Des pièces d’une arme à feu imprimée en 3D saisies par la police britannique?

Impression 3D

La police britannique a confisqué ce qu’elle croit être des pièces produites par le biais de l’impression 3D servant à la fabrication d’une arme à feu.

Le service de police du Grand Manchester a déclaré ce matin avoir confisqué des ordinateurs, une imprimante 3D, et des pièces produites par celle-ci qui pourraient servir à la fabrication d’un pistolet. La perquisition a eu lieu chez un groupe de présumés criminels.

«Nous effectuerons également une analyse approfondie des ordinateurs que nous avons saisis afin d’établir la preuve que des plans permettant la construction d’une telle arme s’y retrouvent.»

Bien que plusieurs médias ont confirmé qu’il s’agissait réellement de pièces permettant la fabrication d’une arme à feu, le service de police se montre prudent.

«Nous devons être absolument clairs qu’à ce stade, nous ne pouvons pas affirmer catégoriquement que nous avons récupéré les composants d’un pistolet 3D», a souligné Steve Heywood, adjoint au chef de police du Grand Manchester.

«Les éléments que nous avons saisis ont besoin d’être analysés par notre équipe médicolégale experte en balistique afin de déterminer s’ils peuvent être utilisés dans la construction d’une véritable arme à feu viable.»

«Nous effectuerons également une analyse approfondie des ordinateurs que nous avons saisis afin d’établir la preuve que des plans permettant la construction d’une telle arme s’y retrouvent.»

Le premier pistolet viable produit par le biais de l’impression 3D est apparu aux États-Unis plus tôt cette année, conçu par l’association de fabrication d’armes à feu open source Defense Distributed. Le gouvernement américain a exigé que les plans permettant sa conception soient retirés du site de l’association, mais les fichiers peuvent se retrouver ailleurs sur la Toile.

«Ce qui m’inquiète le plus est que ces imprimantes peuvent être utilisées pour fabriquer certaines composantes du pistolet, tandis que les autres pièces peuvent être commandées légalement sur Internet sans éveiller le moindre soupçon. Une fois le tout assemblé, il est possible pour une personne de construire une arme à feu dans sa propre maison.»

La possession d’armes à feu est interdite au Royaume-Uni depuis la tuerie de Dunblane en 1996, une tragédie qui a coûté la vie à seize enfants âgés de quatre à six ans ainsi qu’à leur institutrice.