All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

10 secrets et faits méconnus de la franchise The Legend of Zelda

Par Daniel Carosella – le dans Guides, Jeux vidéo

The Legend of Zelda compte parmi les franchises les plus estimées du jeu vidéo. Depuis les années ’80, chaque aventure mettant en scène Link est attendue de pied ferme par les millions et millions de fans de cette série culte de Nintendo. Or, qui dit série légendaire dit aussi une histoire remplie de petits secrets et de faits méconnus du grand public. En voici d’ailleurs une dizaine qui viendront parfaire vos connaissances ou vous rappeler des souvenirs afin de vous préparer pour la sortie de The Legend of Zelda: Link’s Awakening sur Nintendo Switch !

Le style unique créé par Shigeru Miyamoto

À l’époque du premier The Legend of Zelda, les jeux vidéo visaient principalement un but: vous permettre d’accumuler le plus grand nombre de points afin de continuellement battre votre meilleur score. C’est précisément là où The Legend of Zelda s’est avéré unique puisqu’il n’offrait aucun point à accumuler et encore moins un score à dépasser.

Durant sa conception, Shigeru Miyamoto désirait développer un jeu axé sur l’exploration. L’idée de The Legend of Zelda lui est venue de la joie qu’il ressentait lorsqu’il explorait des forêts, cavernes et champs lorsqu’il était petit, se demandant sans cesse ce qu’il allait trouver. Selon ses propres dires, The Legend of Zelda était un jeu dont le but était d’être « un petit jardin que les gens pouvaient mettre dans leur tiroir ».

The Legend of Indiana Jones

Les inspirations derrière les jeux The Legend of Zelda furent nombreuses au fil des décennies. Or, la source derrière le tout premier opus de la franchise fut le légendaire film Indiana Jones: Raiders of the Lost Ark. Shigeru Miyamoto a déclaré qu’il désirait transposer « la même sensation d’aventure que le film » au sein d’un jeu vidéo.

 

Qui se cache derrière le modèle de Link ?

Link vous a-t-il jamais fait penser à un autre personnage ? Vous savez, un certain enfant plutôt grand, mais refusant de vieillir et qui est sans cesse confronté à un sinistre pirate ayant un crochet pour main ?

Eh oui, lorsqu’on y pense, Link a plusieurs traits similaires avec un certain Peter Pan de Disney. En fait, Nintendo s’est fortement inspirée de ce héros afin de développer le sien. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que Link côtoie des fées, a des oreilles pointues et arbore une tunique verte !

 

Il existe une version 8 bits de The Legend of Zelda: Breath of the Wild

Sans conteste le plus gros jeu de la série, The Legend of Zelda: Breath of the Wild offre des environnements 3D spectaculaires tout au long de la quête de Link. Or, il existe un prototype du jeu qui fut fabriqué à partir de l’engin du tout premier The Legend of Zelda !

Ceci dit, n’espérez pas pouvoir mettre la main sur cette version 2D et 8 bits de Breath of the Wild. Elle n’existe que dans les bureaux de Nintendo et il ne s’agit que d’un prototype qui a permis aux développeurs de tester certaines des mécaniques retrouvées dans la toute première aventure de Link sur Nintendo Switch.

 

La mauvaise traduction d’un manuel laissant voir une fonction inusitée pour le premier The Legend of Zelda

Le manuel du tout premier The Legend of Zelda mentionne que les monstres à la forme de lapins à grandes oreilles sont très vulnérables au bruit. Or, ce n’est pas qu’une description puisqu’à l’origine, il s’agissait d’un indice pour les joueurs afin qu’ils puissent deviner comment éliminer ces adversaires.

Il faut savoir qu’au Japon, les manettes de la Famicom avaient des micros intégrés. Ainsi, pour éliminer ces lapins, les joueurs devaient faire du bruit. Il s’agissait d’une mécanique unique, mais qui n’a évidemment jamais été utilisée dans les versions internationales du jeu puisque la Nintendo Entertainment System n’avait pas de micro.

Ceci dit, les traducteurs n’ont pas pris en compte cette réalité et ont traduit littéralement le manuel de The Legend of Zelda. Bien que ce ne soit pas grave, personne chez Nintendo n’a cru bon d’aviser les traducteurs que cet indice ne donnerait absolument rien aux joueurs à l’extérieur du Japon !

The Legend of Zelda Maker a bien failli exister

Depuis la parution de Super Mario Maker, bien des joueurs aimeraient voir The Legend of Zelda Maker débarquer afin de pouvoir créer leurs propres donjons. Or, sachez que cette idée a été imaginée par Nintendo, et ce il y a bien longtemps.

En fait, à la base, The Legend of Zelda devait être lancé sur des disquettes souples. La mémoire présente sur ce format aurait ainsi permis aux joueurs de créer leurs propres donjons puis de les partager. Cependant, lorsque Nintendo a décidé que les cartouches seraient le médium adopté pour la Famicom/NES, l’idée fut abandonnée, faute de mémoire suffisante.

La Triforce a failli ne jamais être telle qu’on la connaît

Les trois morceaux constituant la Triforce représentent un pouvoir inégalé dans le monde de The Legend of Zelda. Création des dieux, ils sont à la fois protégés par Zelda et Link et convoités par les forces des ténèbres. Or, cet objet resplendissant n’était pas tout à fait cela au tout début de la franchise.

