All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Test du jeu Ghost Recon: Breakpoint : le bon vieux modèle d’Ubisoft !

Par Daniel Carosella – le dans Jeux vidéo, Tests

Il y a plusieurs années, Ubisoft a décidé d’uniformiser l’ensemble de ses séries autour d’un même modèle: le monde ouvert. Bien que les jeux de la firme soient accrocheurs, beaucoup dénoncent le fait que l’essence de ses différentes franchises se perd dans un modèle devenant fort répétitif depuis quelque temps. C’est notamment le cas de la franchise Tom Clancy’s Ghost Recon et, plus spécifiquement, de son dernier volet intitulé «Breakpoint» qui, sans être mauvais, nous pousse à nous demander s’il s’agit réellement d’un Ghost Recon.

Disponible sur: PlayStation 4, Xbox One, PC

Le général rebelle et le monde de demain

Tom Clancy’s Ghost Recon: Breakpoint prend place six ans après les événements de Tom Clancy’s Ghost Recon: Wildlands. Vous y prenez le contrôle du Ghost Nomad qui, en tant que chef d’équipe, doit mener ses troupes lors d’une enquête aux abords de la magnifique île d’Auroa. Or, les hélicoptères transportant les Ghosts sont subitement détruits dans les airs, laissant les quelques survivants plus vulnérables que jamais dans un environnement on ne peut plus hostile. À cet effet, les Ghosts devront affronter leur plus grande menace sous la forme des Wolves, d’anciens Ghosts s’étant radicalisés sous la gouverne d’un certain général Walker.

Alors qu’il manquait un antagoniste en bonne et due forme dans Ghost Recon: Wildlands, Breakpoint corrige ce point en introduisant l’acteur Jon Bernthal qui interprète, à la façon Jon Bernthal, le tourmenté Walker. Contrairement à Wildlands, on a désormais une cible à atteindre à travers une quête de vengeance. Quant aux motivations de Walker, elles vous seront révélées progressivement par l’entremise de flashbacks qui vous pousseront à en savoir plus sur lui ainsi que ses Wolves.

Breakpoint soulève aussi des questions intéressantes par rapport au monde dans lequel on évolue. L’île d’Auroa n’est pas qu’un environnement paradisiaque; il s’agit aussi d’un univers à part fortement axé sur la technologie, et ce, au détriment des gens l’habitant. Au fil de vos découvertes, différentes interrogations seront soulevées par rapport à la place de la technologie dans nos vies et à quel point nous nous reposons sur elle pour simplement…vivre. Bref, la progression du scénario est plus intéressante que Wildlands, bien que ce dernier se perde dans l’orgie d’activités à effectuer.

Un immense monde à explorer à la façon Ubisoft !

Ghost Recon : Breakpoint
GameInformer.com

Si vous pensiez que Ghost Recon: Wildlands était gros, ce n’était rien comparativement à Breakpoint. Bien que l’île d’Auroa soit petite en apparence, elle ne l’est pas lorsqu’on met les pieds dessus. L’île principale est massive et comporte, dans le plus pur style Ubisoft, une tonne d’activités à effectuer, des missions principales à des quêtes annexes en passant par des endroits d’intérêt à explorer, des schémas d’armes à trouver, des avant-postes à détruire, etc. Vous en avez pour des dizaines et des dizaines d’heures si vous désirez tout terminer tant le jeu est garni !

Contrairement à Wildlands, Breakpoint ne vous envoie pas en escouade afin de parcourir Auroa. À la base, vous serez seul. Vous devrez utiliser vos armes ainsi que vos gadgets pour affronter les nombreux ennemis qui se dresseront sur votre route, en plus de veiller à garder un oeil sur votre endurance si vous ne conduisez pas l’un des nombreux véhicules proposés pour parcourir Auroa. À cet effet, que vous décidiez de conduire sur terre, mer ou dans les airs, la conduite n’a pas réellement changé par rapport à Wildlands, de sorte qu’elle a toujours un côté arcade plutôt que réaliste. Personnellement, je n’ai eu aucune difficulté à piloter les différents engins offerts, mais ceux aimant une conduite réaliste seront déçus de constater qu’aucune réelle amélioration n’a été apportée par rapport au précédent volet de la série.

Par ailleurs, vous aurez deux choix afin de progresser sur Auroa. En effet, vous pourrez jouer avec un mode assisté ou bien en exploration libre. En mode assisté, vos objectifs seront indiqués sur la carte tandis qu’en mode exploratoire, vous devrez analyser les indices récoltés pour déterminer où se situe un objectif. C’est le mode que j’ai préféré, trouvant l’expérience plus satisfaisante ainsi. Bien que les indices soient on ne peut plus clairs au sujet de la position d’un élément, j’ai bien aimé devoir le trouver moi-même sur la carte du jeu, puis m’y rendre afin de constater que c’était bien l’endroit visé. De cette façon, j’avais davantage l’impression de progresser plutôt que d’être tenu par la main !

