Oculus : Palmer Luckey nie être partisan de Donald Trump

Oui, mais non…

Le fondateur d’Oculus a apporté des précisions vendredi soir sur son soutien à Nimble America après que plusieurs studios aient déclaré refuser de poursuivre leurs projets Oculus Rift tant et aussi longtemps que Luckey restait au sein de l’entreprise.

Nous étions plutôt dubitatifs vendredi matin à la lecture d’un article du blogue The Daily Beast qui dépeignait Palmer Luckey comme le principal contributeur d’une campagne de memes pro-Trump. La réalité est en effet plus complexe, aux dires du principal intéressé.

«Je suis profondément désolé que mes actions aient eu un impact négatif sur la perception d’Oculus et de ses partenaires», a déclaré l’inventeur de l’Oculus Rift sur son profil Facebook. «Les récentes nouvelles sur moi ne représentent pas exactement mon opinion politique.»

«Les allégations voulant que je sois fondateur ou employé de Nimble America sont fausses. Je n’envisage pas de contribuer davantage que les sommes que j’ai déjà versées à Nimble America.»

«J’ai contribué 10 000$ US à Nimble America parce que je croyais que l’organisme avait des idées fraîches sur la façon de communiquer avec les jeunes électeurs à travers l’utilisation de leurs affiches», admet Luckey, avant de se décrire comme un partisan du Parti libertarien ayant l’intention de voter pour Gary Johnson, son candidat dans l’actuelle élection présidentielle.

Alors que Nimble America se présente comme un groupe partageant les points de vue de Donald Trump sur divers enjeux, notamment sur les questions de libre-échange et d’immigration, l’organisme semble concentrer surtout ses efforts à miner la crédibilité d’Hilary Clinton. Cette nuance est importante, puisque le paysage politique américain est composé de plusieurs partis politiques, bien que ses électeurs ont généralement tendance à polariser leur soutien vers l’un ou l’autre du Parti démocrate et républicain.

«Je suis attaché aux principes de jouer selon les règles et de l’égalité de traitement», poursuit-il. «Je n’ai pas écrit les messages sous la plume de NimbleRichMan, et je n’ai pas non plus supprimé ce compte. Les allégations voulant que je sois fondateur ou employé de Nimble America sont fausses. Je n’envisage pas de contribuer davantage que les sommes que j’ai déjà versées à Nimble America.»

«Malgré tout, mes actions sont propres à moi et ne représentent pas le point de vue d’Oculus. Je suis désolé pour l’impact que mes actions exercent sur la communauté.»

Cet impact s’est d’ailleurs rapidement fait ressentir hier après-midi, alors que divers studios sur Twitter ont éprouvé un profond malaise à poursuivre leurs projets destinés à l’Oculus Rift face à la nouvelle. Plusieurs développeurs indépendants travaillant sur des jeux de réalité virtuelle, dont le studio montréalais Polytron, ont aussitôt annoncé le retrait de leur soutien à l’Oculus Rift

De son côté, Insomniac Games a déclaré au blogue Motherboard être convaincu que le comportement de Luckey ne représentait pas l’opinion politique de l’entreprise pour laquelle il travaille.

Enfin, le journaliste du Dail Beast qui a rapporté la nouvelle en premier lieu s’est quant à lui empressé de répondre que Palmer Luckey ment lorsqu’il nie être l’homme derrière NimbleRichMan. Les captures d’écran, qu’il croit prouver sans équivoque l’implication de Luckey dans ce rôle, paraissent malheureusement trop incomplètes pour être parfaitement convaincantes.