Souhaitant plus de transparence, Microsoft poursuit son gouvernement

Sécurité nationale

L’entreprise américaine entame aujourd’hui des procédures judiciaires afin d’obtenir l’autorisation de rendre publiques les demandes qui lui sont transmises en vertu de la FISA.

Depuis juin dernier, Microsoft a communiqué six fois avec le département de la justice américaine afin de conclure une entente à l’amiable, mais devant l’échec des négociations, le géant du logiciel décide de poursuivre le gouvernement. Google appuie également l’initiative.

«Chacune de nos compagnies a porté plainte en juin dernier pour résoudre ce problème», déclare Brad Smith, avocat et vice-président exécutif des affaires juridiques et corporatives de Microsoft. «Nous croyons qu’en vertu de la constitution américaine, nous avons le droit de partager plus d’information avec le public. Le but de notre initiative est de faire respecter ce droit afin que nous puissions divulguer plus d’information.»

Alors que la motion originale demandait la permission de publier «des statistiques globales concernant des requêtes» que Microsoft a reçues en vertu de la Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA), l’entreprise désire pousser plus loin sa demande. «Nous croyons qu’il est essentiel de publier de l’information qui montre clairement le nombre de demandes de sécurité nationale pour le contenu de nos utilisateurs, tel le contenu de courriels. Ces chiffres doivent être publiés sous une forme qui les distingue du nombre de demandes en lien avec les métadonnées, tels les abonnements associés à une adresse courriel spécifique.»

Contrairement à Microsoft, Google n’a pas fait de déclaration publique au sujet de l’affaire.