Pas si différent de son prédécesseur

Ghost Recon : Breakpoint
GameSpot

Ayant passé des dizaines d’heures sur Ghost Recon: Wildlands, je dois vous avouer que l’expérience offerte par Breakpoint n’est pas tellement différente. En fait, on dirait carrément une version 1.5 du jeu de 2017 !

Au niveau des tactiques, sauf la possibilité de vous camoufler sur terre en vous recouvrant de poussière ou de boue, rien n’a changé. La majorité du jeu consiste à envoyer un drone pour visualiser la position des ennemis, puis d’aller les éliminer. Vous pourrez le faire furtivement ou comme un tank en massacrant tout sur votre passage, mais je n’ai pas vu de façons réellement différentes d’approcher les situations au sein de Breakpoint comparativement à son prédécesseur, et ce, malgré la présence d’un plus grand nombre d’habiletés à débloquer. À noter que la faiblesse de l’intelligence artificielle n’aide pas. Sauf dans les deux modes de difficulté les plus élevés, vous verrez que les ennemis sont loin de briller par leur intelligence, même les Wolves !

En fait, la grande différence au sein du jeu est que vous retrouverez des bivouacs un peu partout. Ce seront des refuges dans lesquels, tout comme dans The Division, vous pourrez acheter des biens ainsi que des armes, accepter des missions, et surtout, voir les avatars des autres joueurs. Vous retrouverez des bivouacs un peu partout sur Auroa et ils feront réellement office de hubs comme les refuges de The Division le sont.

Sinon, le jeu prend réellement tout son sens en multijoueur. Comme je le disais, à la base, vous jouez à Breakpoint seul. Néanmoins, vous pourrez y jouer à quatre afin de former une escouade et ainsi diversifier vos tactiques. C’est réellement là qu’on retrouve ce qui, à la base, est un Ghost Recon. Lorsqu’on joue à plusieurs, on peut s’attribuer différents rôles et approcher les dangers sous divers angles. Par exemple, un joueur peut partir en reconnaissance tandis qu’un autre se charge de viser les ennemis à distance pendant qu’un autre, plus lourdement équipé, demeurera aux aguets advenant que le tout tourne mal. De ce fait, bien que le jeu soit divertissant seul, il se réalise pleinement lorsqu’on joue avec des amis en ligne !

Un mode compétitif opposant deux équipes de quatre joueurs est aussi proposé sous la forme de Ghost War. Malheureusement, autant il est intéressant au début, autant on en a vite fait le tour. Ghost War vous permet d’utiliser une majorité de compétences débloquées dans l’aventure, puis d’affronter d’autres joueurs à travers des objectifs variés. Le mode propose même ses propres récompenses. Or, au bout de quelques parties, vous aurez vu son potentiel et aurez envie de retourner vers le jeu de base avec d’autres joueurs. À l’heure actuelle, ce mode PvP est loin d’être à la hauteur d’autres jeux, incluant des titres issus d’Ubisoft.

Est-ce réellement un Ghost Recon ?

Ghost Recon : Breakpoint
Twinfinite.net

Comme je le mentionnais en introduction, Ubisoft a laissé de côté l’essence de plusieurs de ses séries afin de centrer l’ensemble de celles-ci vers un seul modèle. Dans le cas de Breakpoint, ce modèle fait en sorte qu’on a finalement droit à un jeu se rapprochant du shooter-looter plutôt que du jeu de tir tactique.

Breakpoint met énormément d’emphase sur la récolte d’équipement. Tout comme dans The Division, vous amasserez des armes et de l’équipement de plus en plus puissants, que ce soit sur les ennemis tués, dans des coffres, etc. Le niveau de votre équipement déterminera le niveau de puissance global de votre personnage et, de ce fait, quels dangers il pourra affronter.

En toute franchise, j’aime bien le modèle des jeux d’Ubisoft même si je dois avouer qu’il est redondant. Je suis un grand amateur de loot dans les jeux et en retrouver au sein de Breakpoint ne m’a pas dérangé. Cependant, force est aussi d’admettre que je ne savais plus vraiment à quoi je jouais. Étais-je dans un nouveau Ghost Recon ou bien dans The Division avec des environnements plus paradisiaques que post-apocalyptiques ? Je me suis souvent posé la question tant Breakpoint emprunte d’éléments à The Division, dont l’accent mis sur la récolte de loot pour augmenter le niveau de puissance de notre personnage. Imaginez, même les couleurs de rareté du loot à amasser sont identiques à celles de The Division !

SVP, oubliez les microtransactions !

Ghost Recon : Breakpoint
Digital Trends.com

En terminant, petit point sur les microtransactions. Eh oui, il y en a dans le jeu et je vous le dis candidement: évitez-les. Je n’affirme pas seulement cela pour décourager Ubisoft d’en inclure à l’avenir, mais aussi (et surtout) pour vous éviter une dépense d’argent supplémentaire totalement futile.

