Pokémon GO fait bondir Nintendo en bourse

Par Laurent LaSalle – le dans Actualités
Le succès de Pokémon GO depuis son lancement a fait augmenter la valorisation de Nintendo de 7,5 milliards de dollars US.

Au sommet des palmarès depuis la semaine dernière en Australie, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, Pokémon GO se retrouve installé dans deux fois plus d’appareils Android que la célèbre application Tinder. En terme d’utilisateurs actifs au quotidien, l’application est déjà sur le point de surpasser Twitter.

Visiblement, malgré les sceptiques, la franchise Pokémon est toujours aussi populaire. Si bien que l’action de Nintendo, qui avait subi une croissance de 9,3% lors du lancement de l’application mercredi dernier, a fructifié de 24,52% aujourd’hui à la bourse de Tokyo suite à la fermeture des marchés. Il s’agit de sa meilleure performance quotidienne depuis 1983, ayant ajouté l’équivalent de 7,5 milliards de dollars US à la valeur boursière de l’entreprise.

Il est important de souligner toutefois que le succès de Pokémon n’est pas uniquement bénéfique à Nintendo. Le jeu de réalité augmentée a été développé par Niantic, ex-filiale de Google, en collaboration avec The Pokémon Company. Le fabricant de consoles est toutefois un important investisseur dans ces deux entreprises, et recevrait approximativement 30% des recettes générées de Pokémon GO aux dire du Financial Times.

L’aspect répétitif de sa structure actuelle viendra-t-il créer une certaine fatigue auprès des adeptes qui ne pourra être apaisée seulement en ajoutant de nouveaux Pokémon?

Dans ce contexte, l’analyste Mia Nagasaka de la firme Morgan Stanley estime que Pokémon GO doit générer des revenus mensuels de 140 à 196 millions afin d’avoir un impact significatif sur le chiffre d’affaire de Nintendo. Rappelons que si l’application est gratuite, c’est par le biais de microtransactions que l’initiative compte d’abord rentabiliser ses activités. Il est également probable que The Pokémon Company conclut des partenariats avec des entreprises de toutes sortes, par exemple en incitant les utilisateurs à visiter certains commerces afin d’y chasser des Pokémon rares ou exclusifs.

Si Pokémon GO semble avoir beaucoup de potentiel, le défi sera de taille pour garder l’attention des utilisateurs à long terme. L’aspect répétitif de sa structure actuelle viendra-t-il créer une certaine fatigue auprès des adeptes qui ne pourra être apaisée seulement en ajoutant de nouveaux Pokémon? Seul l’avenir nous le dira.

À noter que l’on ignore toujours quand est-ce que Pokémon GO sera lancé au Canada ou ailleurs en Europe. La popularité de l’application donne d’ailleurs déjà du fil à retordre à Niantic, dont les serveurs peinent à satisfaire les utilisateurs.

Les dernières nouvelles

On va vous aider à trouver le logement qu’il vous faut!

On va vous aider à trouver le logement qu’il vous faut!

Mises à pied et annulations de projets chez le créateur de Pokémon Go

Mises à pied et annulations de projets chez le créateur de Pokémon Go

Huawei GT 3 Pro : une montre connectée qui sauvera votre sommeil

Huawei GT 3 Pro : une montre connectée qui sauvera votre sommeil

Plus d'actualités

Le studio montréalais de réalité virtuelle Felix and Paul prêt à décoller vers la Lune

Le studio montréalais de réalité virtuelle Felix and Paul prêt à décoller vers la Lune

Huawei Mate Xs 2 : le Galaxy Fold de Samsung dans la mire

Huawei Mate Xs 2 : le Galaxy Fold de Samsung dans la mire

Nintendo entamera une tournée estivale à travers le Canada !

Nintendo entamera une tournée estivale à travers le Canada !

Populaires

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Brazzers : Près de 800 000 mots de passe compromis

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Comment devenir plus intelligent en deux minutes sans même vous forcer

Laurent LaSalle

Depuis qu'il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l'âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d'informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus .