All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Test du jeu The Legend of Zelda: Link’s Awakening – Un nouveau jeu de 1993 !

Par Daniel Carosella – le dans Jeux vidéo, Tests

The Legend of Zelda: Link’s Awakening a toujours été un jeu à part dans cette mythique franchise. Sans être le plus original, il s’agit probablement du volet proposant l’univers le plus étrange de la série, ce qui n’en fait pas moins un excellent jeu ayant traversé les décennies. Aujourd’hui, Grezzo et Nintendo proposent de retourner là où Link s’est échoué en 1993 avec une refonte complète de l’aventure parue sur Game Boy que vous devez absolument ajouter à votre collection de jeux Nintendo Switch !

Disponible sur: Nintendo Switch

Quand Link se réveille au milieu de l’étrange

Si vous n’avez pas joué à The Legend of Zelda: Link’s Awakening ou bien à The Legend of Zelda: Link’s Awakening DX, cette aventure met en scène notre jeune héros alors qu’il navigue sur un océan en furie. Son petit bateau frappé de plein fouet par la foudre, Link s’échoue sur la mystérieuse île Cocolint, un endroit perdu n’apparaissant sur aucune carte et peuplé de mystérieux personnages. Secouru par une charmante jeune fille, Link devra trouver le moyen de s’échapper de l’île en réveillant un étrange poisson-rêve étant le seul à détenir la clé de son salut.

À la base, Link’s Awakening offre un scénario plutôt léger, d’autant plus que le début de l’aventure est doux et jovial. Or, plus vous avancerez dans votre quête, plus vous vous poserez des questions par rapport à l’endroit où vous êtes.

Qu’est donc cette mystérieuse île Cocolint ? Pourquoi les monstres semblent-ils si affolés à l’idée que le poisson-rêve se réveille ? Link fait-il bien d’aller de l’avant avec sa quête ou bien provoquera-t-il un cataclysme ? Et pourquoi retrouve-t-on des personnages à l’effigie d’autres séries de Nintendo, notamment ceux de l’univers Mario ? Ce sont des questions que vous vous poserez et qui, en bout de ligne, rendent ce monde étrange si fascinant tant on désire avoir des réponses à nos interrogations !

 

Link’s Awakening : un jeu à couper le souffle !

Difficile de nier là où Grezzo a effectué le plus de travail par rapport à la version originale de Link’s Awakening alors abordons tout de suite l’ambiance visuelle. Le studio a complètement refait le jeu en le modelant dans un univers extrêmement coloré et bouffi. Ainsi, tous les personnages ont été arrondis et ont davantage un look de bande-dessinée. Qui plus est, le jeu est une orgie de couleurs ainsi que de magnifiques jeux d’ombres et de lumières insufflant à Link’s Awakening une cure de jeunesse époustouflante.

Ainsi, cette nouvelle version de Link’s Awakening n’est pas seulement belle; elle donne carrément l’impression de jouer à un nouveau jeu. Je suis un fan des éditions parues sur Game Boy puis sur Game Boy Color et bien honnêtement, plus de 20 ans plus tard, le visuel de la version Switch m’a littéralement amené à croire que je jouais à un tout nouveau jeu. Que ce soit dans un pré, un lac, une caverne, un donjon ou une montagne, vous serez ébloui par la beauté du jeu, et ce même si des ralentissements sont visibles un peu partout et qu’un effet de brouillard entoure constamment les bordures de l’écran. On sent que le jeu n’a pas été totalement optimisé, mais on ne peut tout simplement pas omettre à quel point il est magnifique !

Grezzo a également retravaillé la bande sonore afin de nous livrer une musique plus orchestrale que jamais. En outre, le violon est beaucoup plus présent que dans toute autre aventure de Link, donnant ainsi droit à des sonorités plus graves et agréables à écouter peu importe la situation à laquelle le héros fait face. Tous les effets sonores ont également été refaits, dont les cris de Link étant plus graves qu’à l’habitude. Ainsi, non seulement est-ce un bonheur que de regarder le jeu, mais c’est aussi un grand plaisir que d’être accompagné par une bande sonore d’aussi grande qualité dans nos oreilles !

 

Link’s Awakening: un jeu fidèle à ses racines

Comme je le mentionnais, l’essence même de Link’s Awakening n’a pas été modifiée pour cette version Nintendo Switch. Même s’il a complètement refait les aspects techniques du jeu, Greezo a respecté le matériel d’origine afin d’éviter de dénaturer cette aventure classique de la franchise The Legend of Zelda.

Pour ceux n’ayant jamais joué à Link’s Awakening, le jeu vous paraîtra étrange au tout début. En fait, Link démarre sa quête plutôt lentement et même si le jeu donne une multitude d’indications sur où aller et quoi faire, il arrive qu’on ne sache pas vraiment où se diriger pour franchir la prochaine étape de notre aventure. À cet effet, je vous conseille de faire appel au mystérieux téléphone de Pépé le Ramollo qu’on trouve un peu partout dans le jeu. Les indications que vous obtiendrez de ce vieux grincheux vous aideront fortement à progresser lorsque vous serez perdu.

