L’enchère du spectre sans fil au Canada perd un quatrième joueur

Mobilité

Liste de tags

Alors que le Canada souhaite plus de concurrence dans le secteur du sans fil au pays, Catalyst Capital Group se retire de la liste des entreprises intéressées par de nouvelles ondes mobiles.

Par conséquent, Catalyst devient la quatrième entité à se désister de la vente aux enchères de la bande de 700 MHz, qui permettra au plus offrant de devenir un important joueur dans le secteur mobile canadien.

Les trois principaux fournisseurs de services mobiles canadiens ont désormais le champ libre pour acquérir les ondes en question.

Il s’agit d’un autre revers que doit essuyer le gouvernement canadien, qui mise beaucoup sur cette vente pour introduire un nouveau concurrent sur ce marché, dans l’espoir de voir les citoyens jouir de meilleurs services à moindres coûts.

Malheureusement pour Ottawa, les nouveaux venus ont du mal à survivre dans le marché canadien, dominé par Rogers, Bell et Telus. Selon des analystes, les politiques gouvernementales sèment la confusion chez les investisseurs qui envisagent d’intégrer l’industrie des télécommunications du pays.

Puisqu’on ne retrouve plus aucune importante entreprise étrangère sur la liste des acheteurs potentiels, les trois principaux fournisseurs de services mobiles canadiens ont désormais le champ libre pour acquérir les ondes en question.

Parmi les candidats restants, on retrouve Bell, Telus, Rogers, Manitoba Telecom, Saskatchewan Telecommunications, Vidéotron, Globalive, Bragg Communications, TBayTel, Novus et Feenix Wireless.

  • marco

    Le buffet est maintenant servi, ils n’ont plus qu’a se servir !