Votre téléviseur intelligent Vizio vous espionnait

Le saviez-vous?

Il y avait manifestement anguille sous roche pour expliquer le prix généralement inférieur des téléviseurs connectés de Vizio : l’entreprise y recueillait chacun des contenus que vous regardiez.

Selon une plainte déposée auprès de la Federal Trade Commission, l’équivalent du Bureau de la concurrence pour le Canada, Vizio a collecté quotidiennement jusqu’à un milliard de données à partir de sa flotte de téléviseurs intelligents qui s’est installée sur le marché depuis 2014. La précision de cette collecte de données était telle que l’entreprise pouvait savoir avec exactitude les contenus que vous regardiez.

Vizio a accepté cette semaine de verser 2,2 millions de dollars US afin de régler l’affaire.

La technique employée par Vizio consistait à surveiller une sélection de pixels prédéterminés, à la seconde près et depuis n’importe quelle source, afin d’établir des correspondances avec les contenus de sa propre base de données. L’entreprise pouvait ainsi identifier les films, téléséries, et publicités qui y étaient affichés. Comme le souligne Forbes, cette méthode est similaire à la fonction Content ID de YouTube qui lui permet de détecter si un contenu d’une vidéo est protégé par droit d’auteur.

Que faisait Vizio avec cette information? Elle la revendait à des tiers, selon un contrat qui toutefois interdisait d’identifier les consommateurs par leurs noms, mais qui permettait d’établir une foule d’autres détails personnels (leurs sexe, âge, revenu, état matrimonial, éducation, et ainsi de suite). Cet historique de votre consommation était jumelé à votre adresse IP, la même que celle utilisée par les ordinateurs et appareils mobiles de votre réseau domestique.

Ce n’est pas la première fois qu’il est question de ce type de cybersurveillance auprès des téléviseurs connectés. En 2013, LG a été sévèrement critiquée pour agir de la sorte avec ses propres appareils par le biais d’une fonction qui était active par défaut. L’entreprise sud-coréenne a corrigé le tir par la suite : ce service est devenu opt-in, inactif à moins que l’utilisateur ne l’autorise, comme c’est également le cas avec les téléviseurs Samsung.

Au contraire de la concurrence, les consommateurs n’étaient pas clairement avisés de ce que Vizio faisait en arrière-scène, toujours selon la FTC. À cet égard, Ars Technica avait d’ailleurs déjà sonné l’alerte en 2015.

Vizio a accepté cette semaine de verser 2,2 millions de dollars US afin de régler l’affaire – soit 1,5 million à la FTC, et 700 000$ à l’état du New Jersey où la plainte a été déposée. L’entreprise promet également de cesser toute collecte de données sans le consentement explicite de ses utilisateurs.

  • PinkyPie

    Il semble que ce soit 2 millions en amende et non 2 milliards

    • http://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Oups. Merci!

  • Philippe Hamel

    Je voudrais que les compagnies fautives soient tenues de divulguer les revenus obtenus. On saurait combien on « vaut »!

  • sylvain tremblay

    se croit pas être les seul a faire ça exemple windows 10