Geeks de café

Geekitude

Exclusif
Liste de tags

Connaissez-vous des vrais passionnés du café? Parce que le terme geek n’est pas réservé que pour décrire des mordus de technologie…

Une des grandes caractéristiques de la geekitude, c’est qu’elle est difficile à définir. Les geeks ont l’habitude d’être en désaccord sur toute définition qui les concerne. Un vrai geek trouvera toujours une faille à une définition du phénomène geek. Dans plusieurs définitions du geekisme, on retrouve : une connaissance spécialisée, une passion très pointue, un désir d’approfondissement et une prédilection pour la technique ou la technologie.

Les geeks de café sont des geeks au sens fort. Ils utilisent ou conçoivent des techniques sophistiquées de préparation du café, possèdent une connaissance poussée sur le sujet qu’ils approfondissent au fil du temps et se passionnent pour des aspects très spécifiques du café. Les geeks de café sont assez diversifiés et entretiennent de longs débats sur les nombreuses dimensions techniques, sociales, culinaires et économiques du café. Pour certains, le café est une importante source de revenus. Pour d’autres, c’est une section importante des dépenses. Pour tous les geeks de café, le café est plus qu’une simple marchandise.

Un café de très grande qualité se suffit à lui-même, s’il est bien préparé. Les geeks de café peuvent parler de leur art comme d’un conduit entre producteurs et consommateurs, s’assurant que le chemin allant de la plante à la tasse soit aussi direct que possible. C’est à la fois une marque d’humilité et un signe de passion pour le café comme expérience gustative et olfactive.

Des snobs, donc?

S’il y a un certain purisme chez les geeks de café, leur attitude peut être très loin du snobisme. Il ne s’agit pas pour les geeks de café de se distinguer du reste de la population ou de dénigrer les gens qui boivent du café de moins bonne qualité. La passion est un moteur bien différent de la quête de statut et les geeks de café causent plus souvent la surprise que l’envie chez les gens qui les côtoient

Parmi les geeks de café, il y en a bien pour refuser de boire certains breuvages à base de café, que ceux-ci proviennent de Tim Hortons, Starbucks, ou un petit café de quartier. Ce refus est dû à des goûts et des expériences personnels, non à un désir d’épater la galerie. De la même façon, les geeks de café préfèrent souvent prendre leur café sans sucre et sans lait, à moins que le lait n’ait été moussé avec art, lui donnant une profondeur qu’il n’a pas lorsqu’il est consommé froid ou moussé improprement. Les geeks de café ont aussi tendance à exclure de leurs cafés tout additif (sirop, épice, fruit, et cetera) à moins qu’il s’agisse d’un savant mélange conçu pour conserver l’arôme et la saveur du café. Le purisme des geeks de café peut aller jusqu’au scepticisme à l’égard des mélanges de grains de café d’origines diverses. Pour plusieurs geeks de café, le café d’origine simple révèle une dimension du café qu’un mélange tend à masquer.

Tous ces aspects de purisme sont liés à une idée assez simple : mettre en valeur les saveurs et arômes qui proviennent du grain de café lui-même, sans artifice ou maquillage. Un café de très grande qualité se suffit à lui-même, s’il est bien préparé. En tant que baristas, préparant l’espresso comme des chefs préparent des sauces, des geeks de café peuvent parler de leur art comme d’un conduit entre producteurs et consommateurs, s’assurant que le chemin allant de la plante à la tasse soit aussi direct que possible. C’est à la fois une marque d’humilité et un signe de passion pour le café comme expérience gustative et olfactive.

Café de compétition

Comme d’autres domaines de geekitude, le café de spécialité peut avoir un aspect compétitif. Par exemple, le fait de faire des dessins avec de la mousse de lait peut donner lieu à des concours sympathiques et il peut y avoir une rivalité amicale entre deux cafés d’une même ville. Mais ce sont les championnats de baristas qui prennent le plus d’ampleur, dans le milieu geek du café.

Pendant un tel championnat, les compétiteurs doivent présenter leur approche du café, préparer douze breuvages à base d’espresso (en trois catégories), les servir à quatre juges sensoriels et nettoyer leurs stations de travail. Le tout en quinze minutes ou moins. Deux juges techniques mesurent divers aspects du processus (variance dans la durée de chaque extraction, moins de 5 grammes de café perdu par catégorie de breuvage, et cetera). Les juges sensoriels notent l’aspect de chaque breuvage, sa texture, et son goût. Un juge en chef calibre les notes de tous les juges.

Reconnaître les geeks de café

Les geeks sont parfois reconnaissables selon leurs comportements ou leur discours. Les signes suivants permettent d’identifier des geeks de café :

  • Observent attentivement les baristas qui préparent leur café, allant jusqu’à prendre des photos d’un espresso pendant qu’il est extrait.
  • Calculent mentalement le temps d’extraction d’un espresso, la durée optimale se situant entre 20 et 30 secondes.
  • S’empressent de goûter leur café dès qu’il est prêt, plusieurs arômes étant très volatils.
  • Posent des questions embarrassantes sur la date de torréfaction du café, la fraîcheur étant primordiale.
  • Goûtent plusieurs cafés en parallèle, pour tester une méthode de préparation ou une sélection particulière de grains.
  • Parlent des différences entre cafés naturels et lavés, désignent des régions plutôt que des pays, se prononcent au sujet de la Troisième vague du café, évaluent le café en termes de sous-extraction et de sur-extraction.
  • Se déplacent volontiers d’un café a l’autre, histoire d’étendre leurs horizons et d’approfondir leurs expériences.

Si vous connaissez de telles personnes, rassurez:vous. La seule chose qui est contagieuse, c’est la passion.

  • Max

    Merci pour cet article! Enfin quelqu’un qui nous décris bien ;)

  • marco

    Excellente Chronique M. Enkerli !