Milo Yiannopoulos suspendu à vie de Twitter pour avoir ciblé Leslie Jones

Trollbusters

Suite à une campagne de haine perpétrée contre la comédienne Leslie Jones sur les réseaux sociaux, Twitter a banni de façon définitive le compte de l’un des plus grands trolls d’Internet.

Le compte de Milo Yiannopoulos (alias @Nero), rédacteur du blogue néoconservateur Breitbart, s’est retrouvé ce matin banni de Twitter.

«Personne ne mérite d’être la cible d’une campagne de harcèlement en ligne, et nos règles interdisent d’inciter ou d’inviter à agresser ou harceler d’autres utilisateurs.»

Ce n’est pas la première fois que ce controversé personnage, qui voit en Donald Trump une figure paternelle, qui se décrit comme «le plus fabuleux supervilain d’Internet», qui déteste tout ce qui est féministe ou lié au mouvement des social justice warriors, voit l’accès à son compte être révoqué par le service. Toutefois, aujourd’hui, sa cause est sans appel.

Selon Twitter, ce n’est pas tant les déclarations de Yiannopoulos qui lui ont valu d’être suspendu indéfiniment, mais plutôt son comportement, qui fut contraire aux conditions d’utilisation de Twitter en ce qui concerne l’abus ciblé vers des utilisateurs spécifiques.

«Les gens devraient être en mesure d’exprimer des opinions et des croyances diverses sur Twitter», a déclaré l’entreprise par voie de communiqué. «Mais personne ne mérite d’être la cible d’une campagne de harcèlement en ligne, et nos règles interdisent d’inciter ou d’inviter à agresser ou harceler d’autres utilisateurs. Au cours des dernières 48 heures en particulier, nous avons vu une hausse du nombre de comptes violant ces politiques et nous avons pris des mesures cœrcitives contre ces comptes, allant de l’avertissement – tout en exigeant la suppression de certains tweets violant nos politiques – à la suspension permanente.»

Ainsi, en accusant à répétition la comédienne Leslie Jones de jouer les victimes devant la horde de tweets haineux dirigée à son endroit en lien avec sa performance dans le film Ghostbusters, le Britannique de 32 ans a incité ses 388 042 abonnés à se joindre au mouvement, multipliant et intensifiant les attaques racistes et misogynes.

Devant l’ampleur des messages haineux, Leslie Jones a critiqué l’inaction de Twitter avant de laisser entendre qu’elle quitterait le réseau social. Ses propos ont attiré l’attention de Jack Dorsey, PDG de l’entreprise, qui a invité la comédienne a communiquer avec lui en privé.

Twitter, le harcèlement, et la liberté d’expression

Cet incident remet bien entendu la délicate question de la liberté d’expression sur Twitter à l’avant-scène. Et sans surprise, c’est exactement sur cette question que s’est défendu Yiannopoulos.

Liberté d'expression

«Par la lâcheté de la suspension de mon compte, Twitter vient lui-même de confirmer qu’il était un lieu sûr pour les terroristes musulmans et les extrémistes du mouvement Black Lives Matter, mais une zone interdite pour les conservateurs», a-t-il déclaré. «Twitter me porte toute la responsabilité du comportement d’adeptes et de trolls selon une logique de bretzel particulièrement gauchiste.»

«C’est la fin pour Twitter. Toute personne qui se soucie de la liberté d’expression vient de recevoir un message clair : vous n’êtes pas les bienvenus sur Twitter», a conclu Yiannopoulos.

Après avoir défendu que ses utilisateurs bénéficiait de la liberté d’expression, Twitter a fait amende honorable concernant l’inefficacité de son entreprise à agir rapidement lorsque des débats se transforment en harcèlement.