L’un des menus du jeu vous proposera d’échanger de l’argent réel contre de la monnaie spéciale. Celle-ci vous permettra d’acheter des armes plus performantes ainsi que des points de compétence. Or, absolument tout ce qui peut être ainsi acheté peut être débloqué en jouant. Vous achetez un jeu pour vous y investir et y jouer, alors faites cela et vous aurez, au final, le même résultat qu’un joueur qui aura dépensé des dizaines et des dizaines de dollars simplement pour avoir le tout plus rapidement. Non seulement ça détruit le principe même de jouer à un jeu vidéo, mais ça n’en vaut simplement pas la peine.

Faites comme moi et oubliez que ce menu existe, vous en retirerez une expérience bien plus satisfaisante au final !

Les accessoires Xbox One les plus populaires

# Aperçu Produit Evaluation
1 Manette Xbox Elite Série 2 Sans Fil Manette Xbox Elite Série 2 Sans Fil Pas de notes
2 Dual Station de recharge avec 2 batteries pour Xbox One Dual Station de recharge avec 2 batteries pour Xbox One Pas de notes 641 Commentaires
3 Venom Station d'accueil pour Xbox One/One S Blanc Venom Station d'accueil pour Xbox One/One S Blanc Pas de notes 641 Commentaires

Devriez-vous y jouer ?

La critique n’a pas été tendre envers Ghost Recon: Breakpoint, mais entre vous et moi, le jeu est prenant et divertissant. En fait, le principal reproche qu’on peut faire à ses concepteurs est d’avoir calqué l’expérience de The Division dans des environnements ressemblant à ceux d’un Ghost Recon. En ce sens, je peux comprendre les amateurs de Ghost Recon qui s’attendaient à un jeu de tir tactique d’être déçus, spécialement ceux prévoyant y jouer en solo.

Or, je ne peux aussi nier le fait que malgré une absence d’originalité, j’ai passé de bons moments avec Breakpoint. Si vous voulez mettre la main sur un shooter-looter avec quelques éléments tactiques, c’est un jeu vers lequel vous pouvez définitivement vous tourner. Breakpoint passera probablement pour le Ghost Recon le plus décevant, mais certainement pas pour le jeu de tir le plus mauvais !

Ce que vous aimerez:

  • La panoplie d’activités à effectuer sur Auroa;
  • Récolter du loot est accrocheur et prenant;
  • Le multijoueur coopératif, où le jeu prend tout son sens.

Ce que vous n’aimerez pas:

  • Est-ce un Ghost Recon ou The Division dans des environnements plus exotiques ?
  • L’intelligence artificielle est plutôt mauvaise dans l’ensemble;
  • Le mode Ghost War (PvP) est redondant et plutôt décevant.

Note: 7.5 sur 10

Dernière mise à jour le 2019-11-18 at 03:09 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Les dernières nouvelles

Facebook : la caméra de votre iPhone allumée à votre insu 

Facebook : la caméra de votre iPhone allumée à votre insu 

Test du jeu Mario and Sonic at the Olympic Games Tokyo 2020 : des olympiques mignonnes, mais pour qui ?

Test du jeu Mario and Sonic at the Olympic Games Tokyo 2020 : des olympiques mignonnes, mais pour qui ?

Apple : un casque de réalité augmentée en 2022, des lunettes AR en 2023 ?

Apple : un casque de réalité augmentée en 2022, des lunettes AR en 2023 ?

Plus de jeux vidéo

9 jeux et une console à surveiller en novembre !

9 jeux et une console à surveiller en novembre !

10 des meilleurs spin-offs du jeu vidéo !

10 des meilleurs spin-offs du jeu vidéo !

Test du jeu Luigi’s Mansion 3: vous pouvez l’appeler Mario !

Test du jeu Luigi’s Mansion 3: vous pouvez l’appeler Mario !

Populaires

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

YggTorrent : une nouvelle adresse pour le site pirate

YggTorrent : une nouvelle adresse pour le site pirate

Daniel Carosella

Passionné de jeux vidéo depuis une trentaine d'années, Daniel est chroniqueur en jeux vidéo depuis plus de 21 ans. Il a commencé sur Quebec64 puis sur JeuXpress.ca avant de devenir rédacteur en chef de HardGamers.com jusqu'à la fermeture du portail. Depuis 2010, il collabore au magazine AffairesDeGars en tant que chroniqueur, en plus de participer au podcast Réalité Augmentée.Diplômé en criminologie, Daniel est aussi intervenant psychosocial dans la vie de tous les jours. S'il est conscient qu'il ne peut sauver le monde, il essaie tout de même d'aider le maximum de personnes entre deux parties de jeux vidéo !