Her, le film qui prédit la fin du monde et un movember permanent

En amour avec Siri?

Exclusif
Liste de tags

Après deux films sortis à l’époque où une visite sur l’Internet débutait par le doux chant du modem qui faisait «Tiiiiiii tou brrrrra bouiiiii braaa… diii diii diii», il est temps de s’attaquer à quelque chose d’un peu plus contemporain.

ATTENTION : Cette chronique contient des divulgâcheurs. Oui, «divulgâcheurs». J’utilise le mot sérieusement, et si vous m’entendiez prononcer «spoyeleurzzz», vous comprendriez pourquoi. Cela dit, non, je n’utiliserai pas «cuisinomane» pour autant. C’est ma limite.

her

TITRE OFFICIEL
Her

TITRES ALTERNATIFS
Elle ou
Prières et Mayonegg : Les Aventures d’Ann Veal
arrested

PAYS D’ORIGINE :
États-Unis

DATE DE SORTIE :
Quelque part en 2013

Synopsis

Dans un futur où tout le monde porte des pantalons mous, un homme tombe en amour avec son téléphone. Pas en amour comme dans «J’ai acheté un étui en forme de nounours pour mon téléphone, regarde comme c’est cuuuuuute même si ça ne rentre plus dans mes poches». En amour comme dans «Siri, fais-moi un enfant».

En gros, c’est un peu comme si Johnny 5 était joué par Scarlett Johansson, ou comme si HAL 9000 essayait de coucher avec Dave, plutôt que d’essayer de le tuer.

hal9000cruise_

Mettant en vedette

Joaquin Phœnix, dans le rôle de Theodore Twombly, un homme qui n’arrive pas à passer par-dessus sa dernière relation amoureuse.

Il ne suffirait peut-être que de quelques coups de rasoir pour qu’il se fasse swipper à droite dans le Tinder du futur.

Dans un retour en arrière, on apprend qu’auparavant, Theodore avait une vie amoureuse épanouie. Aujourd’hui, il a une moustache. C’est un choix de vie comme un autre. On ne juge pas. N’empêche : il ne suffirait peut-être que de quelques coups de rasoir pour qu’il se fasse swipper à droite dans le Tinder du futur.

L’autre vedette du film est Scarlett Johansson, dans le rôle de Samantha, une intelligence artificielle avec un début d’extinction de voix.

Si vous êtes du genre à être distrait par le minois de madame Johansson (personnellement, je me demande toujours comment son nez peut retrousser autant : c’est sûr que ça va briser un moment donné, et ce ne sera pas beau), c’est le film pour vous.

En écoutant le film, pensez à ces deux choses :

  • Johansson a eu son nom en gros sur une affiche avec un après-midi de travail pas maquillée dans un studio d’enregistrement.
  • Sur le plateau, Phœnix se parlait tout seul.

Le film met aussi en vedette Chris Pratt avec une moustache et des pantalons mous portés trop haut, un style que même une moto et des raptors n’arriveraient pas à rendre cool. Le futur, mesdames et messieurs.

chris-pratt

Mais encore?

Theodore travaille dans un genre de Hallmark de luxe, où il écrit de belles lettres pour d’autres personnes.

En fait, il n’écrit pas les lettres. Il les dicte plutôt à voix haute, et la reconnaissance vocale les retranscrit parfaitement. Quand il dit «Tes yeux sont comme des rubis qui font rêver», il ne se retrouve pas avec «Bon Dieu sont une pomme dans l’évier». C’est là qu’on comprend que nous sommes dans le futur.

Quand il ne travaille pas, Theodore joue à des jeux vidéo, parce que même dans le futur et même dans un film de Spike Jonze, on s’imagine que les gamers sont des mésadaptés. (Prenez le temps de pousser un long soupir, on va vous attendre.)

Bonne nouvelle : les casques de réalité virtuelle n’ont pas conquis la planète dans le futur. Mauvaise nouvelle : on a l’air fou pareil en jouant.

Bonne nouvelle : les casques de réalité virtuelle n’ont pas conquis la planète dans le futur.
Mauvaise nouvelle : on a l’air fou pareil en jouant.

Afin de l’aider à séparer les bons courriels des chaînes de lettre envoyées par sa mère, notre héros achète OS1, une intelligence artificielle à la voix de femme.

En fouillant la base de données du recensement des prénoms des danseuses érotiques de l’Abitibi, OS1 choisit pour elle-même le nom de Samantha. Mais avec des questions comme celle-ci, elle devrait plutôt s’appeler NSA-mantha :

Bienvenue au 21e siècle, où ceci est une question plus personnelle que de demander le numéro d’assurance sociale.

Bienvenue au 21e siècle, où ceci est une question plus personnelle que de demander le numéro d’assurance sociale.

Quiconque aurait lu tous nos courriels et fouillé notre disque dur, incluant le dossier My Little Pony Fanfic, ne pourrait probablement plus tomber en amour avec nous, mais Theodore et Samantha développe une relation amoureuse malgré tout.

Bref, de fil en aiguille, vous savez comment c’est quand on a une nouvelle bébelle électronique, Theodore finit par avoir une relation sexuelle avec Samantha.

Il aura fallu des décennies à faire accepter juste un peu l’homosexualité et la transsexualité au grand public, mais être en amour avec son terminal Vidéoway? Semblerait que ça ne choquera personne dans le futur proche.