«Nous savons que beaucoup de gens croient que nous n’avons pas déployé suffisamment d’efforts pour endiguer ce type de comportement sur Twitter. Nous sommes d’accord», a admis Twitter. «Nous continuons d’investir massivement dans l’amélioration de nos outils et systèmes pour nous permettre de mieux détecter le harcèlement et de prendre les mesures nécessaires plus rapidement pour restreindre les récidivistes. Nous étions en processus de réviser notre politique de conduite odieuse afin d’interdire d’autres types de comportements abusifs et de préciser l’outil permettant de les signaler, dans le but de réduire le fardeau sur la personne ciblée. Nous vous fournirons plus de détails sur ces changements au cours des prochaines semaines.»

Comme le souligne ce matin Le Monde, Facebook s’est rallié à Twitter en France plus tôt cette semaine dans le but de conclure un accord avec les associations antiracistes afin de lutter plus efficacement contre les discours haineux sur les réseaux sociaux.

  • Laurence Tite Menthe

    « Le Britannique de 32 ans a incité ses 388 042 abonnés à se joindre au mouvement, multipliant et intensifiant les attaques racistes et misogynes. »

    On peut bien reprocher des choses à Milo Yiannapoulos, mais Twitter n’a soumis aucune preuve de l’incitation au harcèlement, encore moins des tweets reprochés en question.

    Car c’est bien le problème des réseaux sociaux en général et qui gangrène maintenant Reddit. Règle général, dans le bon vieux temps des forums privés, quand tu disais une connerie, les mod citait le message litigieux, le réglement codifié que tu as contrevenus et si tu étais bannis, tes anciens messages étaient encore lisible malgré tout.

    L’approche de Twitter est de bannir pour des raisons obscures, ne cite pas nécessairement les propos litigieux et efface tout ce que tu as publié, rendant impossible de citer ou de comprendre le contexte des échanges.

    Ce qui est arrivé à Leslie Jones est regrettable mais ne soyons pas dupe, la notoriété de Jones ainsi que l’appui de ses amis de l’industrie du cinéma a fort joué dans la balance. Pour faire un exemple et sauver la face, Twitter a bel et bien sacrifié la notion de la liberté d’expression.

    Car pourquoi limiter la censure du «discours haineux» aux réseaux sociaux. Mein kampf d’Adolf Hitler est toujours disponible en librairie et même dans les bibliothèques. Même chose pour les écris de Trotsky, Staline et de Mao. Tiens, tant qu’à faire, bannissons le discours communiste et marxiste, qui a commis autant, sinon plus, d’atrocités que le fascisme et le nazisme réunis.

    Car si on applique cette rhétorique de « coupable par association », c’est à dire de faire les frais du comportement de ses abonnées et supporteurs, j’attend toujours le bannissement des activistes de #blacklivesmatter où deux manifestants du mouvement ont tué jusqu’à maintenant neuf policiers.

    • https://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Rebienvenue parmi nous Laurence!

      D’abord, il est évidemment toujours délicat de fournir des preuves de tweets qui peuvent blesser les sensibilités de certaines personnes. En fouillant un peu, j’ai trouvé un article rédigé par Vox après la publication de celui-ci qui présente un échantillon de trois tweets partagés par @Nero (http://www.vox.com/2016/7/20/12226070/milo-yiannopoulus-twitter-ban-explained). Soit, deux de ses tweets ont été écrits bien avant cette semaine, mais Twitter n’a jamais formellement déclaré que les motifs justifiant la suspension de Yiannopoulos étaient exclusivement en lien avec son récent comportement.

      Car selon Twitter, ce n’est pas tant pour la nature de ses messages que pour son comportement que Yiannopoulos a été évincé. Il ne faut pas oublier qu’il y a aussi une partie des messages de @Nero – ses échanges en DM – qui est toujours restée invisible aux yeux du public, et qu’il est possible que Yiannopoulos ait encouragé ses fans à cibler Leslie Jones par cette voie. Quoi qu’il en soit, la comédienne s’est retrouvée avec une horde de tweets haineux dirigés à son endroit dont une bonne partie provenait des abonnés de Yiannopoulos, et que selon Twitter, c’est ce dernier qui a incité ses fans par son comportement à faire pire que lui.

