Windows 10, ou la standardisation d’une pratique détestable

Vie privée

Exclusif

Par défaut, Windows 10 épie les moindres faits et gestes que vous faites sur votre ordinateur. S’il est possible de désactiver le tout, c’est tout de même la confirmation que cette pratique est en train de se standardiser dans l’industrie, et cela est fort désagréable.

Si vous n’avez pas suivi l’évolution de Windows 10 depuis les derniers mois, il est intéressant de noter que la version bêta du système d’exploitation de Microsoft avait été pointée du doigt par rapport à sa manière de recueillir des données sur son utilisation. En effet, énormément d’information était amassée par Microsoft et certains ont trouvé cette méthode éthiquement douteuse.

Microsoft se réserve le droit de collecter, de communiquer et de conserver vos données personnelles, comme les courriels ou autres données de communications, ainsi que vos fichiers privés.

Bon, dans la version bêta, on peut facilement défendre Microsoft en disant qu’au fond, la compagnie vous donne accès à un produit non terminé qui sert de banc d’essai. Ainsi, il est logique que l’entreprise veuille avoir des informations sur l’utilisation dudit logiciel, et sur ses conséquences en ligne avec les performances, la relation avec le matériel, etc. Bref, si la pratique est douteuse sur certains aspects, elle peut néanmoins se défendre dans ce contexte.

Là où le bât blesse, c’est quand on se rend compte que la version finale de Windows 10 adopte à peu près le même genre de pratique. Là je décroche.

C’est d’ailleurs édifiant de lire la politique de confidentialité et les conditions d’utilisation d’un produit qui mène ce genre de pratique. Grosso modo, le système d’exploitation se réserve le droit d’utiliser vos données comme bon lui semble. Un passage particulièrement surréel du texte stipule que Microsoft se réserve le droit de collecter, de communiquer et de conserver vos données personnelles, comme les courriels ou autres données de communications personnelles, ainsi que vos fichiers privés.

confidentialitewindows10

En d’autres mots, j’espère que vous faites confiance à Microsoft, parce que l’entreprise peut aller piocher quand bon lui semble dans votre disque dur. Évidemment, le tout peut être tempéré en utilisant des options de confidentialité à l’intérieur du système d’exploitation, mais l’utilisateur doit faire l’effort de désactiver le tout. Bref, Microsoft semble user de la même tactique que Facebook avec Windows 10.

Le coût de la «gratuité»

Si c'est gratuit, vous êtes le produit (Bill Murray)

Suis-je outré de cette pratique. Oui. Suis-je surpris? Non. Pourquoi? Parce que le logiciel est gratuit. Plus précisément, la mise à niveau est gratuite pour la grande majorité des utilisateurs.

Encore une fois, je me répète tellement que j’ai l’impression de radoter comme un sénateur conservateur de 90 ans, mais quand c’est gratuit, c’est parce que c’est vous le produit. En d’autres mots, il faut remettre en contexte cette «gratuité» et surtout, comprendre que nous sommes désormais dans l’âge du logiciel comme étant un service. Le logiciel ne vous appartient désormais plus, vous ne faites que payer un droit d’accès au service : un paiement qui peut se faire en argent sonnant (modèle Adobe, avec ses logiciels de la gamme Creative Cloud), ou en donnant vos informations personnelles (modèle Google).

Il ne faut pas se leurrer, Microsoft est là pour faire de l’argent. Or, comme l’entreprise fait principalement son beurre avec des logiciels, il est clair qu’il est nécessaire pour elle de trouver d’autres sources de revenus. Certes, les utilisateurs non commerciaux et déjà possesseurs de Windows 7 ou une version subséquente ne sont pas les plus payants pour l’entreprise de Redmond, mais ils demeurent tout de même une source de revenus. En donnant le nouveau système d’exploitation, Microsoft s’organise pour aller chercher quelques sous ailleurs.

Les gens peuvent couiner en masse sur Apple, souvent avec raisons d’ailleurs, mais le modèle de l’entreprise est assez clair. On va vous charger un prix de fou sur le matériel, mais on ne rentabilisera pas à outrance vos données. Considérant qu’Apple a actuellement 203 milliards de dollars US en banque, il faut croire que ce modèle fonctionne…

La responsabilité de la sécurisation des données

Que Microsoft puisse être en mesure de savoir ce que je fais quand je suis à l’ordinateur est une chose. En effet, on pourra toujours défendre l’entreprise en disant qu’elle m’offre un service et qu’elle est diligente dans la manipulation de mes données et que l’objectif est véritablement de me fournir une utilisation plus facile, agréable, sécuritaire et efficace de mon système d’exploitation. Soit.

spidermanpower

Le problème ne réside pas nécessairement là. En fait, le nœud du problème se situe dans le fait que l’entreprise de Redmond est incapable de m’expliquer exactement comment mes données seront utilisées, à quelles fins et, surtout, par qui et durant combien de temps. De plus, force est d’admettre que l’entreprise est incapable de garantir qu’elle conservera le contrôle plein et entier des données qu’elle collige – il ne se passe pas une seule journée sans qu’un pirate informatique finisse par percer une base de données contenant des centaines de milliers, voir des millions d’informations confidentielles.

«Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités», comme disait l’autre. On veut bien, mais la responsabilité est très limitée dû au fait que les criminels informatiques ont souvent l’avantage dans ce jeu de sécurité. Amasser plus de données signifie nécessairement avoir une plus grande responsabilité en termes de sécurité et implique nécessairement plus de ressources.

La formule est pourtant simple : plus de données amassées = plus de systèmes à sécuriser et, surtout, plus de failles potentielles, volontaires ou non. Considérant que la volonté d’amasser des données est souvent de les rentabiliser en les exploitant au niveau marketing, on peut se demander si le jeu en vaut réellement la chandelle. L’avenir nous le dira, mais j’ai une sérieuse démangeaison dans la région du doute.

  • Max

    Ce que je trouve dommage… c’est que tout le monde trouve ca ben ben cool Cortana, et des outils de prédictions de trafics, intelligents et tout. Mais tous ces outils doivent accéder à vos données. Y’a pas de magie. Après ca on veux que tous nos appareils soit synchro entre eux, continuer sur un autre appareil, etc.

    Bon j’ai besoin d’en rajouter?
    Soit on fait le choix d’utiliser ces techno et de vivre avec les conséquences que cela implique ou bien… on met tout à « Off » et on vie en faisant de la bonne vieille façon.
    Évidemment le tout aurait peut être du être désactivé par défaut… Enfin bon, my two cents d’un gars qui travail dans le domaine depuis longtemps.

    • MClement

      Ils ont tenté avec Windows Home Server de mettre les données dans les main de leurs proprio et personne n’a embarqué (trop compliqué)… Einstein disait il faut les choses plus simplement pas plus facilement !

      • Max

        Le plus drôle, c’est que j’en ai eu un WHS! Ca fonctionnais vraiment bien… :)

  • Akouassasser

    N’en déplaise au fanatiques d’Apple, Mac OS X n’est pas en reste en terme d’espionnage de vos faits et gestes, et ce, depuis plusieurs années…

    «Les gens peuvent couiner en masse sur Apple, souvent avec raisons
    d’ailleurs, mais le modèle de l’entreprise est assez clair. On va vous
    charger un prix de fou sur le matériel, mais on ne rentabilisera pas à
    outrance vos données. Considérant qu’Apple a actuellement 203 milliards de dollars US en banque, il faut croire que ce modèle fonctionne…»

    Il est facile d’accumuler les milliards quand ceux-ci sont essentiellement perçus sur des marges très élevés, des monopoles et vos données…

  • Sylvain Mélançon

    La question n’est même plus de savoir si nous voulons divulguer nos informations personnelles ou non. C’est à quel prix. Les gens sont en général synaptiques envers Google parce que, même en sachant qu’ils utilisent nos informations personnelles, on a l’impression qu’ils nous en donnent beaucoup en retour. Facebook, on ne les aime pas, mais on peut avoir tellement de plaisir à échanger avec nos amis sur Facebook (et souvent on n’est pas capable de les amener sur un autre media social) que ça peut devenir irrésistible. Quant à Microsoft, on avait l’impression, avant Windows 10, qu’ils ne nous donnaient rien gratuitement, ou très peu, mais qu’ils divulguaient nos informations sans nous le dire. Ce n’est pas noir ou blanc, mais une question de perception.

  • Steve Rodrigue

    Humm… Le seul bémol de l’article, c’est de dire que Apple ne rentabilise pas à outrance les données. Apple n’est pas une compagnie plus vertueuse que les autres. En fait, Apple tout comme Microsoft, Google et Facebook cumulent une tonne de données sur chaque utilisateur.

    Tout les services d’assistances ou d’analyse nécessitent d’avoir une banque de données concernant chaque utilisateur. À quoi servirait Cortana, Siri ou Google Now si on avait que des réponses hors-contexte et généralistes.

    En 2015, on a malheureusement plus beaucoup le choix, peu importe la plate-forme qu’on choisi, si on souhaite utiliser les fonctionnalités avancées, on doit accepter de partager de l’information. Ce qui est le nerf de la guerre est bien plus dans la sécurité autour de la sauvegarde de nos données.

    Que ce soit MS, Apple ou Google qui gardent mon agenda, mes contacts ou mes résultats de recherche, je veux que ces données soient conservées sécuritairement et qu’elles ne servent qu’à m’offrir des services plus complets et personnalisés.

    Pour Google, MS ou Apple, il n’y aucun intérêt à « vendre nos données ». Ils se servent de ces données pour nous afficher de la publicité et nous cibler, c’est le « prix à payer » pour avoir une expérience enrichie.

  • Mav22

    ======================================
    AUTRE nouveauté méconnue de WINDOWS 10
    ======================================
    Allez voir :
    Paramètre >
    > Mise à jour et sécurité >
    > Onglet horizontal [ Windows Update ] > Options avancées >
    > Choisir le mode des mises à jour

    Regardez bien :
    PAR DÉFAUT [ Activé ] :

    Obtenir les mises à Jours de Microsoft et obtenir les mises à jour de ET
    >>> EN ENVOYER À : <<<<
    PC sur mon réseau ET PC SUR INTERNET
    Donc, suis-je parano de croire que par défaut MS utilise ma connexion Internet pour distribuer ses mises à jour ?
    Woua !! C'est quelque chose.
    Mav22