L’une des premières idées derrière la série voulait que Link puisse voyager dans le temps. Le nom Link faisait ainsi référence au lien qu’il aurait créé entre le passé, le présent et le futur. Dans cette optique, Link aurait ainsi récolté des micropuces qui, en bout de ligne, auraient constitué la Triforce. Bref, celle-ci était une machine à l’origine !

Le voyage dans le temps ainsi qu’entre des univers parallèles fut ensuite maintes fois utilisé dans les jeux de la franchise, ce concept étant dans l’esprit de la série depuis ses touts débuts !

 

Link a failli avoir une épée depuis le tout début

La scène est classique: Link entre dans une caverne et un vieil homme lui remet une épée en bois afin qu’il puisse s’aventurer dans Hyrule. Or, cette première séquence de The Legend of Zelda n’a jamais failli exister puisqu’à la base, Link devait être équipé d’une vraie épée dès le début de son aventure.

The Legend of Zelda était unique en son genre à l’époque puisqu’il ne donnait aucune indication. Lorsque des testeurs s’y sont frottés, ils ont mentionné à Nintendo qu’ils n’avaient aucune idée où aller et quoi faire, et ce même si Link avait une épée dans son inventaire. Mesquin, Shigeru Miyamoto leur a répondu en supprimant l’épée des mains du héros, les laissant encore plus confus !

Ceci dit, Miyamoto n’a pas fait cela de mauvaise foi. Il désirait plutôt encourager les joueurs à explorer ainsi qu’à communiquer entre eux afin de découvrir les nombreux secrets du jeu. Une bonne idée ayant donné naissance à l’une des franchises les plus reconnues de l’histoire du jeu vidéo !

Link est mort dans une autre série populaire

L’édition originale du tout premier Final Fantasy paru au Japon vous permettait de rendre un dernier hommage plutôt surprenant au héros de la franchise The Legend of Zelda. En effet, tout juste à l’extérieur d’Elfheim, vous pouviez y retrouver la tombe de Link !

L’édition nord-américaine a été modifiée, mais n’en demeure pas moins intéressante puisqu’elle offrait la possibilité de visiter la tombe d’un autre héros. Ainsi, plutôt que celle de Link, on pouvait voir la pierre tombale d’Edrick, le héros du tout premier Dragon Warrior.

 

The Legend of Zelda: Link’s Awakening est inspiré d’une populaire série des années ’90

Terminons cette chronique avec une anecdote au sujet de The Legend of Zelda: Link’s Awakening, qui a droit à une refonte totale sur Nintendo Switch. Plutôt unique dans la saga The Legend of Zelda, Link’s Awakening fut inspiré par une série qui dira probablement quelque chose aux plus vieux d’entre nous !

En effet, l’idée derrière le jeu provient de la série Twin Peaks, diffusée au début des années ’90 et créée par David Lynch et Mark Frost. Le créateur du jeu, Takashi Tezuka, a expliqué que la série était populaire en 1990 et qu’elle mettait en scène un petit nombre de personnages dans une petite ville. Tezuka a repris ce concept en faisant de Link’s Awakening un jeu petit en apparence, mais qui aurait une profondeur ainsi que des traits hors du commun à mesure qu’on l’explorerait.

Les dernières nouvelles

Test du jeu Ghost Recon: Breakpoint : le bon vieux modèle d’Ubisoft !

Test du jeu Ghost Recon: Breakpoint : le bon vieux modèle d’Ubisoft !

Daniel Carosella -
Google Stadia : date de lancement et nouveaux détails 

Google Stadia : date de lancement et nouveaux détails 

Branchez-vous -
10 des plus grands flops du jeu vidéo

10 des plus grands flops du jeu vidéo

Daniel Carosella -

Plus de guides

Les meilleurs SSD M.2 et 2,5 de 2019

Les meilleurs SSD M.2 et 2,5 de 2019

Branchez-vous -
Quelle tablette tactile acheter en 2019 ?

Quelle tablette tactile acheter en 2019 ?

Branchez-vous -
Comment bien configurer le pare-feu sous Windows 10 ? 

Comment bien configurer le pare-feu sous Windows 10 ? 

Branchez-vous -

Populaires

Facebook se met au «dark mode» sur Android

Facebook se met au «dark mode» sur Android

Branchez-vous -
Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

Branchez-vous -
My Activity : Voici tout ce que Google sait sur vous

My Activity : Voici tout ce que Google sait sur vous

Laurent LaSalle -

Daniel Carosella

Passionné de jeux vidéo depuis une trentaine d'années, Daniel est chroniqueur en jeux vidéo depuis plus de 21 ans. Il a commencé sur Quebec64 puis sur JeuXpress.ca avant de devenir rédacteur en chef de HardGamers.com jusqu'à la fermeture du portail. Depuis 2010, il collabore au magazine AffairesDeGars en tant que chroniqueur, en plus de participer au podcast Réalité Augmentée.Diplômé en criminologie, Daniel est aussi intervenant psychosocial dans la vie de tous les jours. S'il est conscient qu'il ne peut sauver le monde, il essaie tout de même d'aider le maximum de personnes entre deux parties de jeux vidéo !