Chrome OS sera absorbé par Android d’ici 2017

Un ménage s'impose

Liste de tags

Google aurait l’intention de fusionner ses deux systèmes d’exploitation sous la bannière Android, rendant ainsi l’offre de l’entreprise moins complexe aux yeux des consommateurs.

Selon le Wall Street Journal, qui tiens cette information d’une source familière avec le dossier, Google va «replier» Chrome OS vers Android d’ici 2017. Le principal motif derrière le projet serait lié au succès d’Android par rapport au puissant, mais impopulaire système d’exploitation centré sur le cloud, Chrome OS. On raconte que ce dernier ne serait plus pertinent aux yeux de Google.

Google étant Google, il y a fort à parier que si cette rumeur se concrétise, les Chromebooks pourront être mis à niveau afin d’être propulsés par cette nouvelle version d’Android.

Dans les heures qui ont suivi la publication de l’article, les blogues The Verge et Recode ont tous deux confirmé la rumeur chacun de leur côté. L’annonce d’un Android intégrant les capacités de Chrome OS devrait avoir lieu lors du prochain Google I/O prévu en mai 2016.

Lorsque l’on garde cette rumeur en tête, une déclaration de l’actuel PDG de Google, Sundar Pichai, laissait déjà entendre cette stratégie en 2009. Le responsable de Chrome à l’époque avait déclaré que «le marché mobile en tant que paradigme informatique va éventuellement se fondre avec ce que nous considérons aujourd’hui comme un ordinateur».

L’entreprise demeure néanmoins muette concernant ses intentions. Hiroshi Lockheimer, nouvellement responsable d’Android, Chromecast et Chrome OS, a tenu a rassurer les consommateurs au sujet des Chromebooks sur Twitter hier soir.

Google étant Google, il y a fort à parier que si cette rumeur se concrétise, les Chromebooks pourront être mis à niveau afin d’être propulsés par cette nouvelle version d’Android.

Quoi qu’il en soit, bien que cette rumeur ne sera sans doute pas confirmée par l’entreprise avant plusieurs mois, la stratégie qu’elle évoque est loin d’être farfelue. Il est vrai que Chrome OS est loin de connaître le succès escompté. D’autant plus qu’employer une stratégie similaire à celle de Microsoft avec Windows 10 permettrait à Google de tirer profit du nombre significativement plus élevé d’applications de l’écosystème Android, et par conséquent rendre son offre informatique beaucoup plus alléchante.

  • http://epeelegendaire.com Maxime Tremblay

    « Google étant Google, il y a fort à parier que si cette rumeur se concrétise, les Chromebooks pourront être mis à niveau afin d’être propulsés par cette nouvelle version d’Android. »

    ChromeOS a un support béton de la part de Google pour les mises à jour, mais la situation Android est fort différente. J’espère que ce sera le modèle de ChromeOS qui sera la résultante de la fusion en ce qui concerne les politiques de mises à jour des appareils.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Franchement Maxime, tu sais très bien que la raison pour laquelle le déploiement des mises à jour d’Android est difficile est liée à l’obstruction des fournisseurs de services cellulaires. C’est un contexte complètement différent ici…

      • http://epeelegendaire.com Maxime Tremblay

        Les fournisseurs, mais aussi les fabricants qui ont la responsabilité de mettre à jour leur appareil en premier lieu. C’est différent, mais tant que ça :)

        • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

          Excepté qu’en informatique, la norme à suivre est plus commune. Je ne suis vraiment pas inquiet à ce niveau.

          • http://epeelegendaire.com Maxime Tremblay

            C’est ce que je souhaite, c’était justement le cœur de mon commentaire :)

        • Steve Rodrigue

          En fait, c’est les manufacturiers qui se tirent dans le pied en charcutant le code source de AOSP pour y ajouter des trucs propriétaires. C’est un peu comme si Dell décidait que tel ou tel partie du noyau de Windows ne faisait pas leur bonheur et qu’ils le recodait… Bonne chance pour les mises-à-jour ensuite!

          Il y a peu de manufacturiers sous Android qui comprennent bien ces enjeux. Motorola et OnePlus sont 2 bons exemples. Pratiquement toutes les fonctionnalités propres à Motorola sont offertes via des applications qui sont mises-à-jour via le Google Play Store. Chez OnePlus, ils ont une approche similaire à celle de CyanogenMod: un code très proche de AOSP (la version pure de Android) avec peu de changements. Les mises-à-jour sont alors faciles à faire.

          Un autre problème qui semble toucher les mises-à-jour d’Android, c’est le manque de flexibilité dans le support matériel. En théorie, un « driver » devrait pouvoir recevoir ses propres mises-à-jour indépendantes du système (comme sur bien des OS), mais dans l’état actuel des choses ce genre de mise-à-jour et celles de sécurité requierts une mises à jour système. C’est moins flexible que sous Windows, OS X ou Linux.

