Apple Pay confronté à une résistance de la part de Walmart et Best Buy

Concurrence

Un regroupement de commerçants américains souhaite concurrencer Apple avec son propre service de paiement mobile.

En vigueur aux États-Unis depuis une semaine, le déploiement de la nouvelle solution de paiement par NFC d’Apple connaît depuis quelques jours ses premières difficultés.

MCX préfère de loin voir CurrentC dominer l’industrie, une position qui permettra à ses membres de mieux connaître les préférences de leurs clients afin de leur offrir de la publicité ciblée.

Alors que PayPal s’est empressé de discréditer les compétences du fabricant informatique en matière de sécurité suite au dévoilement d’Apple Pay, des joueurs importants du commerce de détail prennent des mesures exceptionnelles afin de s’opposer à son implantation dans leurs succursales.

En effet, Walmart et Best Buy ont confirmé au Wall Street Journal qu’ils n’avaient aucunement l’intention de permettre à leurs clients de payer leurs achats via Apple Pay. De leur côté, Rite Aid et CVS ont carrément désactiver les lecteurs NFC de leurs pharmacies, bloquant du même coup l’utilisation de services comme Google Wallet ou Softcard.

Pourquoi? Le secret derrière Apple Pay réside dans son affiliation avec les institutions financières américaines. Lorsqu’un détaillant dispose d’un lecteur NFC, ce dernier est automatiquement compatible avec tout service de paiement mobile exploitant cette technologie – peu importe si le commerce a un partenariat avec l’entreprise derrière celui-ci, puisque l’entente est effectuée entre les services NFC et les banques.

Les motivations derrière cette contre-attaque

Comment expliquer une telle résistance de la part de Walmart, Best Buy, Rite Aid et CVS? Ces détaillants font partie du consortium Merchant Customer Exchange, un regroupement d’entreprises qui souhaite déployer sa propre technologie de paiement mobile : CurrentC. Outre Walmart et Best Buy, on retrouve Sears, Shell, Sunoco et Target parmi les membres du consortium MCX ayant pignon sur rue à l’extérieur des États-Unis.

Actuellement, la lutte pour obtenir le contrôle du marché du paiement mobile est essentiellement un bras de fer opposant les géants du commerce de détail aux institutions financières. MCX préfère de loin voir son initiative dominer l’industrie, une position qui permettra à ses membres de mieux connaître les préférences de leurs clients afin de leur offrir de la publicité ciblée en conséquence.

Finalement, contrairement aux services de paiement mobile par NFC comme Apple Pay, l’application CurrentC ne permettra pas aux détenteurs de cartes de crédit d’accumuler des points, puisque le service – qui fera son entrée aux États-Unis l’an prochain – est conçu pour se connecter avec le compte bancaire de ses utilisateurs.

Il sera intéressant de voir les impacts au Canada et en Europe de cette guerre entre les commerçants et les banques américaines lorsqu’Apple Pay sera introduit à l’extérieur des États-Unis.

  • Félix Lapointe

    Au moins ce sont seulement les commerces poches qui vont dans cette direction.

  • DJ

    N’importe quoi.. Installez dont des terminaux NFC et laissé les usager les utiliser comme ils veulent… Avec les cartes à puce, tous les cartes font dans tous les terminaux (ou presque), pourquoi pas le NFC aussi…

  • r2d3

    Est-ce les utilisateurs iPhone 6 vont souvent chez wal-mart?

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Au prix que se vendent leurs téléphones, ils n’ont plus vraiment le choix…

  • Gaston

    VHS contre Beta all over again…