Internet.org, une initiative pour que toute la planète soit connectée

Internet

La connectivité est-elle un droit humain? Facebook pose la question, et lance une initiative pour connecter le deux tiers de la planète qui n’a pas accès à la Toile.

Imaginez un monde où nous serions tous connectés. C’est l’invitation qu’a lancé le philanthropique Mark Zuckerberg mardi dernier par le biais d’une initiative visant à connecter les 5 milliards de personnes n’ayant pas accès à Internet. Difficile de ne pas comprendre que derrière ce geste, le PDG de Facebook cherche un moyen de faire augmenter le taux d’adoption à son réseau social, qui connecte (seulement) plus de 1,15 milliard d’internautes chaque mois.

Outre Facebook, on retrouve un bon nombre d’entreprises techno sur la liste des fondateurs de l’initiative : Ericsson, MediaTek, Nokia, Opera, Qualcomm et Samsung. Elles se donnent pour mission de concentrer leurs efforts sur les pays en voie de développement en suivant un plan en trois étapes.

Le directeur général de ZAP Québec se désole de voir qu’Internet.org ne semble pas tenir compte des divers regroupements déjà à l’œuvre à déployer les infrastructures nécessaires à la démocratisation de l’accès au réseau.

D’abord, rendre l’accès au réseau plus abordable. Pour se faire, les partenaires devront «développer des téléphones intelligents à moindre coût et de meilleure qualité». Selon Zuckerberg, il semble que ça ne soit pas déjà la logique derrière la conception de ces produits. Ces entreprises devront également déployer l’accès à Internet de façon plus significative dans les régions du monde moins bien desservies.

Ensuite, utiliser les données d’une manière plus efficiente. Parmi les suggestions, on propose l’élaboration d’outils de compression afin de réduire l’échange de données nécessaire pour une expérience web agréable, et une mémoire cache plus efficace.

Finalement, améliorer l’accessibilité au réseau. On parle ici d’accessibilité au sens large : réduire ou éliminer la barrière des langues en aidant les fournisseurs d’accès Internet, les fabricants d’appareils mobiles et les développeurs d’applications à traduire et à adapter leurs produits à un plus grand nombre de marchés.

Le directeur général de ZAP Québec se désole de voir qu’Internet.org ne semble pas tenir compte des divers regroupements et réseaux communautaires déjà à l’œuvre sur le terrain à déployer les infrastructures nécessaires à la démocratisation de l’accès au réseau, et ce depuis plus d’une décennie. «Au-delà de l’opération de relations publiques menée par Mark Zuckerberg et ses partenaires, l’appui à ces regroupements aurait, pour une fraction du prix, permis d’atteindre encore plus rapidement des résultats tout en permettant le développement d’une expertise locale pour les communautés visées», souligne Dave G. Pelletier dans son plus récent billet de blogue.

Une stratégie pour couvrir les dépenses en recherche et développement de ces grandes entreprises en crédits d’impôt pour dons de charité, ou une réelle preuve de bonne foi?