All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

L’état de la baladodiffusion, ici et ailleurs

Par François Dominic Laramée – le dans Actualités
Ailleurs, le petit monde de la baladodiffusion se porte à merveille. Ici, c’est moins clair. Pourquoi?

Vous connaissez Canadaland? C’est un podcast qui critique la manière dont les médias canadiens couvrent la nouvelle. Du moins, c’était cela il n’y a pas longtemps : maintenant, c’est un réseau de podcasting complet avec 3 émissions différentes par semaine, un site web pas joli-joli mais qui publie des tonnes de contenu, soutenu par du financement socioparticipatif de plus de 10 000$ par mois.

Vous avez bien lu. Plus de 2 000 personnes donnent de l’argent, chaque mois, pour qu’on leur parle de politique et d’analyse médiatique. Au Canada. Et ça, c’est sans parler de la belle brochette de commanditaires qui permettent à Jesse Brown, le fondateur de Canadaland, d’en vivre à temps plein et de rémunérer ses collaborateurs.

Le podcasting, c’est payant…

NPR est en voie d’atteindre le seuil de la rentabilité, et ce sont les revenus générés par ses podcasts qui font la différence.

CANADALAND n’est pas un phénomène unique.

Aux États-Unis, Maximum Fun est une entreprise florissante qui peut se permettre des gros noms comme John Hogdman du Daily Show, dont les congrès de fans se tiennent toujours à guichets fermés et qui peut se vanter d’avoir recruté 5 700 nouveaux donateurs (un chiffre qui inclut cependant les donateurs existants qui ont augmenté leurs contributions mensuelles) lors de sa dernière campagne de financement.

L’ancien journaliste Dan Carlin gagne apparemment assez bien sa vie en réalisant deux podcasts : Common Sense, qui parle d’actualité, et surtout Hardcore History, consacré à l’histoire militaire, qui vient de conclure une série d’environ 24 heures consacrée à la Première Guerre mondiale.

Même NPR, la radio publique américaine, est en voie d’atteindre le seuil de la rentabilité pour la première fois en six ans, et ce sont les revenus générés par ses podcasts qui font la différence.

Il y a sûrement plusieurs autres exemples; je ne mentionne que ceux que j’écoute régulièrement et qui ont fait la manchette au cours des dernières semaines.

Mais pas au Québec

Ai-je besoin de vous dire que ce genre de chose est impensable chez nous?

menwithoutpodcasts

Ce n’est pas que la qualité des podcasts québécois soit défaillante, au contraire. Le problème, c’est l’écosystème financier. À peu près pas de commanditaires. À peu près pas de pub. Quelques dons qui proviennent d’une minorité des auditeurs et qui, dans le temps de L’Analyse des Geeks, ne suffisaient pas à couvrir les frais de l’émission même si nous la faisions bénévolement.

En fait, à ma connaissance, tous les podcasts québécois qui ne sont pas des baladodiffusions d’émissions de Radio-Canada sont menés par des bénévoles, sauf peut-être la nouvelle génération de Radio-Talbot. Mais lorsqu’on considère la quantité phénoménale de contenu que Denis et sa bande produisent et le fait qu’ils n’ont que 307 donateurs sur Patreon, si ce n’est pas du bénévolat, c’est tout comme.

Est-ce qu’on se plaint pour rien?

À la longue, le bénévolat, c’est épuisant. Parce qu’il faut une autre job pour payer le souper, ce qui explique la courte durée de vie de biens des podcasts.

Peut-être que c’est très bien comme ça. Après tout, qui dit «bénévole» dit aussi «redevable à personne», et la qualité des émissions dont nous pouvons profiter en ce moment indique assez bien la profondeur du réservoir de créativité des podcasteurs québécois.

Mais à la longue, le bénévolat, c’est épuisant. Parce qu’il faut une autre job pour payer le souper, ce qui explique sûrement que la majorité des podcasts ne durent pas très longtemps ou ne suivent pas un calendrier de publication très régulier.

Je ne cesse de m’émerveiller devant la durabilité des Mystérieux Étonnants et l’engagement de mon ancienne gang de L’Épée Légendaire; trop d’autres bonnes émissions ont disparu trop vite parce que les heures de recherche et d’enregistrement devaient passer après le boulot, les études, les devoirs des enfants, et cetera, et qu’à un moment donné les créateurs se sont dits qu’ils n’en pouvaient plus.

