All time Nerds BetterBe Carrières

DeepMind, l’IA de Google, rate un simple contrôle de maths

Par Branchez-vous – le dans Actualités

Avis aux inquiets : les robots ne sont pas près de nous réduire à l’esclavage. La preuve, la soi-disant très puissante intelligence artificielle Deepmind (conçue par Google) a échoué lamentablement face à un contrôle de maths donné, normalement, à des lycéens.

DeepMind obtient un pauvre 14/40 à son contrôle de maths

« Quelle est la somme de 1+1+1+1+1+1+1? ». Vous n’avez même pas eu besoin de sortir votre machine à calculer pour trouver. Et pourtant, la réponse à cet énoncé est loin d’être une évidence pour l’intelligence artificielle de Google, DeepMind.

En effet, ce dernier a échoué à un contrôle de maths très simpliste destiné, initialement, à des lycéens de 16 ans. Son score : 14 / 40 points, soit 7/20. Dans le système scolaire britannique, ce score équivaut à un « E ».

Explication : si pour nous les humains, ce genre de consigne est très simpliste, pour l’IA ce n’est pas évident de résoudre un problème où les mots, les symboles et les fonctions sont rattachés. Résultat : il lui a été très difficile de transformer les mots en calcul afin de générer efficacement l’équation donnée.

Une petite explication s’impose

L’IA de Google fonctionne en intégrant une quantité impressionnante de données et de schémas. Dans ce test de mathématique de niveau du lycée, elle était bloquée face à la manière de raisonner, car il s’agit d’un raisonnement propre à l’homme. Cet échec montre donc les limites de l’IA en comparaison de l’intelligence humaine.

Les mathématiques sont une science qui demande l’intervention de compétences cognitives et d’une certaine logique et réflexion. En tant qu’humains, nous sommes capables de comprendre une opération et la résoudre en quelques minutes seulement. Ce qui n’est pas le cas des machines. DeepMind est tout à fait capable de réaliser des tâches très complexes (sa démonstration au jeu de Go en est la preuve). Mais, elle n’est pas au même niveau que l’homme lorsqu’il s’agit de réaliser des tâches aussi simples et aussi « évidentes » pour l’homme.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Continuez votre lecture

Deuxième victoire pour DeepMind contre le champion du monde de go

Deuxième victoire pour DeepMind contre le champion du monde de go

Laurent LaSalle -
Amazon, Google, Facebook, IBM et Microsoft s’allient pour l’intelligence artificielle

Amazon, Google, Facebook, IBM et Microsoft s’allient pour l’intelligence artificielle

Laurent LaSalle -
Gmail: 100 millions de spams supprimés chaque jour grâce à l’IA

Gmail: 100 millions de spams supprimés chaque jour grâce à l’IA

Branchez-vous -
Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle?

Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle?

Une IA de Google qui «rêve» en images et en couleurs

Une IA de Google qui «rêve» en images et en couleurs

Tristan Geoffroy -
L’intelligence artificielle, la plus grande création de l’humanité?

L’intelligence artificielle, la plus grande création de l’humanité?

Tristan Geoffroy -
Le centre de données de Facebook en Suède est froid tant au sens propre qu’au figuré

Le centre de données de Facebook en Suède est froid tant au sens propre qu’au figuré

Laurent LaSalle -
Un jour, vous serez plumé au poker par un supercalculateur

Un jour, vous serez plumé au poker par un supercalculateur

Microsoft fait l’acquisition de la startup montréalaise Maluuba

Microsoft fait l’acquisition de la startup montréalaise Maluuba

Laurent LaSalle -
Six petites victoires et un échec lamentable

Six petites victoires et un échec lamentable

Heureux soient les simples d’esprit, car ils sont altruistes malgré eux

Heureux soient les simples d’esprit, car ils sont altruistes malgré eux

Percée juridique importante pour la voiture autonome de Google

Percée juridique importante pour la voiture autonome de Google

Laurent LaSalle -
Doit-on arrêter Boston Dynamics avant qu’il ne soit trop tard?

Doit-on arrêter Boston Dynamics avant qu’il ne soit trop tard?

Hugo Prévost -
Les couples sur Facebook, ou comment devenir diabétique

Les couples sur Facebook, ou comment devenir diabétique

Catherine Gendreau -
La définition scientifique de la stupidité

La définition scientifique de la stupidité

Branchez-vous

Branchez-vous diffuse l'actualité techno, des bancs d'essai de divers appareils et gadgets, et des chroniques spécialisées.