      Bien entendu que la notoriété de Leslie Jones pèse dans la balance, et que cette notoriété a non seulement influencée la décision de Twitter, mais a aussi propulsé la campagne de harcèlement en question. Jamais tous ces tweets ciblant Jones ne se seraient manifestés si, à la base, Ghostbusters n’avait jamais été à l’affiche.

      Tout n’est pas noir ou blanc, et ce n’est pas parce que – par exemple – vous partagez l’opinion de Yiannopoulos sur le film Ghostbusters, ou la même perception des social justice warriors, que l’intégralité de ce qu’à pu faire Yiannopoulos récemment ou par le passé s’accorde parfaitement avec vos valeurs et vos actions.

  • Moi Même

    La liberté d’expression se rétrécit comme peau de chagrin partout dans le monde. Il suffit de regarder le cas de Mike Ward qui vient d’être condamné à $35,000 d’amende pour une blague, à Dieudonné qui croule sous les centaines de milliers d’Euros pour des blagues et qui se voit refuser l’entrée au Canada suite à des pressions du B’nai Brit.

    Les pouvoirs en place ne veulent pas de critique de leurs politiques en faillite. On a au Canada une loi en préparation qui criminalisera de deux ans de prison tout commentaire jugé inapproprié envers un membre de la communauté LGBTQARSFGJUIJKKL, On peut en ce moment au Canada faire de la prison si on se questionne sur les conclusions de la farce qu’a été le procès de Nuremberg.

    On veut faire taire les voix dissonantes au discours officiel. On doit faire taire tout discours qui ne plait pas à nos politiciens corrompus et surtout à leurs marionnettistes. Bientôt la simple critique de l’état génocidaire israélien vous vaudra la prison. Tant et aussi longtemps que le peuple ne se soulèvera pas contre ce pouvoir illégitime ces droits pour lesquels vos ancêtres se sont battus disparaîtront.

  • Gaston

    La liberté d’expression n’est pas la liberté de dire n’importe quoi sur n’importe qui de n’importe quelle manière. On ne peut dire tout ce que l’on veut, il y a des limites, généralement, les droits et libertés des uns s’arrêtent ou ceux des autres commencent.

    On a tellement parler de « liberté », que l’on a oublié un autre mot, un autre concept tout aussi important, la « responsabilité ».

    Pierre Eliott Trudeau a commit une faute en ne nommant pas sa charte, la Charte des droits, libertés et responsabilités.

  • Mariem

    Ta liberté s’arrête quand elle touche celui de l’autre.
    Ce n’est qu’un raciste.

  • Mariem

    Celle**

  • lobotomizer

    J’ai vu les tweet, c’était du racisme pas des troll… son bannissement est mérité

  • bob labinne

    Maintenant, comment arrêter Marine Lepen at Donald Trump après ça?!?! Quand les médias exagèrent et mentent carrément, les gens ayant internet, se rendent compte du décalage évident. J’ai regardé une discussion entre une journaliste de Radio-Canada (RDI) et un commentateur des attaques en France. Au moment ou le commentateur a évoqué le Front-Nationale dans la discussion, la journaliste s’est empressé d’ajouter deux qualificatifs et je cite :  »…oui, le parti de la haine et de l’intolérance ». Comment voulez-vous, après-ça, empêcher de tomber dans les bras des partis extrême? Réfléchissez un peu… comment un parti de la haine et de l’intolérance peut survivre dans une démocratie qui condamne ça?!?! J’ai cherché, pendant longtemps, une ou plusieurs déclarations de Mme Lepen prônant la haine et l’intolérance… vous savez quoi… je n’ai rien trouvé. Si au moins elle avait dit une seule fois…  »Tuons, dépossédons, emprisonnons ou discriminons des personnes », je serais le premier à la dénoncer et demander son arrestation. Est-ce que M. Yiannopoulos a fait ça? Prouvez nous-le SVP, pour que je le dénonce moi-même. Il semble, vraisemblablement, qu’il existe une distance claire, entre la réalité des élites/médias et le reste du monde ordinaire.