faut apprendre à écrire avant, non ?