Link’s Awakening met aussi de l’avant des éléments plutôt spéciaux qu’on ne retrouve dans aucun autre Zelda. Par exemple, dans les donjons, il arrivera que vous deviez franchir des sections à l’horizontal en éliminant bien souvent des ennemis du monde de Mario comme dans un jeu de plates-formes ! Il y a aussi une grande quête de troc qui vous forcera à parler aux personnages du jeu afin de leur venir en aide. En trouvant et troquant certains objets, non seulement progresserez-vous dans votre aventure, mais vous finirez par débloquer des récompenses uniques et, surtout, fort utiles !

Ceci dit, au-delà de l’étrangeté du jeu, Link’s Awakening est une sublime aventure de la saga The Legend of Zelda. La carte du monde a beau semblé petite, le jeu contient énormément de secrets à découvrir, qu’on parle de mini-jeux, de cavernes à explorer, de coquillages à amasser, de quarts de coeur à récolter, etc. J’ose aussi m’avancer en mentionnant que les donjons sont parmi les plus satisfaisants à compléter de la toute la franchise The Legend of Zelda. La majorité ont beau être plutôt simples, vous verrez que les derniers contiennent tout de même des casse-tête plutôt ardus qui vous donneront un bon défi. Or, chacun procure une satisfaction certaine lorsqu’on parvient à ouvrir une chambre ou bien à récolter une clé ou un objet spécial pour Link. J’ai refait plusieurs donjons à travers plusieurs parties et en toute honnêteté, je compte les refaire encore et encore tant ils sont bien conçus et tout simplement grisants à traverser !

Ainsi, oui, l’univers de Link’s Awakening est très spécial, mais le jeu n’en demeure pas moins l’une des aventures les plus intéressantes de la saga The Legend of Zelda. Trouver tous les secrets, utiliser les objets spéciaux de Link afin de traverser les obstacles se dressant sur notre route tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des donjons, le sentiment d’explorer une île petite en apparence, mais grande sous la surface, tout cela fait en sorte qu’on accroche à Link’s Awakening et qu’on a envie de refaire l’aventure une fois celle-ci terminée !

 

The Legend of Zelda Maker

Lorsqu’il fut annoncé, Grezzo a dévoilé un tout nouvel élément de Link’s Awakening qui vous permettrait de construire vos propres donjons. Vous pourrez ainsi retrouver cette nouveauté très tôt dans l’aventure par l’entremise du personnage Igor, qui récolte des stelles spéciales afin de concevoir des donjons.

Grosso modo, Igor vous proposera des patrons de donjons où vous retrouverez une entrée et une sortie. Vous, vous devrez connecter ces deux extrémités à l’aide de pièces que vous aurez déjà traversées au sein de donjons. Vous pourrez ainsi connecter différentes pièces ayant un certain nombre de sorties, l’important étant que vous puissiez avoir un début et une fin. À mesure que vous progresserez dans les donjons du jeu, vous pourrez ajouter des pièces différentes et ainsi complexifier vos donjons.

En somme, vous aurez l’occasion de mettre sur pied des donjons uniques regroupant des salles très différentes provenant des donjons du jeu de base. Une fois un donjon créé, Igor vous proposera de le compléter et vous pourrez conserver tout ce que vous y aurez amassé. Évidemment, à mesure que vous progresserez dans l’apprentissage de la construction de donjons, Igor vous donnera lui-même des récompenses, dont certains objets de valeur pour Link.

J’avoue ne pas être un créateur dans l’âme. J’aime plus jouer à des créations qu’en faire. Ainsi, même si l’outil de création de Link’s Awakening est simple à utiliser, c’est plus ou moins ma tasse de thé. Or, peu importe cela, on sent que cette idée est un prélude à autre chose. J’ai vraiment eu l’impression qu’on a voulu tirer profit du succès de Super Mario Maker et qu’on a voulu tâter le terrain en intégrant une fonctionnalité de création dans Link’s Awakening. Pour le moment, la création de donjons demeure satisfaisante, mais simpliste. Toutefois, est-ce que cela donnera éventuellement droit à The Legend of Zelda Maker ? On peut se permettre d’y croire !

 

Des nouveautés pour les fans du jeu original ?

En terminant, ceux ayant joué à Link’s Awakening sur Game Boy et/ou à sa version couleur quelques années plus tard se demandent peut-être s’il y a du nouveau contenu dans cette nouvelle version Nintendo Switch. Même si le travail effectué par Grezzo donne l’impression de jouer à un nouveau jeu, y a-t-il des nouveautés à proprement parler outre l’outil de création de donjons ?

