Pas de nouveau Mac? Pas grave : Apple cible Amazon, Spotify, Snapchat, PayPal, alouette!

Compte rendu

Liste de tags

Malgré l’absence de grande nouveauté matérielle, ça brasse chez Apple.

En chute libre en Bourse comme sur les tablettes des boutiques d’électronique, la société de Cupertino n’avait pas de nouveau iMachin à présenter, mais plutôt des mises à niveau logicielles visant à gruger un peu le territoire des Amazon, Paypal, Spotify et autres Snapchat. Et de Google aussi. Évidemment.

Devant une foule de 3 000 développeurs réunie dans le cadre de la 27e édition annuelle de sa Worldwide Developers Conference (WWDC), Apple renforce du même coup l’interaction entre les divers éléments de son fameux écosystème de gadgets, allant des Mac au iPhone, en passant par l’Apple TV, et éventuellement, les différents appareils connectés pour la maison.

Apple Pay pour acheter en ligne, et ailleurs

La prochaine mise à niveau du système d’exploitation OS X, désormais appelée macOS Sierra, introduira notamment un outil de paiement pour sites web transactionnels à son navigateur Safari. Dérivée du système Apple Pay, cet outil prendra la forme d’un bouton de paiement défiant l’hégémonie de PayPal dans l’achat en ligne. Apple Pay ajoute un élément de sécurité en forçant l’internaute à s’identifier par empreinte digitale, en passant par le lecteur d’empreinte d’un iPhone, ou via l’Apple Watch.

macossierraapplepay

Apple Pay sera aussi intégré à l’application Maps (ou Plans) d’iOS 10, le système d’exploitation pour iPhone et iPad qu’Apple a également dévoilé sur scène au Bill Graham Arena de San Francisco. En fait, Maps a été revue de bout en bout pour se distinguer un peu plus de Google Maps, notamment, et sera ouverte aux applications tierces, afin d’accélérer les transactions entre l’utilisateur et l’objet de sa recherche.

Qu’il s’agisse de se rendre à un rendez-vous, de réserver une table à un restaurant, puis de réserver un Uber pour s’y rendre (et de payer pour tout ça), il sera bientôt possible de le faire à même Maps.

Siri tous azimuts

macosios

Amazon, Facebook et Microsoft prennent d’assaut le marché émergent de l’intelligence artificielle, un nom pompeux pour parler de services automatisés utilisant la commande vocale ou la messagerie instantanée pour interagir avec les clients. Apple ne reste pas immobile, laissant les créateurs d’applications jouer avec le cerveau de sa propre assistante numérique, Siri. Celle-ci débarque en même temps sur Mac, et en fera un peu plus du côté de l’Apple TV puisqu’elle pourra chercher un peu plus profondément dans le contenu d’iTunes et de YouTube, notamment. 

Détail en passant, Siri pour CarPlay permettra aux automobilistes d’interagir avec des applications tierces sans les mains, alors qu’elles sont sur le volant.

De Spotify à Snapchat en passant par… Kik?

Quelques applications ont été sérieusement révisées pour iOS 10. Ça comprend Apple Music, qui fête son premier anniversaire cet été. Le service musical d’Apple prend une nouvelle allure plus près de celle de son principal rival dans le marché de la musique par abonnement, Spotify. La musique Pour vous que recommande automatiquement l’application, notamment, devrait proposer des morceaux d’une façon qui n’est pas sans rappeler, non plus, le service de base (et gratis) de Google Play Music, quoique celui-ci entrecoupe sa musique de publicité, par moments.

Les audiophiles sociaux pourront du coup partager leurs trouvailles via iMessage, la messagerie qu’Apple revampe également pour être pertinente à l’ère de Snapchat.

Les audiophiles sociaux pourront du coup partager leurs trouvailles via iMessage, la messagerie qu’Apple revampe également pour être pertinente à l’ère de Snapchat. iMessage hérite d’interactions plus poussées, des papiers peints animés, et la possibilité de transmettre du contenu riche sans passer par le copier-coller d’une adresse web. iMessage pousse sur deux fronts à la fois, s’ouvrant elle aussi aux développeurs désireux d’effectuer certaines transactions directement dans un contexte de messagerie. Un peu à la manière d’un bot comme on en trouve déjà sur Messenger (Facebook) ou même sur l’application canadienne Kik (vous vous souvenez de Kik? Elle vaut aujourd’hui plus cher que Twitter). 

C’est très ambitieux, mais ça pourrait marcher : les jeunes friands de ces messageries intégrées passent avant tout par un appareil mobile, et Apple a l’avantage de fabriquer une bonne partie de ces mobiles.

Et s’il n’y a qu’un message à retenir de ce qui a présenté aujourd’hui par Apple, c’est un peu ça : le marché des appareils mobiles stagne un brin, et la croissance se trouve du côté des nouveaux utilisateurs, les jeunes. Apple sent ce changement et se positionne.

Au grand déplaisir des actionnaires, et dans l’indifférence de plus d’un développeur présent au WWDC. Mais ça n’empêche pas Apple de voir plus loin (heureusement pour ses dirigeants!) que sa valeur en Bourse.