Facebook souhaite rivaliser avec YouTube en partageant ses revenus publicitaires

Nouvelle formule

Facebook a confirmé aujourd’hui son intention d’introduire un système de partage de revenus publicitaires sur les vidéos produites par ses membres.

Visiblement, YouTube est dans la mire de Facebook. À l’heure où le réseau social met de plus en plus l’accent sur le contenu vidéo qu’il héberge, l’entreprise adopte une offensive qui emprunte divers éléments propres au populaire portail vidéo de Google.

L’entreprise compte redistribuer 55% des revenus liés à ses publicités à ses producteurs de contenus.

«Nous conduisons actuellement la mise à l’essai d’une fonction de suggestion de vidéo, afin d’aider les utilisateurs à découvrir davantage de contenus vidéo similaires à celles qu’ils apprécient», a déclaré un porte-parole de Facebook à l’Agence France-Presse.

«À l’intérieur des vidéos proposées, nous allons également tester un système de monétisation où sera affichée de la publicité sous forme de vidéo dans le but de partager les revenus avec des médias et créateurs de contenus.»

L’entreprise compte ainsi redistribuer 55% des revenus liés à ses publicités à ses producteurs de contenus. À noter que la mise à l’essai en question cible pour le moment que certains utilisateurs accédant à Facebook par le biais d’un iPhone.

Non sans rappeler les contenus suggérés par YouTube affichées à la fin d’une vidéo, les suggestions de Facebook risquent de prendre davantage en considération les interactions des utilisateurs (comme le suggère la notion d’appréciation évoquée par l’entreprise).

Une distinction intéressante est à faire néanmoins en ce qui concerne le partage de revenus et la relation avec ces suggestions : lorsqu’une vidéo mène à une autre par la voie des contenus suggérés, les recettes seront redistribuées équitablement selon la durée des contenus en question.

Par exemple, lorsqu’une vidéo d’une minute mène à une autre de quatre minutes, la portion de 55% des revenus générés par la publicité diffusée entre les deux segments sera divisée ainsi : 1/5 pour le producteur de la première vidéo, et 4/5 pour le producteur de la seconde vidéo.

Aucune publicité déclenchée sur la première vidéo

Toujours selon l’AFP, la stratégie de Facebook semble reposer exclusivement sur de la publicité diffusée entre des vidéos. Autrement dit, la toute première vidéo visionnée par un utilisateur sera accessible instantanément, et ce n’est qu’en poursuivant la lecture de vidéos que des publicités viendront interrompre l’expérience.

Le marché mondial de la publicité web est en forte croissance selon le cabinet eMarketer. On estime que les entreprises pourraient y investir jusqu’à 7,7 milliards de dollars US cette année aux États-Unis, alors que ce chiffre était de 5,81 milliards en 2014.

Près de 75% des vidéos regardées par les utilisateurs de Facebook le sont à partir d’un téléphone intelligent. Contrairement à YouTube, Facebook encourage les créateurs de contenus à produire de courtes vidéos, possiblement pour éviter que ses membres ne stagnent trop longtemps sur un seul contenu. Enfin, si l’entreprise a partagé aujourd’hui ses intentions, elle est restée muette quant aux coûts de ses publicités vidéo.

  • Ousmane laba

    Cool