Eh bien oui, il y en a ! En outre, on peut désormais poser des balises sur la carte afin de se rappeler qu’il y a un secret inaccessible pour le moment à retourner voir une fois un objet spécial acquis. De plus, il y a davantage de quarts de coeur, d’objets spéciaux (dont les classiques pots) et de coquillages à récolter que dans l’aventure d’antan. Grezzo a aussi ajouté plus de peluches de l’univers de Mario à gagner de sorte que vous pourrez les afficher à plus d’endroits au village des Mouettes de Cocolint. On s’entend que ce n’est qu’esthétique, mais c’est tout de même drôle de retrouver des silhouettes de Mario dans cette aventure de Link !

Par ailleurs, Grezzo a simplifié les contrôles du jeu d’origine. À l’époque, il fallait constamment retourner dans l’inventaire pour sélectionner un objet. Dans cette édition Nintendo Switch, certains objets sont directement associés à certains boutons, rendant la jouabilité beaucoup plus agréable et intuitive. Par exemple, le bouclier est utilisé avec le bouton R tandis que les bottes de Pégase s’activent avec le bouton L. On doit encore retourner très souvent dans l’inventaire puisque seuls deux objets peuvent être assignés aux boutons X et Y, mais c’est bien moins fastidieux et lassant qu’au sein des jeux des années ’90.

Sinon, le studio a aussi ajouté un mode de difficulté héroïque. Comme au sein d’autres jeux de la franchise, il s’agit d’une difficulté supérieure dans laquelle les ennemis frappent deux fois plus fort. De plus, aucun coeur n’apparaîtra pour régénérer la santé de Link. C’est un mode tout à fait faisable, mais dans lequel il faut être prudent. Vous utiliserez énormément votre bouclier et vous ferez bien plus attention où vous mettrez les pieds que dans le mode Normal, croyez-moi !

 

Devriez-vous y jouer ?

Je vais être franc et direct: The Legend of Zelda: Link’s Awakening est un incontournable sur Nintendo Switch, que vous ayez ou non joué à la version originale. Le travail effectué par Greezo est splendide et le jeu nous procure une sensation d’avancement magique faisant en sorte qu’on a un plaisir rarement égalé à y jouer. Malgré quelques petits défauts mineurs, c’est une aventure prenante et extrêmement satisfaisante qui, je l’espère, permettra à Greezo de refaire d’autres opus de la franchise avec le même brio !

 

Ce que vous aimerez:

– La magnifique ambiance visuelle et la bande sonore somptueusement retravaillée

– Les nombreux secrets de l’île Cocolint à découvrir

– Les améliorations apportées à la version originale, notamment au niveau des contrôles

Ce que vous n’aimerez pas:

– Des ralentissements sont visibles un peu partout

– L’effet de brouillard entourant constamment l’écran

– L’outil de création de donjons est bien, mais limité

 

Note: 9,5 sur 10

Dernière mise à jour le 2019-11-17 at 21:59 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Les dernières nouvelles

Facebook : la caméra de votre iPhone allumée à votre insu 

Facebook : la caméra de votre iPhone allumée à votre insu 

Test du jeu Mario and Sonic at the Olympic Games Tokyo 2020 : des olympiques mignonnes, mais pour qui ?

Test du jeu Mario and Sonic at the Olympic Games Tokyo 2020 : des olympiques mignonnes, mais pour qui ?

Apple : un casque de réalité augmentée en 2022, des lunettes AR en 2023 ?

Apple : un casque de réalité augmentée en 2022, des lunettes AR en 2023 ?

Plus de jeux vidéo

9 jeux et une console à surveiller en novembre !

9 jeux et une console à surveiller en novembre !

10 des meilleurs spin-offs du jeu vidéo !

10 des meilleurs spin-offs du jeu vidéo !

Test du jeu Luigi’s Mansion 3: vous pouvez l’appeler Mario !

Test du jeu Luigi’s Mansion 3: vous pouvez l’appeler Mario !

Populaires

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Avec Google Drive, regardez gratuitement des films en streaming

Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

Comment payer son accès Netflix (vraiment) moins cher

YggTorrent : une nouvelle adresse pour le site pirate

YggTorrent : une nouvelle adresse pour le site pirate

Daniel Carosella

Passionné de jeux vidéo depuis une trentaine d'années, Daniel est chroniqueur en jeux vidéo depuis plus de 21 ans. Il a commencé sur Quebec64 puis sur JeuXpress.ca avant de devenir rédacteur en chef de HardGamers.com jusqu'à la fermeture du portail. Depuis 2010, il collabore au magazine AffairesDeGars en tant que chroniqueur, en plus de participer au podcast Réalité Augmentée.Diplômé en criminologie, Daniel est aussi intervenant psychosocial dans la vie de tous les jours. S'il est conscient qu'il ne peut sauver le monde, il essaie tout de même d'aider le maximum de personnes entre deux parties de jeux vidéo !