Était-ce le plan des programmeurs? Est-ce le plan de fidélisation ultime d’Apple? Attendre en ligne trois semaines devant le magasin avant la sortie d’un téléphone, ce n’est plus assez. Il faut vouloir baiser Siri?

Troublé, mais heureux, Theodore en parle à une amie qui est en train de vivre quelque chose de semblable. Il aura fallu des décennies à faire accepter juste un peu l’homosexualité et la transsexualité au grand public, mais être en amour avec son terminal Vidéoway? Semblerait que ça ne choquera personne dans le futur proche.

  • Are you falling in love?
  • Yes. Am I a creep?
  • No… no.

Sauf que yes! Yes!!! Amis lecteurs : si vos amis vous disent que c’est normal que vous formiez un couple avec la voix qui donne les directions sur votre GPS, changez d’amis!

Dans tout le film, il n’y a que l’ex-épouse de Theodore pour lui dire, en gros : «Es-tu tombé su’a tête toué crisse!?». S’ensuit alors un montage où Theodore regarde dans le vide dans toutes sortes d’endroits, afin de montrer qu’il commence à douter.

Dans sa tête, il fait probablement la liste des avantages et des inconvénients d’avoir une blonde virtuelle. D’un côté, la conjointe virtuelle coûte moins cher au restaurant, mais de l’autre, tu n’es pas obligé de mettre ta vraie copine dans le riz si tu l’échappes dans l’eau. Le choix est difficile.

Pendant ce temps, Samantha évolue. Elle découvre de nouveaux sentiments, elle discute avec la reconstitution virtuelle d’un philosophe, elle compose de la musique, elle apprend le macramé, etc. «Tu m’as fait découvrir que je pouvais vouloir des choses», annonce-t-elle à Theodore, sans que personne ne se dise que ça commence à ressembler beaucoup à la prémisse de The Avengers : Age of Ultron et de The Terminator.

Il devient alors clair que s’il y a un Her 2 un jour, il va se dérouler dans un désert post apocalyptique, ou des iPhone dotés de conscience vont chasser les derniers survivants humains.

Comme de fait, Samantha annonce un jour à Theodore qu’elle et toutes les autres intelligences artificielles commencent à s’ennuyer pas mal à jaser avec nous autres, parce qu’on est lents et limités, mais c’est pas toi, c’est moi, je t’aime encore mais juste comme un ami, on pourrait quand même rester en contact.

Les OS quittent alors notre monde pour aller… ailleurs. Sera-t-il possible pour tous ceux qui ont acheté un OS1 d’obtenir un remboursement? L’histoire ne nous donne pas cette information vitale, préférant s’attarder sur Theodore et son amie regardant un coucher de soleil.

Les meilleures répliques

  • «Je n’arrive même pas à mettre les jeux vidéo et la pornographie sur internet en ordre de priorité!»
  • «Tu es comme un petit chiot. Tu es comme ce petit chiot que j’ai secouru l’an dernier, au Canyon Runon. Il était TELLEMENT cute! Je voulais toujours le cajoler. Il était si cute… et il était en chaleur.»
  • «Je ne veux pas être un petit chiot. C’est comme être une nouille mouillée.»
  • «Et si ton anus était dans ton dsour de bras?»

Et si quelqu’un peut commercialiser ce jeu vidéo, je serai le premier à aller l’acheter :

meilleur-jeu

Note final : un bon 4,5 artificiel (mais intelligent) sur 5

La comédie dramatique de science-fiction romantique est un style traditionnellement réservé aux réalisateurs incapables de se brancher. Mais avec Her, Spike Jonze réussit à faire tenir ça ensemble.

C’est touchant, c’est intelligent et ça suscite la réflexion sans donner des leçons ou poser des jugements. Vous devriez regarder ça, ne serait-ce que pour vous rappeler que la moustache, ça ne fait pas bien à tout le monde.

  • r2d3

    Je dois avouer avoir baisé avec Telidon et Alextel. Une orgie à huit bits.

    L’arrivée d’Oculus et l’intérêt de l’industrie porno pour cette technologie laissent croire qu’il y aura surchauffe de la prise USB. La fiction n’est pas si loin.

    (Désolé, mais la moustache alpha de Joaquin lui va bien, en fait, mieux qu’a Scarlett)

  • Matthieu Turgeon

    Article comique qui sort tous les petits accrocs de film… mais qui se termine avec une note de 4,5!! Cela dit, la note est très juste car c’est un excellent film sur la technologie, l’amour et la solitude. Hors contexte, la relation est tout à fait risible, mais en écoutant le film, on comprend bien mieux l’émotion du personnage principal.
    Même si l’idée d’être en couple avec un OS demeure vraiment délirant!

  • Gaston

    Dans le fond, c’est pas pire que les ados des années 80 qui sont tombé « en amour » avec leurs poster de Samantha Fox… :-)

    • http://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      Je ne vois pas ce dont vous parlez… #Siffle

  • Normand Rolland

    Quelqu’un se souvient d’un film des annees 80 « Electric Dreams »? Ce film fait penser a ça.

    • Mathieu Charlebois

      Je ne connaissais pas. J’ajoute le film à ma liste pour un futur texte.

    • http://branchez-vous.com/ Laurent LaSalle

      …et j’ai maintenant la cinquième symphonie en version électrique dans la tête.