          J’ai l’impression que les nouveaux Nexus vont fouetter les manufacturiers puisque ces nouveaux appareils n’ont plus de défaut majeur. Tout les manufacturiers sont à armes égales, ils devront assurément accélérer les mises-à-jours systèmes pour rester compétitifs et ne pas avoir un des évaluations du genre: « Bon, mais le Nexus 5X ou 6P offre tout autant et sont mis-à-jour… ».

          • http://epeelegendaire.com Maxime Tremblay

            C’est pas gagné d’avance, Samsung domine largement les ventes d’appareils Android, mais ce sera certainement intéressant à suivre.

            Il ne faut pas oublier que la majorité des acheteurs ne sont pas des geeks et ne considèrent pas le suivi logiciel d’emblée comme nous le faisons.

          • Steve Rodrigue

            Ça c’est certain, mais pour être le centre de référence et de support Android de mon entourage, je peux t’assurer que j’ai de plus en plus de commentaires froids par rapport à Samsung.

            Ce qui me dérange le plus, c’est surtout lorsque les manufacturiers jouent dans les écrans de paramétrages. Un peu comme si Dell décidait de refaire le Panneau de configuration de Windows… Ça n’est pas tolérable, ça brise l’uniformité de l’expérience Android. Fais ce que tu veux dans le lanceur d’application, mais ne touche pas aux paramètres systèmes!

    • Gumby

      Sous Android, le support des mises à jour est béton aussi en autant que l’on a un appareil Nexus… :P

      • http://epeelegendaire.com Maxime Tremblay

        Exact.

        Je me demande à quoi aurait eu l’air le marché du PC si les constructeurs étaient responsables d’appliquer les mises à jour du OS. :)

        • Gumby

          Nous aurions droit la première année, avec de la chance, à deux mises à jour environ, et l’année suivante ce serait «à la Grâce de Dieu»… ;)

  • Gaston

    Google ou Alphabet ???

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Google est une propriété d’Alphabet. Sundar Pichai est PDG de Google, et non d’Alphabet. Je ne vois pas pourquoi on parlerait d’Alphabet ici… o_O

      • Gaston

        Je croyais qu’avec la création d’alphabet que maintenant Google ne s’occupait que du moteur de recherche du même nom et que tout les autres « patentes » étaient sous la coupelle d’Alphabet, donc que Chrome OS relevait maintenant de la nouvelle société mère.

        Aussi, Sundar Pichai est PDG de Google en 2015, mais en 2009 comme le mentionne le texte ci-haut…

        Je suis désolé, faut croire que j’avais mal lu (ou compris) l’article qui parlait d’Alphabet (et aussi le présent article). Cette idée aussi de lire sur Internet quand on a des crises d’insomnie. :-)

        • Steve Rodrigue

          Google n’a pratiquement rien « perdu » avec la création d’Alphabet. C’est plus tout ce qui était de « moonshot » et du très long terme qui se détache de Google.

          Google reste la « vache à lait » de Alphabet. Tout le reste, c’est le terrain de jeu de Larry et Sergei. En gros, Alphabet demande à Google de faire une tonne d’argent pour financer les projets qui garantiront l’avenir de Alphabet à long terme ou qui feront des découvertes/innvations à très long terme.

          • Gaston

            Ah, merci! C’est un peu plus clair.

        • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

          Tout ce qu’à dit Steve. Pour ce qui est du poste qu’occupe Sundar Pichai, le texte est pourtant clair : l’actuel PDG de Google [celui qui est PDG actuellement] laissait entendre en 2009 [moment où il n’était sans doute pas PDG, puisqu’on vient d’employer «actuel» une stratégie similaire. Le responsable de Chrome à l’époque [son poste en 2009] avait déclaré…

  • Steve Rodrigue

    Dans les faits, même que ChromeOS est déjà hybridé avec Android. Depuis un peu plus d’an des applications développées pour Android tournent sur ChromeOS.

    En gros, on pourrait dire que ChromeOS contient un « émulateur » ou plutôt le RunTime de Android. Donc, il n’est pas impensable que d’ici 1-2 ans, il soit facile d’offrir des produits qui font tout autant tourner des Extensions Chrome que des applications Android.

    Pour m’être déjà amusé sur Android avec une tablette hybride (clavier détachable + souris), ça n’est pas une expérience très loin de celle de Windows/Linux/Mac OS. Par contre, les applications Android sont pensées « touch-first », donc, ça rendait l’expérience bizarre et pas naturelle… Un peu comme avec la version originale de Windows 8 où Microsoft tentait de nous imposer des gestes contre-intuitifs avec un clavier/souris (mettre son curseur dans un coin d’écran pour faire apparaître la « Charm Bar »). C’est un peu la cas sous Android. Un « enter » sur le clavier n’entraîne pas toujours l’action attendue et les applications qui utilisent du « pinch » ou du « long-press » ne sont pas très ergonomiques.

    L’annonce officielle de Google, c’était ici: http://chrome.blogspot.ca/2014/09/first-set-of-android-apps-coming-to.html