Comment faire croître le podcasting

La réalité, c’est que si on veut que cette forme d’art numérique continue à se développer indépendamment de la télé, de la radio «officielle», de YouTube ou de Twitch, il faut qu’il y ait au moins une petite possibilité d’en faire professionnellement. Comme chez Canadaland, comme chez Maximum Fun, ou comme c’est le cas pour n’importe quelle autre forme d’art depuis la nuit des temps.

Or, pour cela, il faut aller chercher de l’argent : soit auprès des auditeurs, soit ailleurs.

shutupandtakemymoney_

Les 307 donateurs de Radio-Talbot me disent que la première option n’est pas viable en ce moment.

La seconde exigerait une forte augmentation de l’auditoire, afin de forcer quelques commanditaires potentiels à prêter attention au podcasting québécois. C’est un peu ce que j’espérais lors du lancement du réseau RZO qui regroupait une trentaine des meilleures émissions québécoises sous une seule bannière. Malheureusement, RZO a interrompu ses activités lundi dernier – peut-être, souhaitons-le, de façon temporaire – et il faudra chercher d’autres solutions.

Mais lesquelles? Ça, je l’ignore, même si la question me démange depuis des années. Espérer l’émergence d’un OVNI médiatique comme Canadaland et se croiser les doigts pour qu’il fasse des petits, ça me semble bien mince. Quelqu’un a une meilleure idée?

Continuez votre lecture

Les leçons que la baladodiffusion peut tirer de la Révolution française

Les leçons que la baladodiffusion peut tirer de la Révolution française

Radio et podcasting, frères ennemis?

Radio et podcasting, frères ennemis?

RZO, ou quand l’union fait la force

RZO, ou quand l’union fait la force

Laurent LaSalle -
YouTube souhaite concurrencer Twitch sur son propre terrain

YouTube souhaite concurrencer Twitch sur son propre terrain

Laurent LaSalle -
À surveiller : la webdiffusion Podcast All-Stars ce samedi

À surveiller : la webdiffusion Podcast All-Stars ce samedi

Laurent LaSalle -
Baladodiffusion : plus d’un milliard d’abonnés sur iTunes

Baladodiffusion : plus d’un milliard d’abonnés sur iTunes

Laurent LaSalle -
Le brevet sur la baladodiffusion enfin invalidé

Le brevet sur la baladodiffusion enfin invalidé

Comment j’ai appris la fin de M. Net

Comment j’ai appris la fin de M. Net

Benoît Gagnon -
Festival de l’Internet à Alma : une première édition très sympathique

Festival de l’Internet à Alma : une première édition très sympathique

Catherine Gendreau -
Radio-Talbot multiplie ses fréquences de diffusion

Radio-Talbot multiplie ses fréquences de diffusion

Laurent LaSalle -
Quand Barack Obama est invité à un podcast

Quand Barack Obama est invité à un podcast

Laurent LaSalle -
Les fossoyeurs : le CRTC, la fin des quotas, et le coup de pelle dans la télévision

Les fossoyeurs : le CRTC, la fin des quotas, et le coup de pelle dans la télévision

Turo et la couleur de l’innovation

Turo et la couleur de l’innovation

Hugo Prévost -
La guerre des brevets, épisode DCCLXIX : les trollés contre-attaquent

La guerre des brevets, épisode DCCLXIX : les trollés contre-attaquent

Radio-Canada lance Première PLUS, sa plateforme de contenus audio à la carte

Radio-Canada lance Première PLUS, sa plateforme de contenus audio à la carte

Laurent LaSalle -

François Dominic Laramée

Après une carrière de 15 ans en conception de jeux vidéo, François Dominic Laramée a succombé à la puissance du Côté Obscur de la Force et est devenu journaliste techno. Il a notamment été chroniqueur et scripteur à l’émission Les Nerdz de Ztélé pendant 8 saisons, a publié 4 livres dont certains ont été traduits en russe et en coréen, et a écrit pour toutes les publications dont les administrateurs ont oublié de lui interdire l'accès à leurs systèmes de gestion de contenu.