Veut-on vraiment s’immerger dans son téléphone?

Réalité virtuelle

Exclusif

Depuis la réapparition de la réalité virtuelle avec l’extraordinaire médiatisation du Rift d’Oculus, désormais propriété de Facebook, on ne jure que par l’immersion dans la vie numérique.

Comme si nous n’étions déjà pas assez immergés du matin au soir dans nos courriels, textos, Facebook, Twitter et autres YouTube, la mode n’est pas prête de passer et de plus en plus de projets voient le jour afin de fusionner encore plus les utilisateurs dans un monde qui n’est pas celui dans lequel ils vivent réellement.

Une offre à la carte

Grâce à un système de lentilles rétractables intégrées dans un boîtier de protection, on pourra ainsi, en tout lieu se plonger, au sens propre comme au sens figuré, dans son téléphone.

Les options sont en effet nombreuses, permettant une immersion à la carte en fonction de votre budget, de votre dépendance à la techno ou de l’effet cool que vous voulez produire… ou pas. Après donc le Rift d’Oculus, le Cardboard de Google, le Gear VR de Samsung et le projet Morpheus de Sony, voici le Pinć (prononcer «pinch») création de l’agence torontoise de média numérique Cordon Media.

Tandis que la plupart des offres actuelles proposent un casque plutôt conçu pour une utilisation à la maison ou au bureau, le Pinć – exclusivement pour iPhone 6 – se veut une solution mobile doublée d’un boîtier de protection pour votre téléphone intelligent.

Avec les yeux… et les mains aussi

Actuellement en phase de financement via le site Indiegogo, ce tout nouveau produit veut se faire une place dans notre quotidien en transformant notre téléphone en véritable espace de travail digne d’un PC de bureau.

pinc

Grâce à un système de lentilles rétractables intégrées dans un boîtier de protection, on pourra ainsi en tout lieu se plonger, au sens propre comme au sens figuré, dans son téléphone. Avec l’augmentation des performances de nos appareils mobiles, il est de plus en plus facile de réaliser un grand nombre de tâches auparavant réservées à des appareils plus volumineux. L’immersion dans la réalité virtuelle, une expression que l’on nous répète ad vitam nauseam, est la nouvelle bébelle qu’il faut pousser pour un marché qui arrive tranquillement à maturation.

Tandis qu’Oculus mise sur un produit encombrant, lourd et définitivement dédié à un usage immobile, Google de son côté, laisse le choix des armes aux consommateurs en se contentant de mettre de l’avant un savoir-faire permettant à quiconque de concevoir son propre casque en carton à moindre coût. De son côté Samsung avec le Gear VR, tente de donner un second souffle via de nouvelles applications à ses téléphones en les transformant en terminaux virtuels, espérant ainsi ramasser (peut-être) de nouveaux consommateurs au passage.

pinc2

Finalement, notre nouveau compétiteur sur le marché, Pinć, est un peu plus novateur. En plus d’offrir un boîtier modulable en casque, il propose aussi une véritable interface virtuelle 3D grâce à de petites bagues qui seront «traquées» par la caméra de votre iPhone 6 afin que vous puissiez interagir avec le monde virtuel ainsi projeté devant vos yeux, que les concepteurs espèrent ébahis!

Le marché est-il réellement prêt pour ça?

Il n’y a qu’à analyser l’approche de Google de ces nouvelles «bébelles» pour comprendre le peu d’intérêt financier qu’ils manifestent en proposant un casque en carton. Révélateur non?

Après l’échec retentissant de la technologie 3D pour les téléviseurs HD, voici que celle du téléphone fait une tentative avec les casques de réalité virtuelle. Assisterons-nous à la même débâcle? Il y a fort à parier que oui, car malgré une offre diversifiée, autant en termes de budget que d’options disponibles, les clients ne seront pas tous au rendez-vous. Qui, en effet, a envie d’interagir avec son téléphone en portant un casque sur la tête?

Il n’y a qu’à analyser l’approche de Google de ces nouvelles «bébelles» pour comprendre le peu d’intérêt financier qu’ils manifestent en proposant un casque en carton. Révélateur non?

Et Apple là-dedans?

La firme à la pomme n’est pas en reste, elle qui est habituellement chef de file de l’innovation technologique lorsqu’il est question de nouvelles niches de marché (notamment avec l’iPod). Pas plus tard que vendredi dernier, l’entreprise de Cupertino a publié sur son site Internet une série d’annonces visant à recruter des ingénieurs logiciels. Dans la description de tâches, on retrouve notamment des mentions telles que «créer des applications de pointe qui s’intègreront aux systèmes de réalité virtuelle» et il est clairement indiqué que le travail en question consistera à du développement de réalités virtuelle et augmentée.

Après un retard marqué dans l’offre des montres connectées, voilà qu’Apple récidive encore une fois tardivement avec les casques de réalité virtuelle. Mais ce retard est, selon moi, tout à fait calculé afin d’éviter les écueils que ses compétiteurs vont forcément rencontrer. Bien sûr, le risque de ne pas être le premier est bel est bien présent, mais Apple a toujours préféré lancer des produits bien conçus dans une niche peu exploitée que de se lancer en premier sur des marchés encore méconnus.

Gageons donc que les casques de réalité virtuelle ne sont pas prêts de se retrouver sur toutes les têtes au même titre que les téléphones cellulaires ou les tablettes. Et vous, un casque de réalité virtuelle connecté à votre téléphone, ça vous tente?

  • Serge

    héhé. Dans pas long, ca va être le téléphone devant les yeux avec réalité virtuelle, et on va voir avec la caméra du téléphone, et soudainement nos vies vont passer en résolution 2 mégapixel. Que de bonheur!