CSGO Lotto, une autre preuve de l’irresponsabilité de Valve?

Controverse

Exclusif
Liste de tags

Une nouvelle tempête secoue actuellement l’univers entourant l’ultra-populaire jeu de tir à la première personne Counter-Strike : Global Offensive. Les deux fondateurs de CSGO Lotto, un site permettant de gagner des armes et objets liés au jeu en question, se sont fait prendre en flagrant délit de fausse représentation. Et, ce faisant, lèvent le voile sur une zone grise du domaine juridique.

Au cœur de la controverse, on retrouve Tom Cassell (alias ProSyndicate) et Trevor Martin (alias TmarTn). Les deux jeunes hommes, qui cumulent ensemble plus d’une dizaine de millions d’abonnés sur YouTube et Twitch, ont commencé à publier des vidéos où ils utilisent CSGO Lotto et semblent gagner des objets – appelés skins – valant parfois plusieurs milliers de dollars.

Le (très gros) problème, c’est que Cassell et Martin sont les fondateurs et propriétaires de l’entreprise en question, et qu’ils avaient mystérieusement «oublié» de le mentionner au moment d’enregistrer des vidéos. Ils en parlaient plutôt comme d’un site «nouvellement découvert», «palpitant»… bref, une belle réclame déguisée de façon parfaitement malhonnête.

Mentir pour faire de l’argent

Pire encore, ce manquement éthique suscite avec raison toutes sortes de questions. Le système est-il truqué pour permettre à Cassell et Martin de gagner, histoire d’attirer plus de visites sur CSGO Lotto et de multiplier leurs abonnés? Les recherches mises de l’avant par la chaîne YouTube h3h3 semblent le prouver. Et dans une autre vidéo, il est possible de voir Martin remporter un lot sur le service alors qu’il est connecté à un compte Steam… qui n’est nul autre que celui d’un compte automatisé de CSGO Lotto. Difficile de faire pire en matière de malhonnêteté.

Trevor Martin présente ses excuses.

Trevor Martin présente ses excuses.

Devant la grogne, Trevor Martin diffuse une première, puis une deuxième vidéo d’excuses où il dit qu’il promet, «à l’avenir», d’être entièrement transparent. Tom Cassell et lui-même ont ensuite ajouté rétroactivement une phrase dans la description de leurs vidéos pour indiquer qu’ils étaient les dirigeants de CSGO Lotto, mais le mal était fait.

Là où le bât blesse, c’est qu’ils font sciemment la promotion d’un service permettant d’effectuer des paris à un public dont une bonne partie est mineur.

Ces deux YouTubeurs ne sont évidemment pas les premiers internautes à conter des mensonges en ligne, ni à faire du marketing de façon malhonnête. Là où le bât blesse toutefois, c’est qu’une bonne partie de leur public est mineur, et qu’ils font sciemment la promotion d’un service permettant d’effectuer des paris.

Techniquement, il s’agit d’acheter des clés pour déverrouiller des coffres contenant des skins, qui peuvent être ensuite misés contre les items d’un autre internaute, mais ces skins ont une valeur monétaire (réelle ou spéculative). Le concept principal tourne ainsi autour de l’idée de mise, et de pari : les vidéos de ProSyndicate et TmarTn montrent ces derniers alors qu’ils remportent des gros lots. Sont-ils en train de montrer à leur jeune public qu’il est facile de gagner en utilisant un service de pari en ligne? Puisqu’il n’existe aucune vérification d’âge lorsque vient le temps d’utiliser CSGO Lotto, qu’est-ce qui empêche un mineur d’y prendre goût, et d’éventuellement se tourner vers d’autres services similaires, où les mises se feront directement en espèces sonnantes et trébuchantes?

On navigue ici en plein imbroglio juridique, puisque la législation ne semble pas encadrer ce type de pratiques. L’affaire pue l’irresponsabilité à plein nez, mais Cassell et Martin n’ont commis aucun crime, si ce n’est de s’être adonné à de la fausse représentation. Il ne fait néanmoins aucun doute qu’à la lumière de l’ampleur des révélations des derniers jours, les législateurs américains s’intéresseront au dossier.

Valve ferme les yeux

Dans toute cette crise, il serait facile de passer sous silence le rôle que joue Valve, ou plutôt le rôle que l’entreprise ne joue pas. Toutefois, l’éditeur et développeur de Counter-Strike : Global Offensive, qui est aussi l’exploitant de la plateforme Steam, remplit allègrement ses poches avec l’argent provenant entre autres des ventes d’objets liés à ses jeux.

counterstrike

CSGO regorge de skins et d’armes spéciales qui peuvent être revendus, mais on compte aussi des microtransactions dans d’autres jeux bien connus de l’entreprise, soit Team Fortress 2 et DOTA 2. De là à dire que Valve a des raisons financières de ne pas trop intervenir dans le marché semi-officieux de la revente d’objets rattachés à CSGO, il n’y a qu’un pas.

Voilà des années que Valve éprouve des problèmes à contrôler l’ampleur de sa plateforme Steam et les dérives qui en découlent. Service à la clientèle détestable, section Greenlight débordante de jeux médiocres et laissée à elle-même, tentatives de monétiser des modifications, contrôle de qualité déficients… et maintenant, des YouTubeurs qui flirtent avec l’illégalité en faisant apparemment la promotion malhonnête d’un service de pari en ligne rattaché directement à Steam.

Pour l’instant, les avantages de Steam surpassent encore ses inconvénients. Et si l’on se tient loin de la vente de skins et de CSGO, on peut très bien ne jamais entendre parler de scandales comme celui de CSGO Lotto. Mais Valve ne gagne jamais au change lorsqu’une nouvelle preuve de son laxisme émerge au grand jour.

Quant à Tom Cassel et Trevor Martin, la décence leur commanderait de tout au moins dissocier CSGO Lotto de leurs activités sur YouTube et Twitch. Mais il y a fort à parier que l’appât du gain sera plus fort que les impératifs moraux. Petite consolation, le duo ferait l’objet d’une poursuite pour «promotion active de CSGO Lotto comme service de pari, y compris auprès de mineurs». Quand on joue avec le feu…

  • Flabo

    « L’affaire pue l’irresponsabilité à plein nez, mais Cassell et Martin n’ont commis aucun crime, si ce n’est de s’être adonné à de la fausse représentation. »

    Le journaliste a-t’il consulter la FTC à ce sujet? L’organisme américain a des règles stricts sur la publicité et la transparence requise face à ce genre de liens, et a déjà reconnu coupable certaines personnalités sur YouTube pour ne pas être clair sur du matériel promotionnel payé, ou des liens entre le « YouTuber » et une compagnie.

    Ou bien, si cela a été vérifié, quel est la différence dans ce cas précis avec les autres cas similaires tombés sous la loupe de la FTC pour ne pas tomber dans l’illégalité?

    • Hugo Prévost

      La question de la FTC est centrale à cette affaire, mais demeure floue et imprécise. Selon cet article (http://www.polygon.com/2016/7/4/12093546/csgo-lotto-tmartn-syndicate-youtube-disclosure) de Polygon, il y aurait violation apparente des normes de la commission en ce qui concerne le marketing en ligne.

      Quant à savoir si cela serait effectivement criminel au sens juridique de la loi, je l’ignore. Peut-être que CSGO Lotto héritera d’une amende salée. Il faudra aussi attendre l’issue du procès.