Le CRTC impose aux télédistributeurs un forfait de base fixé 25$

Parlons télé

Québec

Afin de maximiser le choix des téléspectateurs canadiens et l’abordabilité des services de télédistribution, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes impose de nouvelles règles à Bell, Rogers, Shaw, Vidéotron et leurs semblables.

D’ici mars 2016, les abonnés des services de télédistribution au Canada auront désormais accès à un forfait d’entrée de gamme dont le prix ne devra pas coûter plus de 25$ par mois.

Lors des audiences publiques à l’automne, plusieurs intervenants se sont plaints du manque de flexibilité du choix des canaux offerts par les services de télédistribution.

Le bouquet de chaînes incluses avec ce service de base donnera la priorité aux émissions d’information et aux bulletins de nouvelles locales et régionales. Au Québec, ces chaînes incluront notamment : AMI, APTN, Canal M, CBC News Network, CPAC, MétéoMédia et TV5. Ce forfait doit également inclure les stations locales canadiennes (ICI Radio-Canada, Télé-Québec, TVA et V), les services éducatifs, les chaînes communautaires et parlementaires.

Les consommateurs auront évidemment droit à des chaînes supplémentaires, «soit selon une formule à la carte, soit au moyen de petits forfaits de canaux à des prix raisonnables», souligne le CRTC.

«Grâce en partie à la disponibilité de la technologie à large bande, les téléspectateurs peuvent écouter le contenu télévisuel au moment, dans les endroits et sur les appareils de leur choix. Ils sont aux commandes. Un monde de choix est à portée de main des Canadiens», a déclaré Jean-Pierre Blais, président du CRTC.

«Avec la décision d’aujourd’hui, il ne s’agit pas de choisir pour les Canadiens. Il s’agit plutôt d’établir une feuille de route qui donne à tous les Canadiens la liberté de choisir le contenu télévisuel qui répond à leurs besoins, à leur budget et à leur situation unique – et cela peut même comprendre des stations de télévision en direct gratuites. Les Canadiens seront en mesure de trouver la solution la plus avantageuse pour leur ménage.»

Une repercussion des récentes audiences publiques

Cord-cutting

Cette décision est intimement liée aux audiences publiques Parlons télé tenues par le CRTC à l’automne dernier, dans lesquelles plusieurs intervenants se sont plaints du manque de flexibilité du choix des canaux offerts par les services de télédistribution.

Le gouvernement avait d’ailleurs demandé aux législateurs d’offrir un système de chaînes à la carte, afin de permettre aux consommateurs de choisir les contenus qui les intéressent.

«Notre gouvernement croit que les familles canadiennes devraient pouvoir choisir les forfaits de chaînes sur mesure qu’elles souhaitent obtenir», a déclaré en octobre dernier David Johnston, gouverneur général du Canada. «Il exigera que les chaînes soient dissociées dans les forfaits tout en protégeant les emplois.»

Manifestement, le CRTC tente de ménager la chèvre et le chou en démontrant plus d’ouverture à l’idée d’un système à la carte tout en imposant un forfait de base à prix réduit.

Des changements plus importants au Canada anglais

Tel que le souligne Radio-Canada, cette décision devrait avoir plus d’impacts à l’extérieur du Québec. En effet, la majorité des télédistributeurs de la province offrent déjà à leurs abonnés de la flexibilité dans le choix de leurs chaînes.

Les nouvelles mesures du CRTC normaliseront donc cette pratique à l’échelle nationale, en plus de limiter le coût des forfaits de base. Il va de soi que les chaînes spécialisées les moins populaires risquent de disparaître suite à cette décision.